Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, mai 2012

Jeudi 3 mai: Réception d'une LRAR délivrée par le facteur aux cheveux noirs. Il s'agit d'une copie envoyée par un cabinet d'huissiers, de la réponse de ma mère aux conclusions d'appel du notaire. Dans cette affaire ma mère poursuit le notaire pour m'avoir erronément payé une somme soi-disant indue, et veut recouvrer cette somme auprès de lui et moi.

Je reçois aussi par courrier simple un "Procès Verbal de Recherches Infructueuses" (cliquer sur la photo pour l'agrandir). Ils commencent à m'agacer sérieusement!

Vendredi 4: J'avais envoyé un ordre de transfert sous lettre T au service financier de ma banque et une semaine plus tard mon compte n'avait toujours pas été débité. J'avais téléphoné, envoyé la même demande par fax/internet et ce jour toujours rien, alors j'ai appelé un n° d'urgence et découvert que la cause du problème était que je n'avais écrit que 7 au lieu de 8 zéros du code IBAN. Comme ce code a un nombre de chiffres variable, on ne sait jamais si le compte est bon. J'ai laissé mon téléphone branché exceptionellement au cas où la banque veuille me joindre, et curieusement j'ai reçu un appel de mon frère Norbert. Il m'a demandé si je voudrais bien lui rendre ses disques et équipement audio et ça tombait bien car depuis un moment j'avais envie de m'en débarrasser. Je lui ai proposé de téléphoner à ma voisine qui gardera le matériel jusqu'à ce qu'il vienne car je ne désire pas le voir. C'était d'accord. Plus tard la voisine a glissé un mot sous ma porte me disant que Norbert l'avait appelée etc. et dans la soirée j'ai ressenti le besoin de sortir tout ce matériel de chez moi, ce que j'ai fait, au lieu d'attendre le lendemain. J'ai gardé la paire d'enceintes et le tourne-disques Technics.

Dans le courant de la semaine, j'ai cuisiné un navarin avec de l'épaule d'agneau et des flageolets au lieu du collier et des Soissons habituels. J'en ai fait 5 pots de 75cl et il m'en est resté assez pour faire encore 3 ou 4 repas (mangés avec du riz).

Côté cuisine également, dorénavant je fais un gâteau par semaine dont je mange une part dans l'après midi au "goûter", ce qui m'épargne l'achat de gâteaux tout faits. Je ne fais rien de très sophistiqué, je veux juste un gâteau de ménage, alors c'est soit un gâteau au citron, soit un quatre quarts. Je vais faire un marbré la prochaine fois, avec du chocolat.

Mardi 8: Je suis sortie faire des courses et ai descendu en plus du petit sac poubelle dans mon sac à dos, un gros sac plein d'emballages et de papiers, que je fais tomber deux fois à l'étage inférieur. Ma voisine m'a rejointe alors que je mettais ces sacs dans les containers au rez-de-chaussée et elle m'a dit que Norbert était venu comme prévue, mais qu'il a dit qu'il manquait la paire d'enceintes. J'ai répondu qu'il me devait une paire d'enceintes c'est pourquoi je les ai gardées. Elle a alors dit qu'il avait dit "Ca ne fait rien, au moins je saurai où les trouver." et cela m'a fait penser qu'il avait ma mort à l'esprit et de toute façon il savait déjà qu'elles étaient là, c'était lui-même qui les avait apportées et chaque année il me demandait de lui rendre son équipement stéréo, et jusque là j'avais refusé.

Puis ma voisine a enchainé et m'a demandé si tout allait bien, d'un air affable mais qui ne laissait pas d'ouverture pour que je lui demande un service. Ces gens qui s'inquiètent de mon salut juste après que j'aie fait une tâche fatigante, jamais avant... C'était bien la première fois qu'elle s'enquérait de mon état et cela m'a semblé un peu sinistre.

