Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [IMPRIMER] - [PHOTOS] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, juillet 2010

Dimanche 6 je m'aperçois que l'eau au niveau du compteur, juste à côté du wc, a goutté toute la nuit et imbibé un carton d'oeufs que je gardais au frais dans la sdb. Cela ne s'est pas produit sans intervention humaine, et comme je suis sortie hier faire des courses la personne a profité de mon absence pour dévisser un boulon. Plus tard j'essaie de le revisser mais il y a 3 boulons en tout et si j'en revisse un cela dévisse l'autre et le flux est accru.

Je mets sur le rebord, en-dessous de la fuite, un bac à légumes du frigo que je n'utilise plus pour le froid, et en 3 heures il est plein. Je le vide 3 fois au cours de la journée mais passe le temps à d'autres occupations sans me faire de souci et c'est en fin de journée que la solution -temporaire mais efficace- se manifeste: il suffit de guider l'eau dans le wc. Je me sers d'un grand sac poubelle qui est suffisamment long. Je l'accroche sur la tête du compteur d'eau ainsi toute l'eau qui s'échappe rentre dans le sac. Je coupe un coin du sac pour laisser l'eau s'échapper dans la cuvette du wc. Dernier raffinement, je mets une spatule en bois debout dans le sac pour le rigidifier afin que le sac ne puisse se replier et goutter à côté car cela s'est produit une fois avant que je ne mette d'objet rigide dans le sac.

Ainsi je n'ai pas besoin d'appeler les pompiers pour me "sauver". On aurait dit d'ailleurs qu'ils étaient au supermarché dans la même file d'attente que moi, et se faisant remarquer par un incident qui a provoqué l'intervention d'une employée, spécialement pour me donner l'idée de les appeler.

Tricoté ma première paire de mitaines et me lance dans le tricot de bonnets-masques de sommeil en coton (modèle personnel).

Reflechis à mon adolescence et premières rencontres avec le sexe opposé et comment, peut-être mes parents agissaient derrière mon dos pour que je tombe enceinte d'un homme prédéterminé par eux.

17 juillet vais à Géant faire une réclamation car le pain que j'ai acheté n'était pas salé et je n'ai pas pu le manger. Il en reste les 3/4. l'employée me donne des réponses comme s'il s'agissait non pas d'un article alimentaire donc périssable mais d'un bien durable: "Vous en avez déjà mangé la moitié!" (sous-entendu, "je ne peux as le remettre en rayon") Je dis que non, j'en ai mangé seulement le quart. Puis elle me re-demande quel est le problème. Je lui dis que le pain est sans sel. Elle fait mine de lire l'étiquette de composition et dit que c'est écrit qu'il y a du sel dans le pain. Je lui dis qu'elle n'a qu'à y goûter, elle constatera que le pain n'est pas salé. Elle me répond d'un ton horrifié "Comment? Pas question, vous y avez déjà touché!". C'est bien évident qu'elle avait toutes les réponses préparées d'avance, calculées pour me mettre hors de moi alors je ne tombe pas dans le piège, je jette sans force le pain derrière le comptoir, de son côté, et m'éloigne après avoir lancé une insulte à voix normale.

mardi 27 juillet vais à G20 qui a été refait en mai dernier mais n'y suis pas encore allée. Le magasin a été agrandi et tous les rayons ont changé de place. La partie nouvelle est à gauche quand on regarde le magasin depuis la rue. Une cloison sépare cette nouvelle addition du reste du magasin et aucune vitre ne permet de la voir de la rue. On y accède au fond du magasin car la cloison s'arrête environ aux 3/4 de la profondeur. C'est dans cette partie que se trouvent les conserves, et tout ce qui n'est pas réfrigéré, et les aliments pour animaux se trouvent tout au fond donc près de la rue. La porte qui donne sur la réserve est de ce côté aussi.

Je cherchais des brisures de riz pour les pigeons car depuis la fin de l'année dernière Géant n'en avait plus et ne réapprovisionnait pas. Puis récemment j'avais trouvé un sac de 5kg de brisures au rayon riz, et quand j'ai voulu en reprendre il n'y en avait plus. Au rayon animaux les graines étaient plutôt chères. J'étais donc motivée pour chercher des brisures. En fait chez G20 elles coûtent maintenant un euro de plus qu'avant les travaux.

J'aimais bien la petite taille du magasin avant les travaux car on n'avait pas besoin de marcher beaucoup pour faire ses courses. Maintenant il faut marcher beaucoup plus, et je trouve l'installation propice à la commission de crimes si la visibilité n'est pas améliorée. Ce cul de sac où se trouvent justement les aliments pour animaux ne m'inspire pas confiance, surtout avec l'accès à la réserve béant comme un trou noir à quelques mètres. Ce serait facile de kidnapper quelqu'un à l'insu du public. Est-ce précisément la raison pour laquelle Géant ne stocke plus les brisures de riz? Pour m'obliger à aller en chercher dans cet endroit dangereux?


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [IMPRIMER] - [PHOTOS] - [CONTACT] - [<--] - [-->] Trackback url http://www.brigittepicart.com/diary/2010/10xx.html