Journal de la Femme à Abattre



[HOME] - [CONTENTS] - [PRINT] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, janvier 2010


Suis en train de compléter les 4 derniers mois de 2009. Annoncerai la fin des étapes au fur et à mesure.

Froidure

Vendredi 8: Depuis quelques jours je souffre aux bras et avant-bras et dans les deux mains. Je me suis demandé quelle pouvait bien être la cause de ces douleurs alors que je n'ai reçu aucun choc violent. J'ai fini par comprendre que c'est à force de tordre des serpillères pour contrôler tant bien que mal l'inondation qui continue depuis août dernier dans ma sdb car je ne veux pas que l'eau s'infiltre à l'étage inférieur dans l'appart que Mr Hung a fait refaire tout en blanc (et qui sert d'annexe à la cuisine du restaurant contigüe). Car ces derniers temps il fallait que je torde trois serpillères environ 4 fois par jour pour que l'eau ne se répande pas dans la sdb. Si j'attendais trop longtemps, l'eau ruisselait ver le milieu du sol, en plein dans le passage quand je vais aux wc, et alors mes semelles mouillées salissaient partout. Donc quand je tordais, je tordais vraiment au maximum de ma force pour extraire le maximum d'eau, et c'est ainsi, j'ai conclu, que je me suis abîmé les 2 bras et les 2 mains. Je pense que cela se guérira tout seul et je ne tords plus avec autant de force. J'ai préféré réfléchir davantage à un moyen d'empêcher l'eau de se répandre autant, et j'ai bien trouvé l'endroit où cela cloche, mais cela vient d'un défaut structurel du coin douche, il n'y a pas de solution possible autre que palliative. A moins, bien sûr que Mr Hung fasse cesser cette inondation qui n'a rien d'accidentel. En attendant je déguste au lieu de m'endormir. La douleur est en vrille, comme le mouvement de torsion.

Réception de 2 colis de laines de Colourmart (l'un expédié le 22 dec, l'autre le 31) et colis de shoes.fr de 2 paires de chaussures.

Samedi 9 : Il fait froid depuis plusieurs jours (-4°C minimum). Il neige et il gèle. Dans l'appart il fait 13°C. J'ai bien fait de faire provision de lainages en alpaga et lama auprès d'un vendeur sur eBay qui m'a expédié tout ça de Bolivie.

Je porte un poncho pour homme quand il ne fait pas trop-trop froid, et un poncho avec capuche pour femme tricoté en grosse laine quand il fait encore plus froid. Je porte des mitaines quand je epux, même pour taper sur mon clavier. J'avais quand même toujours froid aux pieds. Je me suis tricoté une paire de... ça n'a pas de nom, mais les chaussettes tricotées main en alpaga achetées du même vendeur il y a 2 ans ont tendance à s'affaisser et à tourner car elles sont trop lâches. Il me fallait quelquechose qui aille par--dessus et qui les serre au niveau de la cheville et du cou-de-pied alors j'ai tricoté 2 tubes en côtes 1/1, chacun avec une fente sur la moitié de la largeur pour y passer le talon, et cela fonctionne très bien. Plus jamais je ne retrouve le talon de la chaussette sur le dessus du pied. Le tube est donc coudé à angle droit et mon talon passe dans la fente. Bientôt j'apprendrai à tricoter les chaussettes.

Pour mes pieds quand je suis au lit j'ai fait une bouillotte avec une bouteille qui se ferme avec un fermoir à l'ancienne mode que l'on trouvait sur les bouteilles de "slim" et de limonade: un capuchon en céramique blanche, une rondelle en caoutchouc orange, le tout maintenu par de la ferraille qui s'ancre dans l'épaisseur même du cou de la bouteille et fait effet de levier et de blocage. C'est parfaitement hermétique et ré-utilisable.

J'ai profité de ce tricotage pour essayer une technique nouvelle pour moi, en fait, deux techniques: il s'agit de tricoter avec deux aiguilles circulaires au lieu d'un jeu d'aiguilles à double pointe comme c'est l'usage ancestral. Et tant qu'à faire, j'ai tricoté les 2 tubes en même temps sur la même paire d'aiguilles circ. Il parait que c'est désagréable de devoir tout recommencer pour faire la 2ème chaussette quand on en a déjà fait une, alors ce système parmi d'autres, qui permet de tricoter la paire d'un seul coup a bien des avantages, en particulier il évite de pénibles comptages pour reproduire exactement ce que l'on a fait avec la 1ère chaussette.