Samedi 12: J'ai deux paquets qui m'attendent à la poste et cela fait plusieurs jours que je remets le déplacement à plus tard car je suis inquiète. Je décide de repasser un grand béret en velours côtelé couleur mastic que j'ai fait en 2003. Il va très bien avec ma nouvelle veste de LL Bean que j'ai reçue récemment, mais il est un peu froissé. Une fois le repassage terminé, je le mets sur la tête de mon mannequin et c'est alors qu'une idée lumineuse me vient à l'esprit: j'ai un tapis de yoga en mousse d'environ 4mm d'épaisseur dont je me sers pour divers bricolages, et si je découpais un cercle dans cette mousse pour mettre au fond de mon béret cela amortirait le choc si jamais quelqu'un m'attaquait avec la cornière, qui est toujours au même endroit. Comme j'ai le patron de ce béret sous la main, c'est l'affaire de seulement quelques minutes et pour faire bonne mesure je découpe deux cercles dans la mousse puis je les mets au fond du béret, j'essaie, je resserre la coulisse, et tout va bien, je n'aurai même pas besoin d'acheter un casque!

Dans les dix minutes qui suivent je vois un camion de pompiers arrêté devant mes fenêtres. Il y est resté une bonne demie heure sans qu'il y ait de signe de feu nulle part ni d'alarme. Il n'y avait pas de lumières d'avertissement ni de sirènes, juste le camion stationné en face dans le sens du trafic, et aucun pompier en vue. Pour moi cela veut dire "Nous ne sommes pas contents du tout de ce que tus viens de faire!" Hahaha! Il va falloir penser à autre choses, Messieurs-dames. C'était donc bien pour me fendre le crâne que cette cornière avait été ôtée de la porte.

Dimanche 13: Je suis allée à G20 dans la matinée. Quand je suis revenue Mr Ung sortait et il m'a ouvert la porte. (Qu'il est gentil ce monsieur!) J'ai dit merci. Il était avec un autre homme de son âge je n'ai donc pas pu lui demander de faire enlever la cornière du palier.

Aujourd'hui est le dixième anniversaire de mon retour des Etats-Unis.

Lundi 14: J'apprends par e-mail que les deux paires de chaussures ont bien été reçues par LL Bean aux USA et qu'elles m'ont été remboursées. Voilà une bonne nouvelle.

Je dois faire beaucoup de calculs pour me tricoter un pull sur mesure, et je décide de nettoyer ma calculette solaire, chose que je m'étais promis de faire absolument. En effet je l'ai achetée au début des années 80 aux Etats-Unis, et comme je fumais à l'époque l'objet est tout jauni par le goudron qui s'est déposé dessus. On ne se rend pas compte quand l'encrassement se fait sur une période de plus de quinze ans, mais quand on y jette un oeil neuf on est horrifié par l'aspect crado.

Donc j'ai décidé de ne pas me mettre aux calculs avant d'avoir nettoyé la machine. Aussitôt dit, aussitôt fait, mais quand j'ai voulu la remettre en marche elle ne faisait que des 11111111111 et ne répondait pas aux commandes. J'avais enlevé la coque, pensant que je pourrais la nettoyer sans risquer de mouiller les circuits, mais après avoir retiré les 4 vis avec un tournevis minuscule, j'ai vu que la coque supérieure ne pouvait pas être séparée des circuits. J'ai donc refermé la machine et fait de mon mieux pour ne pas mouiller l'intérieur, en brossant tout autour du clavier avec une brosse à dents et du Cif tout en tenant la machine sens dessus dessous afin que tout écoulement tombe dans la direction opposée aux circuits. Mais cela n'a pas suffi. Je me suis dit que malgré mes efforts quelques gouttes avaient dû pénétrer à l'intérieur alors j'ai rouvert la bête et l'ai essuyée délicatement et l'ai laissée les tripes à l'air pendant un certain temps et ai fait autre chose, et quand je l'ai refermée elle fonctionnait parfaitement. J'étais très contente car je m'étais presque résignée à ce que le nettoyage ait tué ces circuits délicats, me maudissant de n'avoir pas eu la sagesse de me contenter d'une machine crasseuse mais en état de marche, et résignée à en acheter une neuve.

Je vais pouvoir faire mes calculs de tricot alors! Avec une calculette flambant-neuve.

