Journal de la Femme à Abattre



[HOME] - [CONTENTS] - [TRANSLATION] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, Juillet 2008

Le surlendemain j'appelle au hasard une entreprise du 5ème arrt, Serviconfor, et le plombier de service, Mr Clausen, dit qu'il viendra le lendemain.

Le jeudi 3 il vient donc. Je lui avais bien dit au téléphone que c'était un ballon de 50 litres et durant sa visite il m'a demandé à 2 reprises si je voulais un ballon de 75 litres. Il dit que son entreprise ne fait pas la partie électrique, qu'il faudra faire venir un électricien, qui devra tirer une ligne pour amener le courant jusqu'au nouveau ballon qui sera installé, comme nous en sommes convenu, au-dessus du lavabo. Il me dit qu'il m'enverra un devis.

Lundi 7 je reçois le devis de AST. Je tél à Clausen vers 16H pour lui demander quand son devis sera prêt. Il dit qu'il n'a pas encore fini de le rédiger.

Mardi 8 je tél aussi. Cette fois, la secrétaire n'a pas fini de le taper. Je demande s'il pourraient me l'envoyer par e-mail mais ils ne font pas ça. Il n'y a qu'une seule personne qui a accès à internet chez eux et ils envoient les devis par la poste, ou, à la rigueur,il pourrait faire un saut en moto pour me le déposer dans ma boîte quand il sera prêt.

Mercredi 9 j'ai à nouveau Clausen. Il me dit que le devis doit partir le soir alors je demande s'il ne serait pas possible que le jeune homme qui avait proposé de me le livrer à moto monte chez moi et attende que je l'aie lu, et au cas où je l'approuve, je lui remettrais le devis signé et le chèque pour la moitié du montant total. Je lui demande le montant total du devis. Il me demande d'attendre pendant qu'il le cherche et au bout d'environ 30 secondes quisemblent interminables dit un chiffre TTC dans les 1600€. Puis je demande s'ils veulent encaisser le chèque avant de prendre RV pour faire les travaux. "Pourquoi cette question?" me demande-t'il. "Eh bien parce que cela prendra encore plusieurs jours, et je vous rappelle que l'eau continue de fuire, l'autre jour elle gouttait, et aujourd'hui l'écoulement est presque à jet continu." "Non, non, on n'encaisse pas le chèque avant de commencer les travaux." "Alors quand pourriez-vous commencer? Vendredi?" "Oh la la! Certainement pas! On a un agenda hyper chargé. Pas avant la semaine prochaine, les gens font la queue pour être servis, il faut attendre votre tour!" "Si vous êtes débordé de travail, on se demande pourquoi il y a tant de chômage alors! Pourquoi les gens ne se font-ils pas plombiers?"

Je vois que je vais devoir supporter cette fuite encore une semaine si je veux que cette entreprise fasse le travail. Comme je n'ai pas l'habitude de parler avec des plombiers je m'attendais à ce qu'ils fassent preuve d'une certaine compréhension, sachant les conditions dans lesquelles je suis, y compris mon handicap physique, et je suis étonnée par leur nonchalance car tout de même Clausen a bien vu que l'eau s'égoutte, ce n'est pas comme si je voulais faire remodeler ma sdb pour le plaisir, il y a quand même une urgence, mais lui se comporte comme s'il avait tout le temps devant lui, au mépris total de mes besoins.

"Bon alors quel jour, la semaine prochaine?" "Ah! la semaine prochaine il y a le 14 Juillet!" J'avais oublié. C'est le bouquet. Un jour férié par dessus le marché. Si le type me livre le devis en fin de journée je serai dans un tel état que j'accepterais presque n'importe quel prix même si les travaux ne peuvent pas commencer avant une semaine. C'est alors que le ridicule de la situation me saute aux yeux. Il faut faire les opérations en 2 temps bien sûr! Oublions l'installation d'un nouveau chauffe eau pour l'instant, et commençons par mettre fin à cette fuite!

Je téléphone à un service dans le 14ème arrt:"A A Z". Je demande si quelqu'un peut venir aujourd'hui même débrancher un vieux ballon d'eau chaude qui fuit dans ma douche. Une femme très aimable me dit qu'un plombier passera entre 18 et 18H30.

Quelques minutes plus tard Clausen de Serviconfor appelle pour me demander s'il pourra passer demain matin à 8H30 avec un collègue pour lui montrer ma sdb et il m'apportera le devis à ce moment-là. Je dis que cette heure ne me convient pas et je demande pourquoi il a besoin de faire venir le plombier voir les lieux alors que la lecture du devis devrait lui suffire. Je commence à être exaspérée par ce type et finalement j'éclate et lui dis qu'il ne pense qu'à remplir sa caisse et se fiche complètement des besoins des clients. Lui dis qu'il fallait faire le travail en 2 temps, et s'occuper immédiatement de faire cesser la fuite, et ainsi avoir le temps pour décider ensuite quel appareil installer. Je lui en veux de ne pas avoir suggéré cette solution.

