Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, mars 2012

Samedi 17: Ce matin je me suis levée peu après 8 heures. Lavages à la main, shampooing, rangement, j'étais absorbée dans mes tâches quand on a frappé à la porte vers 10h30. J'ai demandé qui c'était. «La Poste» me répondit-on. C'était le même individu qui m'a remis vendredi dernier le compte-rendu d'AG de Parry Immo en recommandé: cheveux noirs, la quarantaine, teint très blanc, même hauteur que moi ou un peu moins.

Je ne comprends pas pourquoi tout d'un coup c'est un facteur différent alors je lui demande: -«Et votre collègue, il ne travaille plus sur ce circuit?
- Pourquoi? Il vous manque?» me répond-il.
- «Pourquoi me demandez-vous ça? Vous êtes nouveau? Vous le remplacez?
- Non, je ne le remplace pas, il continue sur cette tournée, mais il est de repos aujourd'hui. D'ailleurs je ne suis pas nouveau, je suis déjà venu la semaine dernière.
- C'est la première fois qu'on me remet une lettre recommandée le samedi.  Alors vous êtes deux à travailler sur le même circuit? Votre collègue continue comme avant?
- Oui, mais moi je ne l'aime pas beaucoup.»

Et il est reparti les bras ballants en me souhaitant bonne journée. Le pli en recommandé contenait une nouvelle convocation d'AG de Parry Immo. Là je ne comprends pas très bien mais je n'ai pas encore lu.

Assez fatiguée mentalement après une semaine où j'ai tricoté un bon nombre d'échantillons de dentelle. J'ai fini avec un fil super fin et des aiguilles de 2mm.

J'ai continué à faire des rangements, changer de place certains objets encombrants. Enlevé et rangé les couvertures et gros tricots d'hiver. Chaque année quand l'hiver relâche son emprise j'ai un sentiment de soulagement et presque de victoire, d'avoir survécu encore un hiver.

Je me lasse un peu d'internet. Peut-être parce que pour le moment je n'ai pas le sentiment de manquer de quelque chose que je pourrais acheter en ligne. Un peu ras le bol d'Amazon et de eBay donc je ne pass plus de temps à feuilleter leurs offres. Tant mieux, car cela me laisse davantage de temps pour agir dans le monde concret. Je me demande si un jour d'autres que moi s'en détacheront et réduiront leur fréquentation à un minimum, juste le temps de lire leur e-mail et les actualités et ciao. Ce serait la « cata » pour tous les annonceurs publicitaires. Il existe trop de sites dont l'utilité est douteuse, et qui font tout pour qu'on y aille, nous envoient des e-mails annonçant tel ou tel événement insignifiant (par exemple Trombi.com «Quelqu'un a visité votre profil, cliquez vite pour savoir qui vous a rendu visite, Brigitte!» et une fois qu'on y est on est bombardé de pub.

Il faudra que je reparle de Trombi qui m'a permis de prendre contact avec plusieurs camarades de classe (Anne Bonnet, Jeannette Ribola, Anne-Marie Choplin, Pascale Henninot) et chaque contact a été asssez mauvais, ce qui m'a remis en mémoire des tas de souvenirs. Qui a dit que l'école laissait des bons souvenirs?

Mercredi 21: Lundi j'ai envoyé un message à Fuji Quilt leur demandant s'ils auront bientôt à nouveau de la toile à Kogin blanche car je me suis souvenue trop tard -après avoir passé ma dernière commande- que je voulais aussi de cette toile pour faire de la broderie Blackwork. En effet à 8 fils/cm c'est la toile la plus grosse qu'on puisse trouver mais seuls les marchands de mercerie japonaise la vendent alors qu'on peut très bien s'en servir aussi pour faire du point de croix ou n'importe quelle broderie à fils comptés. Réponse de Fuji Quilt : Mardi 20 mars : «Bonjour, nous avons eu du tissu kogin écru mais pas de blanc. Nous n'avons pas de commande à passer actuellement à notre fournisseur au Japon, par conséquent nous ne pouvons vous préciser si ce tissu sera réapprovisionné. Merci de votre compréhension. Cordialement. Fuji»

C'est la seule mercerie japonaise en ligne en France et ils ne savent pas s'ils passeront commande à nouveau pour réapprovisionner cette toile auprès du seul fabricant?