Mardi 15:Vers dix heures du matin je mets mon ordinateur en route mais la connexion internet ne se fait pas. Je fais tout ce que je peux pour remédier au problème et finalement j'appelle le 3900. Tout d'abord l'opératrice me dit que le problème est général, donc je suis un peu rassurée et attend qu'elle m'en dise davantage, mais elle change de refrain et me dit qu'elle va lancer des recherches pour diagnostiquer la cause du problème et que si le problème ne vient pas de chez Orange un technicien se déplacera à mon domicile. Elle me demande de rester en ligne et après environ cinq minutes, qui paraissent toujours interminables, je lui demande si elle a du nouveau. Elle me dit que je dois être patiente, que les tests qu'elle fait prennent du temps etc.... Elle me demande mon numéro de portable. Je lui dis que je n'en ai pas. 3Mais alors d'où m'appelez-vous?" Je lui réponds que je l'appelle d'un téléphone branché sur une autre prise que celle où et branché le modem. Elle me dit que je peux raccrocher et qu'elle me rappellera. Je raccroche mais elle me rappelle aussitôt et me dit de rester en ligne. De quoi tourner en bourrique. Je reste donc en ligne un bon quart d'heure puis je me dis que si je branche l'autre téléphone sur l'autre prise je pourrai avoir un haut parleur qui me permettra de ne pas rester immobilisée avec le bigophone collé à l'oreille. Je m'éloigne pour faire le branchement et suis étonnée de constater qu'il n'y a pas de tonalité sur l'autre prise, la prise où était branché mon modem.

Je reviens au téléphone et appelle la dame. Elle est toujours là et me répond d'un ton mi-las, mi-irrité. Je lui dis de m'écouter, je lui dis ce que je viens de découvrir. Je lui dis que je vais brancher mon modem sur cette prise et elle me dit "Non! Non! Ne faites pas ça! Ça ne marchera pas! Ça ne servira à rien!" Puis elle me dit des trucs qui m'embrouillent, elle me dit que la ligne de téléphone et la ligne ADSL sont deux choses différentes, que l'une est contrôlée par France Télécom, l'autre par Orange, et à chaque fois que j'essaie de raisonner avec elle pour diqgnostiquer le problème à la lumière de ce que je viens de découvrir, elle m'interrompt et me parle d'un ton méprisant comme si j'étais une parfaite imbécile.

Finalement elle me dit qu'un technicien ne sera pas disponible avant le lendemain après-midi et elle me demande si je serai chez moi entre 13 et 18 heures. Je dis oui et rendez-vous est pris, je donne le digicode pour que le technicien puisse entrer dans l'immeuble.

Après avoir raccroché je branche mon modem sur la prise du téléphone qui fonctionne, et tous les signaux s'allument, donc l'adsl passe bien. Puis j'essaie à nouveau le téléphone que j'ai branché il y a quelques minutes et cette fois la ligne est bonne, mais le modem me donne toujours un signal de non-fonctionnement de la ligne ADSL. Je branche donc mon ordinateur dans ma chambre pour le moment.

Je décide d'aller faire des courses d'alimentation et ensuite d'aller chercher mes deux colis à la poste. J'ai bien fait de ne pas trop me charger au supermarché car les colis sont volumineux: il y a une machine à faire les pâtes à manivelle, et un cadre pour faire la broderie, une invention récente qui permet de tendre la toile sur le cadre en un tournemain grâce à un système de tension breveté, alors qu'auparavant pour avoir une bonne tension il fallait y passer la journée ou presque. Avant de l'acheter j'avais beaucoup galéré avec le problème, puis ayant appris l'existence de ce nouveau système de tension, j'ai lu des commentaires de clientes très satisfaites.

Quand je suis de retour à l'immeuble il y a un employé du restaurant en train de travailler avec les poubelles. C'est un jeune homme d'environ 22 ans qui a l'air de venir du Sri Lanka. Il a la peau très sombre, les cheveux noirs de jais et les traits fins, en fait c'est un très beau spécimen ethnique. Ceci dit je peux admirer la beauté sans ressentir de désir ni d'émotion, heureusment, car je m'autorise aussi à admirer les belles femmes.

Comme il est au pied de l'escalier au moment où j'y arrive je lui tends mon sac à provisions et lui dis "s'il vous plait!" Il prend le sac et me fait signe de lui donner le colis oblong qui contient le cadre. Je n'ai plus qu'à monter la machine à pâtes qui est dans mon sac à dos. Quand j'arrive au demi-étage entre le premier et le 2ème je vois qu'il a ouvert la porte du placard et il est planté dans l'entrebaillement et me regarde en souriant de toutes ses belles dents. Je lui dis "merci beaucoup!" et je continue ma pénible ascension. C'est curieux, quand je suis arrivée à l'immeuble il était dehors, puis il était au pied de l'escalier devant le réduit à poubelles, puis il était au placard du demi-étage.

