ATTENTAT DU 23 MAI 1990 À NEW YORK

UN REGRETTABLE ATTENTAT

A la fin du mois d'avril 2013 j'ai ouvert de vieux dossiers et ai trouvé une "CHRONO" en 3 parties. C'est ce que j'avais écrit en 1997 et n'avais pas pu imprimer car mon imprimante était en panne. Avant l'ère d'internet pour tous et des e-mails, ce document est donc resté en souffrance et il comble un grand vide sur ce site car il n'existait pas de version française de cette tentative d'assassinat camouflée en accident de la circulation alors que ce crime est la raison de la création de ce site.

* * *

Ce récit en trois parties est une narration rapide des événements de la décade des 90. A l'origine cétait une attestation que je comptais joindre à une plainte contre mes co-héritiers, pour tentative d'assassinat. Mais alors que j'avais imprimé sans problème quelques jours auparavant, quand j'ai voulu imprimer cette attestation mon imprimante s'est mise à émettre une fumée âcre. Il m'a fallu longtemps pour comprendre qu'il s'agissait d'un sabotage pour que je ne puisse pas porter plainte. Eh oui, l'Atlantique n'est pas un obstacle après tout.

L'avantage de ce document est que je 'ai rédigé en 1997 alors que mes souvenirs étaient encore frais, et les dates et les enchainements de faits sont exacts, sauf sur la première ligne où je dis "Je travaille depuis fin 1989"... alors que c'est depuis fin 1988. Oui, mes ennuis avec mon employeur ont commencé pour de bon plus d'un an après que j'aie été embauchée.

La Première Partie de cette chronologie raconte comment début 1990 à New York j'ai été forcée de quitter mon emploi de secrétaire chez un marchand de livres anciens et, sans papiers, n'ai eu d'autre emploi possible que de devenir coursière à vélo dans Manhattan.

Après avoir échappé presque indemne à un attentat maquillé en accident de la circulation j'ai dû aller en France à peine rétablie pour voir mon père qui se mourait d'un cancer du poumon, et suis retournée à New York fin octobre sans l'avoir vu ni assisté à ses obsèques.

La Deuxième Partie de 1991 à fin 93 raconte les premiers déboires avec la succession de mon père et ma thérapie avec un psy qui ne m'apporte pas le soutien dont j'ai besoin. A la fin je retrouve la mémoire d'un détail clé qui prouve que l'accident était un attentat et je comprends à cause des difficultés de la succession que c'est ma famille qui l'avait commandité.

La Troisième Partie continue à raconter les difficultés de la succession, la misère où je me trouve, panachée avec mon analyse de l'attentat et mes progrès thérapeutiques. Elle se termine en juin 1997. Les trois parties sont rassemblées dans un seul document (pdf).

attentat_Picart_1990.pdf - Lieux du crime - Hospitalisation - Procès
.

Voir aussi la version en anglais Operation Roadkill qui concerne une période plus courte (1990) et donne beaucoup plus de détails sur l'attentat et les événements qui l'ont précédé et suivi. "Roadkill" est un terme générique qui désigne les animaux tués sur les routes. Il n'y a pas d'équivalent en français, ce qui m'oblige pour des raisons purement linguistiques à donner deux noms différents à la même histoire.

Note au sujet de la date du crime:

Memorial Day 1990 était le Lundi 28 mai. Cette fête nationale fériée signale le début de la belle saison. C'est la première fois de l'année que les gens font un repas au barbecue, soit dans leur jardin, soit dans un lieu public, parc ou plage s'ils n'ont pas de jardin. Comme cette fête est toujours un lundi, les gens partent pour le long weekend, autrement dit ils le préparent à l'avance.

L'attentat a eu lieu le mercredi 23, juste deux jours avant le début du long weekend, à un moment où les gens étaient en pleins préparatifs et n'avaient pas la tête à s'apitoyer sur le sort d'une malheureuse coursière-cycliste morte sous les roues d'un bus. Vite, passe-moi la sauce piquante! Ce n'est certainement pas un hasard si la date retenue pour le crime était si proche de cette fête tant attendue, justement parce que dans l'atmosphère de fête le crime passerait davantage inaperçu qu'en plein milieu d'une période sans réjouissances.

Menu patriotique, typique pour Memorial Day
convives au festin du Memorial Day

* * *

[Accueil]