Journal de la Femme à Abattre



[HOME] - [CONTENTS] - [TRANSLATION] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, Octobre 2008

Jeudi 2 octobre: Oh là là! 2 mois sans mise à jour! Depuis le 8 août j'ai passé du temps sur le site français "mr2pac" consacré à l'artiste Tupac Shakur et comme je m'y suis trouvée en compagnie de jeunes fans avec qui je pouvais échanger soit en live chat, soit en postant sur différents topics, eh bien j'y ai passé beaucoup de temps car l'échange, c'est vital pour une créature vivante et je ne fais pas exception. Mais dès mon inscription j'ai eu l'impression qu'on essayait de me chasser. Tout d'abord le jour même de mon inscription le webmaster a annoncé que le site allait fermer, et je suspectais que c'était pour me faire partir. Il y a eu divers incidents par la suite qui n'ont fait que confirmer cette première impression.

Mais voilà, je voudrais garder un minimum de mise à jour et je ne peux pas tout faire et comme le charme initial s'est un peu terni me revoilà sur mon propre site avec des nouvelles fraîches du clan des affreux, ou du moins, de leurs manigances les plus récentes:

Avant-hier je suis allée chercher un colis à la poste et j'ai pris le n°187 alors que le n° affiché comme étant en cours de service était le 185. Je suis donc restée près des guichets mais dès que je me suis plantée à proximité pour attendre mon tour ll'employée du guichet de gauche, qui d'habitude sert au retrait d'instances, a quitté son poste et n'est pas revenue. Il n'y avait plus que deux guichetiers et chacun avait un client qui menait une transaction qui a duré plus de 5 minutes chacune, y compris une personne qui a reçu une liasse de billets. Apparemment elle non plus n'a pas de compte en banque sur lequel la somme aurait pu être virée.

Près de moi il y avait une vieille petite dame de race africaine portant un manteau de toile vert acide. Elle a dit quelque chose, j'ai aussi dit quelque chose, je croyais qu'elle allait retirer un objet en instance comme moi mais elle m'a dit que son numéro n'était pas dans cette série et qu'en fait elle avait trois numéros différents. J'ai continué à patienter dbout sans bouger ni rien dire et finalement me suis approchée d'un guichet et juste à ce moment la cliente qui y était en est partie et le jeune homme blond aux cheveux longs m'a remis mon colis.

Ensuite aujourd'hui je suis allée au supermarché G20 contrairement à mon habitude. Il n'y avait pas de queue aux deux caisses et quand ça a été mon tour le caissier a quitté son poste et n'est pas ré-apparu pendant cinq bonnes minutes. Comme j'avais déjà mis tous mes achats sur le tapis roulant je n'avais plus qu'à attendre son retour alors je me suis hissée et me suis assise à l'endroit où les marchandises sont déposées après avoir été facturées. Quand le caissier est revenu je lui ai dit que ce n'est pas une bonne idée de quitter la caisse quand il y a des clients qui attendent, et il m'a répondu d'un ton énervé qu'il faut bien qu'il aie de la monnaie. Bien sûr, mais pourquoi ne s'en est-il pas occupé avant?

Voilà, on me refait le coup comme il y a deux ou trois ans car les imaginations malveillantes qui me guettent sont à court d'idées.

J'ai fini aujourd'hui une série de sacs destinés à remplacer les sacs en plastic dans lesquels on met les fruits et légumes pour le pesage. Ces sacs sont en soie, une soie très transparente, raide et légère. Voici l'un d'entre eux rempli de 8 tomates et les autres sur la photo suivante dans mon album Flickr. Du coup j'ai eu l'occasion de faire connaissance avec la machine à coudre que j'ai achetée il y a presque un an, une Pfaff 360 des années 50s remise en état avec soin et amour par un vendeur allemand sur eBay qui s'appelle Pfaffmann. Car je n'avais pas jusqu'à présent trouvé la disponibilité d'esprit pour m'attabler devant cette machine inconnue, bien que ce soit aussi uen Pfaff que j'ai utilisée aux USA quand je faisais des bérets. C'est dire l'encombrement intellectuel dont je souffrais!

J'ai perdu plus d'une journée à essayer de faire des points décents et après avoir changé la tension de la canette et de la bobine sans obtenir de meilleurs résultats je croyais que j'allais piquer une crise et j'ai téléphoné à Pfaff Paris. Ca m'a réconfortée de parler avec quelqu'un qui s'y connait et on a conclu que j'ai du mal enfiler la machine. Alors j'ai recommencé, j'ai rétabli les réglages de tension d'origine, et cette fois cela marchait! Ouf. J'ai demandé à la dame si elle avait une notice d'emploi et oui, elle en avait une, et je lui ai demandé de me la préter et comme j'ai dit que je suis handicapée physique elle a bien voulu me l'envoyer par la poste sans avoir le chèque de dépôt de 20€ qu'elle demande normalement par sécurité. Aucun doute, c'est plus facile pour moi de lire la notice en Français plutôt que celle que j'ai reçue avec la machine, qui est en Allemand.

J'ai donc fait ces sacs avec cette soie et j'ai étrenné 4 d'entre eux la dernière fois que je suis allée acheter des fruits et légumes, et comme ils ont les mêmes dimensions que les sacs offerts par le magasin cela ne pose aucun problème de manipulation, et le bonus c'est que ces sacs ne font absolument aucun bruit de froissement, ce qui est tout à fait remarquable et appréciable pour quelqu'un à l'oreille sensible. Quand j'ai posé mes sacs l'un après l'autre sur la balance à la caisse, la caissière à dit qu'ils étaient jolis. C'est en voyant la grappe de raisins, les tomates, et les poires que j'avais achetées à travers l'étoffe sur la balance que j'ai constaté que j'avais résolu un problème qui me poursuivait depuis le mois de mai dernier, et j'étais contente de moi. J'avais tout d'abord pensé à faire des sacs en filet, noués à la main, mais il s'est avéré qu'ils étaient difficiles à manipuler, surtout à l'ouverture.

Question tissage aux tablettes, le mois dernier j'ai fait une bande de 220cm, symétrique et en doubleface noir et blanc. C'était vraiment la première fois que je réussisais à faire une telle bande sans presque aucune erreur et cela a donc été un plaisir. Il faut dire que j'ai eu la sagesse de ne pas tisser jusqu'à l'épuisement, et parfois je me suis forcée à ne pas retourner au métier de peur que la fatigue ne me fasse faire une erreur, car Dieu sait si les erreurs sont difficiles et dévoreuses de minutes, que dis-je, de week-ends entiers à corriger.

Je me suis donc sentiée plus audacieuse et j'ai commencé une bande en soi-disant "diagonales égyptiennes". C'est là que les ennuis ont commencé car c'et la première fois que j'utilise cette technique.

Je désire également expliquer pourquoi j'ai mis si longtemps à écrire en Français après mon retour des USA: c'est tout simplement parce que je n'ai aucun contact avec des Français, donc je n'ai pas l'occasion de parler et d'entendre, et pour les informations je fréquente surtout des sites anglophones. Le Françasi n'est pas une langue qu'on peut ne pas parler pendant une vingtaine d'années et réintégrer en un tournemain. Non, il faut se re-connecter les neurones et cela prend du temps, si l'on veut parler ou écrire avec un minimum d'exactitude grammaticale s'entend.


[HOME] - [CONTENTS] - [TRANSLATION] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]
Trackback url http://www.geocities.com/brigittepicart/diary/2008/0810.html