J'ai compris plus tard que j'étais probablement censée inviter chez moi ce jeune homme pour une petite séance de jambes en l'air qui se serait terminée par ma mort. J'ai essayé de trouver une formule pour le dire autrement mais je n'en ai pas trouvé. On aurait sans doute attribué mon décès à "des jeux sexuels qui ont mal tourné".

Je suis content d'être arrivée chez moi et je déballe les deux colis. Tout a l'air parfait. En fin de journée je tricote des échantillons de bordures en dentelle avec du fil Shetland à 2 brins sur des aiguilles de 3mm.

Mercredi 16: J'ai mal dormi et me lève vers 8 heures. Ménage, shampooing, coupe de cheveux printanière en trois coups de ciseaux, déjeuner, tricot, puis grosse fatigue, je vais faire la sieste vers 13h30 et dans mon demi sommeil je réalise que la peur que j'ai eue ces quinze derniers jours, une peur apparemment irrationnelle associée à quelqu'un frappant à la porte, une peur que j'ai essayé d'analyser, voyons, je n'avais pas peur que les flics viennent me chercher pour m'envoyer au goulag, ni que les hommes en blanc avec leur fourgon matelassé ne m'emmènent de force pour me placer en hôpital psychiatrique, ni qu'aucun aucun des facteurs, livreurs de chez Colissimo, Chronopost, DHL, UPS, ... mais la pensée intrusive et quotidienne de quelqu'un frappant à ma porte me remplissait d'angoisse et c'est alors que j'ai compris que c'était une prémonition concernant la visite que j'attendais, d'ailleurs il y a seulement quatre ou cinq jours j'avais aussi eu une prémonition concernant une panne d'internet. Mais ce n'était rien de précis, seulement la pensée qui me vient à l'esprit hors de propos, "comme un cheveu sur la soupe", et du fait même de son irruption intempestive, j'ai été forcée de m'en souvenir.

yant décidé de rester coite et de ne pas ouvrir quand on frapperait à la porte, je me suis endormie puis quelques temps plus tard la sonnerie du téléphone m'a réveillée mais je n'ai pas répondu car j'étais sûre que c'était le "technicien", et quelques instants plus tard on a frappé à la porte et je n'ai pas bougé.

J'ai passé le reste de la journée à me reposer. Je n'avais pas réalisé que la tension nerveuse s'accumulait en même temps que l'angoisse du visiteur, mais maintenant que le danger s'est éloigné la tension s'est relâchée et j'ai dormi plusieurs heures dans l'après midi et en soirée j'ai tricoté à nouveau pendant deux heures et ai éteint les feux à minuit et ai plongé dans le sommeil immédiatement.

Jeudi 17: C'est l'Ascension. Je ne me suis pas encore habituée à toutes les fêtes catholiques. Les cloches de l'église voisine sonnent pour annoncer la messe en semaine, c'est ce qui m'avertit.

J'ai mis en service l'adaptateur USB-parallèle qui permet d'imprimer avec mon imprimante à laser depuis mon netbook. J'avais cet adaptateur depuis plusieurs mois mais le bon moment ne s'était pas encore présenté, et là je voulais imprimer des modèles et explications de broderie au "Punto Antico" téléchargées gratuitement à partir du site Ricamo Italiano. J'ai presque tout le matériel dont j'ai besoin. En fait, avec le cadre, j'ai suffisamment de matériel pour commencer à faire des essais, c'est pour cela que je voulais imprimer les modèles. Et du coup, sans l'avoir vraiment voulu, j'apprends l'Italien!