Apparemment il est parvenu à ses fins car aussitôt il me propose très calmement de mettre fin à notre relation et je ne peux qu'être d'accord. Je voudrais bien savoir s'il est d'usage pour un plombier de laisser une femme seule et handicapée attendre plus de six jours avec une fuite, sans rien faire, sans même lui proposer une intervention d'urgence. On dirait qu'il ne voulait pas faire le travail chez moi pour quelque raison, et il a fait son posssible pour me pousser à bout. Venir à 2 hommes chez une femme en début de matinée, alors que je ne suis pas encore présentable, c'était le prétexte ultime pour me faire lâcher, car il avait apparemment espéré que je lâcherais quand il m'a dit quil ne faisait pas l'instllation électrique du chauffe-eau, puis quand il a traînassé pour rédiger le devis, puis quand il m'a cité un montant de 1600€ alors que AST me proposait une installation complète pour environ 1000€.

A 18H30, toujours pas de plombier. Je téléphone à nouveau à A A Z et laisse un message car personne ne décroche. Je dis que comme ils sont une société qui est ouverte 24/7, j'espère bien que quelqu'un viendra même dans la soirée, et de me tenir au courant.

Je décide d'essayer moi-même de revisser les boulons, surtout un des boulons par lequel l'eau dégouline mais je n'ai pas la clé coudée spéciale-plomberie qu'il faut alors à 19H je vais à l'hypermarché à côté et ne sachant pas la taille des boulons, j'en prends 2 de 2 tailles différentes. Je suis à peine de retour que le téléphone sonne. Je décroche. C'est la sté AST, Mr. Tuil, qui me demande si j'ai bien reçu son devis et ce que je compte faire. Je lui réponds que je suis en train de l'étudier et le tiendrai au courant. Il me dit qu'ils ne font pas "ce genre de travaux" pendant le mois d'aôut. (Ah bon? Ils ne font pas d'installations de chauffe-eau en août? Pourquoi? Pourtant il est écrit sur le devis qu'il est valable 3 mois.)

Après avoir raccroché et enlevé mes gants de cycliste rembourrés je m'attaque au boulon. Surprise! Il est tellement lâche que je lui donne quelques tours avec une des clés et quand j'ai serré au maximum, l'eau ne s'égoutte plus que faiblement. J'avais bien pensé qu'un petit malin profitait de mes absences pour accroître le débit, et casser ma vaisselle, après avoir trouvé cassé dans la cour un grand plat ovale en Pyrex qui était posé sur le rebord de ma fenêtre, dans lequel j'avais mis des brisures de riz pour les oiseaux.

Je n'ai pas tout de suite compris que c'était une personne qui avait cassé ce plat car c'est quand même un acte incroyablement hostile. J'ai pensé que c'était les oiseaux, mais cela faisait déjà une semaine que je leur mettais à manger dans ce plat et le plat n'avait pas bougé d'un centimètre. Ensuite je mis des restes de purée dans une petite coupe en verre, et il lui arriva la même chose, je vis qu'elle n'était plus sur le rebord de la fenêtre alors je l'ai ouverte et ai regardé en bas, et j'ai vu les éclats de verre mêlés à ceux du plat en Pyrex. Et c'est toujours en revenant de courses que je constatais l'augmentation de la fuite d'eau et le bris de mes plats. Pourquoi quelqu'un cassait-il mes plats? Et d'ailleurs, cette fuite, tout comme celles de 2004, 2005 et 2006, a commencé brusquement, c'est la raison pour laquelle j'ai d'abord cru que c'était mon voisin du dessus qui la provoquait délibérément. Quand le plombier d'AST m'a dit que l'eau sortait du ballon j'ai eu le coeur allégé, comme si le fait que la fuite soit due à l'âge avancé du matériel et non à la malveillance humaine faisait une grosse différence, mais en fait, cela en faisait une. J'avais presque envie de chanter et danser. Mais quand j'ai réalisé que la fuite avait commencé pendant que j'étais sortie faire des courses, mon envie de chanter s'est évanouie.

J'étais quand même satisfaite d'avoir constaté personnellement que le boulon en question était dévissé car si je n'avais pas obtenu cette clé et laissé un plombier faire tout le travail je n'aurais jamais su.