Pour en revenir à la météo, j'ai mis en service l'édredon en plumes acheté sur eBay l'été dernir. Hélas, la plume est bcp plus lourde que le duvet et le poids de cet édredon me gêne, cependant il est efficace pour me tenir chaud. Si j'enlevais la housse je gagnerais certainement quelques centaines de grammes.

S'il ne fait pas assez froid pour l'édredon en plume, alors j'ai trop chaud et ne peux pas m'endormir. Solution: mon manteau gris en alpaga. C'est un manteau ample et long, acheté l'hiver 99 à New York alors que j'habitais à l'auberge de jeunesse sur Amsterdam avenue à la 103ème rue. Il fait double usage puisqu'il recouvre très bien mon lit. Chaud et léger, bonne nuit les petits.

Pendant la période froide je laisse une marmite sur le feu en veilleuse 24/7. Ainsi j'ai l'eau chaude toute prête, quel luxe incroyable, et le chauffage en même temps. Alors que si j'avais un ballon d'eau chaude dans la salle de bains, je devrais quand même me chauffer en plus. S'il fait vraiment froid la nuit je laisse sur un autre brûleur un poêlon en fonte qui sert de radiateur. N'étant pas parvenue à acquérir une cocotte en fonte l'été dernier je me sers de ce poêlon aussi pour cuire la soupe aussi faut-il que je verse la soupe dans un autre récipient et nettoie le poêlon dès que la soupe est cuite.

Mes aventures au supermarché Casino Géant

Les 3 dernières fois que j'ai fait des courses au Casino Géant, il y a eu un incident à chaque fois: La 1ère fois je passais à la caisse express. Au moment où je suis arrivée une femme était en train d'enregistrer ses achats. Elle n'avait acheté que des paquets de rouleaux de papier essuie-tout de plusieurs marques. Bizarre pour un lendemain de Nouvel An. Elle est restée bloquée à la caisse pour je ne sais quelle raison, et au lieu de durer deux minutes maxi, elle a bien dû rester 4 minutes à la caisse.

Derrière elle il y avait un vieux Chinois qui a eu des problèmes avec sa carte de paiement. Il n'avait qu'une bouteille de vin mais considérant tout le temps qu'il est resté à la caisse, il aurait eu le temps d'enregistrer un plein caddy de marchandise. Il avait l'air confus et il a fait venir la surveillante mais je sais bien que ces deux clients faisaient exprès de retarder parce que j'étais dans la file d'attente. C'est presque toujours comme ça quand je veux passer à la caisse express. Je me place dans la file d'attente la plus courte et c'est cette file qui est la plus lente.

La 2ème fois je passsais à la caisse au 1er étage. J'avais 2 sortes de foie gras car ne sachant pas leur prix je voulais choisir le moins cher. J'avais aussi un sac de 5kg de brisures de riz (pour les pigeons). C'était le dernier sac et il était crevé à un endroit. Mais comme j'avais sur moi le plus grand des sacs en organza que j'ai cousu il y a 2 ans, j'ai mis le sac crevé dans ce sac pour ne pas perdre de riz en faisant attention que le code barre soit vers le haut pour éviter d'avoir à sortir le sac crevé.

Donc quand je suis arrivée à la caisse j'avais deux choses à dire à la caissière. Elle m'a tout d'abord souhaité une bonne année, puis je lui ai dit de ne pas enregistrer tout de suite le foie gras, que je voulais d'abord savoir le prix des 2 blocs mais un homme derrière moi a commencé à parler à la caissière comme s'ils étaient de vieux copains, à lui demander comment s'étaient passées les fêtes etc. comme si je n'existais pas, et elle l'a laissé faire comme si c'était convenu d'avance.