J'ai commencé une bande en tissage aux tablettes. Je n'avais tissé aucune bande depuis 2009. Je ne voulais plus tisser des bandes pour qu'elles finissent enroulées dans un sac, sans servir à rien alors j'avais arrêté d'en faire. Pourtant c'est vraiment très intéressant. Mais je voulais une petite nappe qui me serve de toile de fond quand je tricote car si on tricote sans toile de fond on se fatigue les yeux plus vite. J'ai un tissu vert assez doux, et je me suis demandé pendant assez longtemps comment faire cette petite nappe avec ce tissu. J'ai d'abord pensé à broder le pourtour en sashiko mais me suis ravisée pour finalement décider de tisser un galon que je coudrai sur les 4 côtés afin de ne pas créer de distraction dans le champ visuel. J'ai donc repris le matériel de tissage. J'ai une grande malle en osier pleine jusqu'à ras bord de pelotes de fil de coton à crocheter de toutes les couleurs, et parmi elles j'ai trouvé deux tons de vert et un orange pâle qui s'harmonisent avec le tissu vert. J'ai enroulé des bobines avec mon bobinoir-maison , bricolé à partir d'une vieille meuleuse à manivelle Peugeot, une invention personnelle dont je suis très fière! J'ai eu des difficultés avec certaines tablettes où je n'avais pas passé le fil dans le bon sens mais je savais qu'une fois ces problèmes résolus ce serait facile donc je ne me suis pas énervée. Je n'ai pu commencer à tisser qu'hier après-midi.

Je suis sortie faire des provisions mardi matin, puis j'ai fait une sieste après déjeuner. Vers 17 heures j'ai voulu me connecter à internet mais il y avait un triangle jaune avec un point d'exclamation sur l'icône de connexion, et l'indication « connexion inexistante ou fortement réduite ». N'ayant pu résoudre le problème seule j'ai fini par appeler Orange. Après avoir patienté une dizaine de minutes un préposé est en ligne. Après que je lui aie fait part du problème il me demande «Est-ce que l'arobase sur votre Livebox est allumée?» Je lui réponds que je n'ai pas de Livebox mais un modem Ethernet sur la recommandation d'un de ses collègues. Il me demande la marque et le modèle et me dit qu'en principe Orange ne s'occupe pas des problèmes liés à du matériel qu'il ne vend pas. Je lui dit qu'il me semble que le problème ne vient pas de mon modem car il semble fonctionner normalement, tous les voyants étant allumés. Je lui demande de vérifier qu'Orange ne m'a pas coupé le service car j'ai payé ma dernière facture en retard. Il me dit que non, Orange ne m'a pas coupé l'accès internet, et d'après ses informations, ma dernière connexion internet remonte à il y a deux minutes. Je lui dis que c'est impossible car je n'ai pas pu me connecter et c'est pourquoi je l'appelle.

Il me dit que les infos sur son écran n'apparaissent pas en temps réel, que d'après son tableau de bord mon modem n'est pas encore « tombé ». Il me dit d'éteindre mon ordi, mon modem, de le débrancher du secteur et de l'ordinateur et de relancer l'ordi, ce que je fais. Une fois que l'ordi est à nouveau prêt à servir, je lui demande quoi faire. Il y a un moment de silence et il me dit « Ça-y-est, il est tombé ! Bon maintenant vous pouvez rebrancher le modem. » J'obtempère et je vois que le triangle jaune a disparu donc le problème de connexion est résolu. Je tente une connexion à internet et cette fois ça marche. Je lui dis que la connexion a réussi et exprime de l'étonnement et lui dis que si jamais ce problème se présente à nouveau je saurai que faire. Il me répond que dans un cas comme ça, on débranche le modem car « il faut vider la mémoire ». (Ah bon, les modems ont une mémoire ? Je ne savais pas.) Puis il me donne l'adrese internet du fabricant de la marque de modem que j'utilise et me dit où se trouve l'aide en ligne. Bref, un beau boulot de ce qu'en anglais on appelle vulgairement "mind fuck".

Ce matin je me suis levée assez tôt et toute la matinée j'ai été occupée à préparer les fruits et légumes que j'ai acheté la veille. Je n'avais pas prévu d'acheter deux bottes de carottes nouvelles et un kilo de poires mais c'était des promos qu'on m'a offert à la caisse. J'ai donc fait cuire les carottes et les poires, après avoir consulté mon livre de cuisine favori, « Les Recettes d'une Grand-Mère et ses Conseils » par Renée de Grossouvre, un gros livre de poche que j'avais acheté à New York à la Librairie Francophone. J'avais payé 50$, quels voleurs dans cette librairie ! J'ai donc fait des carottes « Vichy » et une compote de poires vanillées.

L'après-midi j'ai tissé et pour me soulager le dos j'ai commencé à tricoter un bonnet bleu marine car quand je tisse je suis penchée en avant et je finis par avoir mal au dos et je dois m'arrêter même si j'ai envie de continuer.