Donc, j'ai fait ce qu'il fallait, ça n'a pas marché du premier coup mais au deuxième essai j'ai pu imprimer ce que je voulais. Je dois noter en passant que cette vieille imprimante (une HP laserjet 6L) devrait être au rebut depuis longtemps car le rouleau qui entraîne la feuille pour l'imprimer est kaputt. Ces rouleaux n'ont pas une durée de vie infinie, et j'ai acheté l'imprimante d'occasion, donc c'est compréhensible, mais comme j'avais mis une nouvelle cartouche de toner peu avant la panne, je n'ai pas voulu perdre les quelque 40 euros que je venais de payer alors j'ai réfléchi et je me suis dit que le rouleau d'entrainement du côté de l'alimentation manuelle est certainement beaucoup moins usé, et c'est exact, donc dorénavant toutes mes impressions je les fais à partir de l'alimentation manuelle et ça prend plus longtemps mais ça marche et c'est ce qui compte. Si jamais je connais quelqu'un aux Etats-Unis à qui je peux faire confiance pour m'envoyer le kit de remplacement de rouleaux d'entrainement, je lui demanderai car le fournisseur ne fait pas d'expéditions hors des USA.

J'ai lavé les vitres de la cuisine et changé les feuilles de plastique à bulles qui me servent de rideaux. J'ai réutilisé pour cela l'emballage du cadre de broderie, qui ne sera pas resté longtemps dans le placard. Récemment les participants au site LiveLeaks affichaient des videos de bricolage "système D", que les Anglais appellent un "bodge" et après avoir demandé au moyen d'un sondage si cela intéressait quelqu'un de connaître mon bodge de rideaux, et ayant reçu 65% de réponses positives, j'ai à mon tour affiché trois photos de ma fenêtre de salle principale montrant mes rideaux en plastique à bulles collés directement sur les vitres, et pour me protéger du soleil les rideaux en papier kraft qui peuvent se relever grâce à des pattes en scotch large (format emballage) que l'on colle sur le mur. J'ai reçu de nombreuses félicitations, certains ayant remarqué que les bulles servent plusieurs fonctions, y compris l'isolation thermique, cela m'a encouragée à renouveler mes rideaux de cuisine. L'avantage est qu'au lieu de les nettoyer quand ils sont sales, on les jette tout simplement à la poubelle, le coeur léger car ils ont servi autant qu'ils pouvaient.

J'ai encore tricoté des échantillons de bordures en dentelle. J'ai eu moins de difficultés avec un modèle demandant une expertise de niveau 4 qu'avec le même modèle simplifié pour niveau 2.

Lundi 21 vers 12h30, alors que je suis en train de récupérer les petites feuilles de thym de 5 bouquets que j'ai mis à sécher il y a quelques jours, on frappe à la porte. Je ne réponds pas.

Mardi 22 je vais faire des courses. En prenant mon courrier je vois qu'il n'y a pas d'avis de passage, ce qui confirme que j'ai bien fait de ne pas ouvrir quand on a frappé à ma porte hier.

Dimanche dernier j'ai acheté deux lapins en morceaux (sans les râbles qui sont vendus plus cher séparément) et j'ai décidé d'en faire du confit. Mais le saindoux est introuvable. Je fais la longue marche vers le service clients à l'entrée et demande à une jeune femme. Elle ne sait pas ce que c'est. Je lui explique et comme elle dit qu'elle ne sait pas je lui demande de téléphoner pour se renseigner. Après l'avoir fait elle me dit que le saindoux se trouve soit au rayon jambon, soit au rayon volaille sur l'étagère supérieure. Or je suis déjà passée par là sans le voir mais par acquit de conscience j'y retourne. Pourquoi le saindoux se trouverai-il avec les tranches de jambon pré-emballées et prêtes à la consommation. Cela m'aurait été tellement plus utile qu'elle me dise "Nous n'en vendons plus".

A la caisse je suis derrière deux noirs qui ont acheté un sac de 25Kg de riz thaïlandais pour presque 30€. Je leur demande où ils l'ont trouvé. Just à ma droite ces grands sacs de riz sont entassés. Un autre noir me dit que c'est du riz qui ne colle pas. En fait ce n'est pas exact, mais ce riz a un goût très agréable. Je demande à celui qui est le plus proche de moi à combien revient le kilo et avec son téléphone portable il fait le calcul: 1,20€/kg. Si j'avais les moyens de le transporter chez moi j'en achéterais moi aussi. Je pense à demander à ces deux noirs de m'aider puis je rejette l'idée. L'un d'entre eux va chercher un deuxième sac et revient avec un caddy.