Comme je devais encore parler à la caissière au sujet du sac de riz, j'ai dit à l'homme qu'il pourrait attendre son tour, que j'étais occupée avec la caissière et qu'il était impoli. Il a répondu que "de nos jours toutes les femmes sont pressées" ou qqch du genre. Il s'est tû mais au moment où je payais avec un billet de 50 euros il a recommencé. Je lui ai alors demandé de se taire. L'homme m'a demandé quel était le problème alors je lui ai dit que j'étais en train de payer en liquide et voulais faire attention à ma monnaie. Il s'est tû à nouveau et j'ai pu terminer en paix.

La fois suivante j'attendais de passer à la caisse juste à côté de l'entrée au rdc, qui donne priorité aux handicapés et femmes enceintes. Je n'avais pas trouvé le pain bio non-tranché que je prends habituellement. Il était 15h30 et il ne restait de ce pain qu'une seule miche tranchée, et j'ai vu que l'une des tranches était très fine, comme pour me dissuader de prendre ce pain. Comme la file d'attente était longue j'ai demandé aux personnes qui étaient près de la caisse de me laisser passer. J'ai remarqué que dans la file d'attente il y avait un homme assez jeune assis sur une chaise roulante. Mais j'ai pu atteindre la tête de la file, un homme était en train de finir ses achats et sa facture s'élevait à plus de 200 euros.

J'allais commencer à mettre mes achats sur le tapis roulant quand un autre homme m'a devancée et il a commencé à déposer sur le tapis roulant des articles contenus dans un panier. J'ai demandé pourquoi il me devancait alors que je suis handicapée et pas lui. La caissière m'a répondu d'un ton pincé que c'était les achats de l'homme en chaise roulante. J'ai alors dit que cet homme était assis, il n'était pas sur ses jambes comme moi. Elle m'a répondu que j'avais bcp plus de chance que lui de pouvoir encore me servir de mes jambes, comme si la priorité était une affaire de "chance", alors qu'à un certain point le handicap rend la personne incapable de fonctionner sans l'aide d'un tiers, si ce tiers est en bonne santé il serait logique de laisser la priorité à la personne handicapée qui fonctionne sans aide. Mais j'ai bien compris qu'il y avait "anguille sous roche" comme on disait autrefois, et au lieu de me mettre en colère par cette injustice j'ai attendu la suite, et justement, l'homme qui aidait le paralytique a déposé sous mon nez une miche de pain bio non-tranché, exactement ce que j'avais cherché en vain. Evidemment, comme elle n'était pas encore payée je fus tentée de me l'approprier mais j'ai tout de suite compris que c'était un piège. Si j'avais pris cette miche j'aurais dû la cacher et au moment de passer à mon tour à la caisse, qui sait, j'aurais peut-être dû continuer à la cacher et ainsi la voler, il y aurait eu une scène, on aurait appelé la sécurité ou, sait-on jamais, les flics, n'importe quel prétexte pour me faire dégager.

Une impression de déjà-vu

C'est très curieux parce que quelques jours plus tôt je pensais justement à un épisode similaire où j'avais été humiliée. C'était à New York à une époque où j'étais très fauchée, et j'étais en train de manger une tranche de pizza dans une pizzeria petit-budget quand un handicapé que j'avais déjà vu plusieurs fois dans le quartier est entré pour acheter quelquechose, et quand il est reparti il a laissé tomber un billet de vingt dollars en plein milieu du passage, presque sous mon nez. Cet homme, je ne sais pas comment s'appelle son problème, je ne pense pas que c'est la polio, toujours est-il qu'il avait les bras bloqués dans une position de mante religieuse, les mains toujours à la hauteur des yeux, et il marchait avec le torse incliné vers l'arrière et ses jambes étaient toujours en flexion et semblaient avoir un rayon de mouvement très réduit car à chaque pas son torse était secoué. Il donnait l'impression d'un pantin déglingué. Oh et j'oubliais son visage, tordu dans une expression horrible et sa façon de parler presque incomprehensible "huin hui han!".

Après qu'il soit sorti je me suis levée et ai cueilli le billet vert puis je me suis rassise. Le "cripple" est alors rentré à nouveau et est allé à la caisse parler au tenancier, qui était seul à servir. Ce dernier m'a alors demandé de rendre le billet et m'a fait honte d'avoir ainsi arnaqué un pauvre handicapé. J'étais humiliée, fort heureusement j'étais la seule cliente dans l'établissement, et me suis jurée de ne plus jamais prendre d'argent qui a l'air "oublié" par terre. Je savais bien que c'était un coup monté, et j'ai réalisé que certains handicapés sont mauvais, ils se servent de leur handicap pour faire le mal, ce ne sont pas des créatures à plaindre mais à craindre.