Jeudi 29: Après y avoir passé le plus clair de mon temps toute la semaine j'ai terminé ma bande tissée hier et l'ai cousue au tissu vert. Elle mesure 230cm. On voit par endroits que les «chiens qui courent» -c'est le nom de ce motif traditionel d'Anatolie- changent de sens: au lieu de se suivre ils se font face ou sont dos à dos. Cela arrive quand trop de torsion s'est accumulée dans la trame. On doit alors tourner les tablettes dans l'autre sens. Comme il y a deux groupes de tablettes, l'un au centre qui fait toujours 4 pas en avant et 4 pas en arrière et l'autre pour les lisières qui tourne toujours dans le même sens jusqu'à ce que la torsion l'empêche de continuer, il y a des variations dans le motif qui se créent au moment du changement de direction, suivant qu'au moment du changement les deux groupes allaient dans le même sens, ou en sens contraire, et ce sont ces motifs de transition que je trouve les plus intéressants à faire et à voir: sur l'image de droite (images clickables)on voit trois changements de sens, tous différents.

J'ai aussi terminé le bonnet bleu marine. J'ai fait des pelotes à partir d'écheveaux de laine de pays aux couleurs naturelles, laine de mouton mais aussi de yak et de chameau. Tricoté quelques échantillons aussi pour essayer ces nouvelles laines.

Tout se passait sans incident depuis quelques jours, je me disais bien que ce n'était pas normal. Vendredi dernier chez Fructidor le vendeur qui était à la caisse m'a proposé des ananas en promo à 1€ pièce. J'en ai pris 2. Le haut des feuilles était un peu flétri et les fruits eux-mêmes étaient verts sauf en bas où ils étaient jaunes. Je lui ai demandé si le magasin vendait de l'oseille en saison car j'aime bien cette plante mais cela fait une éternité que je n'en ai pas mangé. Et le vendeur me répond : «L'oseille ? A la banque!» «Non, sérieusement!» j'insiste. Alors il me dit que non, ils n'en vendent pas.

Rentrée chez moi j'ai mis les ananas en attente bien en vue pour qu'ils mûrissent à point mais au lieu de l'arôme sublime que j'attendais c'est une mauvaise odeur qu'ils répandaient dans la cuisine. J'ai fait quelques tests pour m'assurer que c'était bien les ananas qui en étaient responsables car en les reniflant de près on ne sentait rien, et ayant éliminé toutes les autres causes possibles (j'ai mangé tous les autres fruits et vidé la poubelle) je me suis rendue à l'évidence. Je me suis réveillée avec cette idée de m'en débarrasser tout de suite et les ai virés par la fenêtre côté rue en pleine nuit, à moitié endormie. Je ne voulais pas devoir encore les descendre après les avoir montés, car ils pesaient chacun à peu près 1kg et j'en avais super marre de les voir.

J'ai écrit par eBay au particulier "pcmaccc"(Jean Honoré, Le Perreux/Marne) à qui j'ai acheté une guitare le 31 décembre dernier car nous n'avons pas trouvé d'arrangement mutuellement acceptable pour la livraison et il n'ra pas voulu résoudre à l'amiable le litige que j'avais ouvert en janvier, répondant à chaque message qu'il "savait à qui il avait affaire" et que désormais il ne traiterait qu'avec eBay. Je lui ai donc demandé de me rembourser mais il n'a pas encore répondu.

J'ai continué rangements et déblayage. Cette fois je déblaie des tissus que j'ai achetés par erreur peu après mon retour en France. Heureusement, pas beaucoup d'argent concerné, mais du volume quand même (tissu de jeans, grosse toile de coton...). Et je continue la mise à jour de ma lessive (sans machine) car avant de mettre le panier de linge sale à portée de main, je l'avais mis dans un recoin difficilement accessible et c'est à cause de ce mauvais emplacement que j'avais pris du retard.

Samedi 31: Un samedi gris et frisquet. Pas de sortie prévue aujourd'hui. Je me suis bien reposée après toute cette activité et fais des mises à jour sur mon ordinateur. Jean Honoré a répondu à mon message en me disant que la guitare est à venir chercher chez lui. C'est l'individu le plus acerbe et le plus inflexible à qui j'ai jamais eu affaire (à part ma mère bien sûr!) Il dit à chaque fois qu'il m'écrit quelque chose du genre «c'est clair maintenant que je vois à qui j'ai affaire» mais il ne dit jamais exactement ce qu'il pense, ce qui laisse le champ libre aux suppositions les plus désobligeantes. Et pourtant tous ceux qui lui ont acheté des instruments de musique sont pleins d'éloge à son égard. «Personne très sympathique» etc. Voici tous nos échanges depuis le 1er janvier jusqu'à aujourd'hui:


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->] >