Avec le sentiment du devoir accompli je me suis mise en chemise de nuit pour m'allonger et prendre connaissance des nouvelles sur internet. Il s'était à peine écoulé une heure quand le téléphone sonna. "C'est le plombier" me dit une voix. "Lequel?" "Celui de A A Z". Je lui demande pourquoi il appelle maintenant alors que le rendez-vous était 2 heures plus tôt. Il dit qu'il a été retardé parce qu'il travaillait sur une colonne dans le 14ème. Il dit qu'il pourrait venir maintenant. Je lui réponds que j'avais perdu l'espoir d'être dépannée aujourd'hui alors je ne suis plus présentable. Il fait comme s'il n'avait pas entendu. Il dit qu'il pourrait passer soit demain matin vers 11H30 soit ce soir. Je finis par dire oui pour ce soir car je n'ai pas envie de supporter ce supplice de l'eau 12 heures de plus. Il dit qu'il est bd Raspail et il pourrait être là d'ici 20mn. Je me rhabille.

A compléter

Jeudi 17: Plombier-chauffagiste ADS que j'avais appelé le 9 et qui m'avait donné RV chez moi pour le 22 appelle à 9H. Il dit que j'avais demandé qu'il appelle la veille du RV pour confirmer, mais on n'est que le 17, pas le 21! Je lui dis que j'annulle le RV. Il dit OK d'un air enjoué.

Vais au marché acheter des pdt. Elles sont à 2,50€ les 3kg alors qu'à Fructidor elles sont à 3,95 les 2,5kg et à Casino aussi, 3,50 environ pour 2,5kg. Les pdt du marché sont nouvelles et ont un peu de terre sur la peau. En cours de route, marchant sur le trottoir G en allant vers Av. d'Italie, 2 hommes en tenue vert-jaune fluo d'éboueurs font obstacle à l'angle de la rue Gandon juste face au supermarché G20 et je dois les contourner pour traverser la rue. Ils ne font rien avec leur balai. L'un d'entre eux parle au téléphone.

Cela fait environ 3 semaines que je ne suis pas passée par ici et je vois que le magasin cambodgien Yin Pisal est tjs en travaux et loin d'être prêt à ré-ouvrir. La boutique Imatech de photocopies et développement photos a fermé ses portes depuis plus d'un an, incapable de résister à la technologie numérique. Et je doute qu'il aie pu rembourser son emprunt pour payer cette développeuse automatisée qu'il avait dans sa boutique. Mais comme c'étaient des salauds, elle autant que lui, je ne vais pas pleurer pour eux. La boutique de brocante a fermé encore plus tôt qu'Imatech. Bon débarras (c'est le cas de le dire!)

Arrivée à l'angle de l'avenue, je vois une camionnette garée qui proclame en rouge et bleu sur fond blanc "Yannick" quelquechose, "chauffage au gaz, chauffe-eau, installation, plomberie" etc. Ca alors, c'est pas tous les jours qu'on voit un chauffagiste au gaz. Tous les plombiers consultés jusqu'à présent ont voulu m'installer un ballon d'eau chaude électrique.

Je traverse la rue Caillaux puis l'av. d'Italie. Les prix du marché sont décidément bcp plus bas que chez Fructidor. Les poivrons ici sont à 1,50 le kg alors que chez Fr ils sont presque le double. Les courgettes aussi, 1,20 le kg. Mais je suis venue pour faire le plein de pdt alors je vais au stand qui est le dernier du marché et je remplis 2 sacs de 3kg. Pendant ce temps, le vendeur que je n'avais jamais vu avant, un homme grand et mince avec une barbe, parle dans un peu toutes les langues aux clientes. A l'une il parle en russe, à une femme d'allure asiatique il parle en espagnol. Le stand de vêtements de l'autre côté de l'allée n'est pas le stand habituel, qui a des robes pour dames sur des cintres, mais un stand de chemises et autres pièces pliées à plat sous sac cellophane.

Je décide de ne pas m'attarder et je remonte un peu l'allée centrale et tout de suite à DR il y a un passage piétons pour traverser l'avenue, autrement, comme je l'ai fait quelques fois auparavant, j'aurais pu traverser la petite rue juste en bas du marché,là où il n'y a plus de foule, et ensuite traverser l'avenue après être passée derrière le gros camion qui est garé à l'angle. J'ai déjà fait ce trajet auparavant mais cela coûte quelques pas de plus je crois.

Vers 17h la femme de chez A A Z m'appelle et laisse un message pour dire qu'elle a un chauffagiste prêt à me rendre visite demain vers 17h30, comme je l'avais demandé au plombier qui est venu le 9 arrêter la fuite d'eau et descendre le vieux ballon d'eau chaude tout rouillé. Elle me demande de rappeler pour confirmer.


[HOME] - [CONTENTS] - [TRANSLATION] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]
Trackback url http://www.geocities.com/brigittepicart/diary/2008/0807.html