Plus tard, toujours à New York, j'ai vu à deux reprises, alors que cet argent m'aurait bien dépannée, un billet de 5 dollars par terre juste devant la caisse dans un coffee-shop du voisinage. Les deux fois je n'ai rien fait pour prendre ce billet car je n'avais pas oublié la leçon cuisante du billet de vingt dollars. Bizarrement, personne d'autre non plus n'a essayé de le prendre. A croire que c'était un autre piège et que tous ceux qui occupaient les tables près de la caisse étaient au courant, prêts à témoigner qu'ils m'avaient vue prendre l'argent.

C'est l'plombier!

jeudi 14: On frappe à la porte à 10H du mat. Je suis encore au lit et je vais ouvrir. Un homme grand dit qu'il est le plombier envoyé par le syndic. Il a en main un papier avec l'en-tête de Parry Immo et me le montre sans me laisser le lire. Il dit qu'il vient au sujet de la fuite d'eau qui endommage la sdb de mon voisin en-dessous. Je le laisse entrer et il bouscule et fait tomber l'une de mes béquilles et s'excuse. Je lui montre ma sdb pour qu'il voie que l'eau provient de l'étage supérieur. Il sort son iPhone et appelle le syndic et dit que ma sdb est une catastrophe, avec des champignons qui poussent au plafond (c'est vrai! mais ce n'est pas le plus grave!) Puis il me passe l'appareil.

La femme à qui je parle dit qu'elle s'appelle Sophie quelquechose. Elle me dit qu'elle va m'envoyer les papiers pour faire un constat amiable puis un expert viendra pour constater les dégâts et évaluer le montant des réparations. Ah, j'ai déjà vu tout ça il y a 5 ans. Je lui demande en quoi ce problème concerne le syndic, dès lors qu'il s'agit d'un sinistre dans des lieux privatifs. Elle me répond que c'est à cause de la convention CIDRE "comme la boisson", qui veut que dès que le montant des travaux excède 1600 euros le syndic doit obtenir l'accord des copropriétaires. Oui mais ça n'a rien à voir avec le problème mais je ne le dis pas.

L'homme repart avec son casque de moto mais je n'entends aucune moto démarrer dans les minutes qui suivent son départ. J'entends quelques bruits de conversation dans l'escalier, et quelqu'un frapper à une porte, mais de toute façon autant que je sache, Mr Hung est à la fois l'origine et l'aboutissement de l'écoulement d'eau, avec moi prise en sandwich au 2ème étage. Il sait bien que l'eau coule chez moi depuis août dernier. Au cas où ce ne soit pas délibéré, il a été informé de cet état de chose à plusieurs reprises par mes appels téléphoniques puis par ma demande d'intervention à Norbert. Je ne sais pas ce que tout cela veut dire. c'est sans doute un message codé mais je ne le comprends pas.

A l'heure qu'il est, 19H30, l'eau continue de goutter du plafond et j'ai encore essoré les 4 serpillères avec lesquelles j'absorbe l'eau pour qu'elle ne dégouline pas partout.

Samedi 16: Ce matin un postier m'a délivré une lettre recommandée avec AR provenant de Parry Immo, le syndic de copropriété, me mettant en demeure de payer les charges trimestrielles que je n'ai jamais payées pour un montant total de 3.888 euros.

Drôle de bohémienne

En rentrant chez moi après mes courses, la bohémienne et la petite fille qui mendient en face du passage piéton d'accès au centre commercial n'était pas là. Vers Noël c'était un petit garçon encore plus jeune qui remplaçait la fillette, et je lui avais donné un sac à dos d'écolier rempli de bonnets de laine que j'avais tricoté (ils étaient en pure laine mais rayés et personne n'en avait voulu sur eBay) tandis qu'à la femme j'avais donné un sac en tissu rempli de vêtements en pure laine, un pull-over en alpaga bolivien et une jupe en laine noire, longue et évasée que j'avais bcp portée quand j'avais la taille 40.

Mais quand, l'autre jour, je rentrais chez moi très chargée, avec une dizaine de kilos dans mon sac à dos et encore environ 6kg dans un sac porté à la main qui me gênait beaucoup pour marcher, j'avais demandé à la femme de m'aider à porter mes provisions, et après que je lui aie donné une pièce de 2euros sur le pas de la porte de l'immeuble en lui faisant signe de me porter le sac jusqu'au 2ème étage, elle avait absolument refusé de le faire!J'avais beaucoup insisté et elle gémissait et disait des paroles incompréhensibles, mais il n'y avait rien eu à faire, elle n'avait pas voulu monter mon sac au 2ème étage. Et juste après qu'elle soit partie et que j'ai commencé ma pénible ascension, deux jeunes gens sont entrés et l'un d'entre eux a bien voulu me monter le sac, et il m'a demandé comment allait mon frère Norbert. Je lui avais répondu qu'il était en route en Afrique puisque c'était ce qu'il m'avait écrit dans son dernier mail. Mais on aurait dit que tout avait été prévu d'avance, et que ma demande à la bohémienne de monter mes provisions au 2ème avait failli dérailler le programme puisque c'était aux jeunes gens de le faire. Cependant le refus de la bohémienne de me rendre ce petit service était vraiment choquant après que je lui aie donné tant d'argent et de vêtements, et l'arrivée des jeunes gens par la suite a révélé qu'il s'agissait d'une mise en scène et non pas d'événements fortuits.

En revenant de courses hier ou avant-hier je l'ai vue, elle m'a approchée (elle a traversé l'avenue je crois, car elle ne mendie plus devant le passage comme avant) et a fait le geste de me porter mon sac en disant des choses incompréhensibles et montrant ses dents de devant en or, et la petite fille l"accompagnait, mais je lui en voulais et comme mon sac était léger je n'avais pas besoin d'aide alors je l'ai ignorée et ne lui ai rien donné. Javais toujours douté de sa légitimité de vraie mendiante car il y a quelques années j'avais été abusée par une autre équipe de bohémiennes, et maintenant j'en ai le coeur net.

Mardi 26: Suis allée au Palais de Justice déposer quelques papiers semblant établir un lien entre les crimes dont j'ai été victime et l'attentat au colis piégé contre l'avocat de ma soeur Sophie. Je me suis mise en route peu avant 15 heures, j'ai pris le bus et c'était direct. J'étais allée au Palais de Justice en 2003 il me semble, et il n'y avait pas autant de sécurité. Maintenant toutes les issues sont gardées et je pense que c'est précisément à cause de l'explosion du colis piégé contre cet avocat que maintenant toute la profession judiciaire se sent menacée.

Je suis rentrée par l'entrée des "personnes à mobilité réduite", mes sacs ont été passés aux rayons X et comme mes béquilles ont déclenché le détecteur de métaux j'ai aussi été passée au détecteur à main. J'ai eu du mal à trouver le bon endroit mais un gardien devant la chambre criminelle m'a fait un plan et malgré ce plan je n'ai pas trouvé tout de suite. J'ai fait des allers et retours inutiles car je ne trouvais pas le fameux escalier C. Finalement j'ai trouvé une porte avec une plaque qui disait "parquet" et suis entrée. Il y avait une table et une chaise et j'ai dit que j'allais m'en servir. Je n'avais pas mis en ordre tous mes papiers et une des femmes derrière le guichet a protesté que ce n'était pas permis de rédiger dans ce bureau. J'ai mis les papiers en ordre et rédigé une petite note d'accompagnement succincte et ai remis le tout sous enveloppe 21x29,7. J'ai demandé un reçu mais la femme m'a dit qu'elle ne donnait pas de reçu pour les plis fermés. Elle a approché un tampon dateur de l'enveloppe mais en fait je ne l'ai pas vue ni entendue, placer de tampon et je suis repartie. colis piégé... suite

Je n'étais pas sortie de mon quartier depuis des mois mais n'ai pas eu envie de m'attarder. J'ai marché le long des quais de l'Ile de la Cité puis ai pris une rue pour rejoindre le bd St Germain et prendre le bus du retour.

Ai fait quelques courses à Monoprix et suis retournée chez moi sans encombre. J'ai mangé plus de la moitié d'une galette des rois en pâte feuilletée avec de la crème frangipane au centre. N'en avais pas mangé depuis mon départ aux States et c'est toujours aussi bon que dans mes souvenirs.

L'écoulement d'eau a cessé depuis le dimanche 17. Dans la journée du samedi 16 le débit s'est accru subitement de façon très alarmante. Il fallait que j'essore les serpillères toutes les deux heures car l'eau tombait de partout et il n'y avait pas moyen de la canaliser pour qu'elle s'écoule entièrement dans les récipients que j'avais installés. Je me suis demandé si cet enfer mouillé allait encore durer longtemps car je commenais à en avoir ras le bol, c'est le cas de le dire. Vu l'importance du débit dans l'un des récipients, un seau de 6 litres, j'ai pensé qu'il fallait un récipient plus grand pour la nuit et j'ai mis une marmite d'environ 15 litres à la place.

Dans la soirée on a frappé à la porte avec insistence mais j'étais à bout de nerfs et ne suis pas allée ouvrir.

Le lendemain dimanche quand je me suis levée la marmite était remplie au 9/10èmes et en fin de matinée on a encore frappé. Cette fois j'ai répondu en demandant qui était là. C'était "le restaurant" qui disait que de l'eau tombait de leur plafond. J'ai répondu que l'eau provenait du 3ème étage (comme s'ils ne le savaient pas!) A peine une minute plus tard j'ai entendu des coups de marteau qui n'ont pas duré très longtemps et l'écoulement a enfin cessé. J'étais très soulagée de pouvoir ranger les récipients et feuilles de plastique que j'avais installées pour recueillir l'eau tant bien que mal. Tout l'espace qui avait occupé par cette fuite depuis début août a enfin été libéré, le sol a enfin séché. Maintenant il va falloir un an ou deux pour que les murs sèchent, à moins qu'on ne les fasse tomber et les remplace avec du nouveau sheetrock.

La dernière fois (vendredi dernier) que je suis allée au supermarché Casino il y a eu une scène bizarre. J'étais dans la file qui donne priorité aux handicapés, à la caisse voisine de l'entrée. Au moment où la femme juste avant l'homme qui me devançait est passée, le scanner n'a pas pu lire le code barre sur sa barquette de viande et au même moment un homme sortait sans achats par l'entrée et déclenchait au passage la sonnette d'alarme. Comme la file était bloquée à cause du problème j'ai pu regarder ce qui se passait, eh bien l'homme portait un porte-documents et à chaque fois qu'il passait la sonnerie se déclenchait. L'homme de sécurité portait ce jour là le badge d'une société extérieure, ce n'était pas l'employé habituel du magasin. Il a fouillé de façon assez superficielle tandis que du côté caisse la caissière (noire) téléphonait pour appeler à l'aide. Je l'ai vu poser la barquette de viande sur une surface élevée et très étroite, je ne sais pas si c'était l'écran qui affichait les prix, bref, tout le temps qu'a duré l'interruption à la caisse le responsable de sécurité n'a pas trouvé de marchandise volée sur l'homme, mais il faut dire aussi qu'il n'a pas cherché très fort, et surtout, surtout, il n'a pas appelé la police.

Pendant que j'avais le regard orienté du côté de la caisse l'incident s'est terminé, et le problème de caisse s'est résolu comme par magie lui aussi.

Ensuite à la caisse de chez Fructidor j'étais derrière une femme (noire) qui avait mis ses achats non pas dans le panier fourni par le magasin mais dans son cabas personnel, qu'elle a posé sur le comptoir, et vidé au fur et à mesure que la caissière enregistrait ses achats, mais au fond du sac il est resté un article que la femme n'a pas sorti et la caissière n'a rien dit.

Ah bon, on peut voler gratis maintenant! Chez Casino ET chez Fructidor! ILS N'APPELLENT PAS LA POLICE!


[HOME] - [CONTENTS] - [PRINT] - [PHOTOS OF MY WORK] - [CONTACT] - [<--] - [-->]
Trackback url http://www.brigittepicart.com/diary/2010/1001.html