Je vais chez le boucher. Je lui demande du saindoux, et il me dit qu'il n'en a pas car ça ne se vend plus. Il me dit qu'en supermarché j'en trouverai certainement. Je lui dis que j'en reviens et qu'il n'y en a pas, mais qu'il y en avait il y a quelques mois encore. Je m'en vais bredouille mais je dois faire quelquechose avec ces lapins aujourd'hui même sinon ils vont se gâter. Je reviens sur mes pas et demande au boucher s'il a de la panne de porc. Il s'esclaffe et me dit que c'est pareil, personne n'en veut plus alors il n'en stocke plus. Enfin il me suggère un remplaceement: de la barde. Alors je lui en demande un liko. Il en met sur sa balance et j'entends "cent soixante-dix-huit grammes..." Je dis "Je vous en ai demandé UN KILO!" Il me dit "oh, à vingt grammes près, cela ne fait pas une grosse différence" alors je comprends que je n'avais pas entendu le "neuf" de "neuf cents...." et je lui dis que j'avais mal entendu.

Dans l'après-midi je fais mon confit. Je n'en avais jamais fait auparavant. J'ai des pots en verre de 3 litres. La graisse que j'obtiens en faisant fondre la barde ne suffit pas mais j'ai deux blocs de saindoux de 250g et je les mets à fondre après avoir filtré l graisse fondue, et ensuite je mets les morceaux de lapin à cuire doucement dans cette graisse. Rien de très compliqué.

En fin d'après-midi je mets les morceaux cuits dans le pot de 3 litres qui n'est rempli qu'aux 5/8èmes environ, couvre de graisse, tasse un peu avec un presse-purée et laisse refroidir sans couvrir toute la nuit. Le lendemain la graisse s'est solidifiée et a blanchi et recouvre bien tous les morceaux. J'en prélève quelques uns pour mon déjeuner et c'est très bon et surtout cela change de l'ordinaire. J'en mange encore au dîner et mets la graisse que j'ai récupérée dans un autre pot de 1,5 litres.

Cette première expérience me servira à l'avenir pour faire du confit de canard ou d'oie ou autres animaux. Et pendant que je suis au chapître des conserves-maison, je dois dire que deux des pots de navarin d'agneau se sont ouverts et ont commencé à pourrir. J'ai donc jeté entièrement le contenu.

Broderie: Je continue à apprendre les points du style italien appelé "Punto Antico". Je n'ai pas beaucoup de documentation sur la façon de procéder et le travail de recherche m'intéresse beaucoup. J'ai failli acheter 7 livres de broderie italienne trouvés sur un site spécialisé qui a confirmé chacune des commandes, mais comme chacun était vendu par des éditeurs différents j'aurais dû faire 7 paiements et attendre 7 expéditions. J'ai donc pu annuler la commande.

En même temps que la broderie à points comptés, je me remets à la broderie dite "traditionnelle", c'est-à-dire la broderie sur tracé. Le problème avec ce style est la difficulté à trouver des motifs qui me plaisent vraiment. Et quand ceux-ci me plaisent, ils sont sous une forme qui nécessite plusieurs étapes avant que la toile à broder n'en soit marquée et à vrai dire je n'ai pas encore travaillé sur le processus du transfert. Mais cela ne m'a pas empêchée de me faire la main sur plusieurs feuilles tracées à main levée pour la pratique, et voir les petites feuilles remplies de points lancés obliques qui convergent vers la nervure centrale, cela me satisfait et me donne envie de continuer.

J'avais remis à plus tard, comme quand on repousse sans cesse une corvée, et pourtant dès mon installation ici j'avais commencé à apprendre des points de broderie. J'ai regardé les essais que j'avais faits il y a une dizaine d'années et re-connecté avec l'enthousiasme que je ressentais alors, et grâce à cette rétrospective j'ai retrouvé mon enthousiasme. Je me demande ce qui m'avait fait le perdre. Peut-être la pensée que la broderie est une perte de temps alors que tant de choses graves se passent dans le monde, mais quand on compare une toile vide et une toile brodée à la main, il ne fait aucun doute que la toile brodée apporte de la joie à qui la regarde, et le travail de broderie lui-même est thérapeutique donc l'effort n'est pas inutile. Voilà une pensée qui m'a rassurée et absoute.

Vers le milieu de la semaine la vendeuse de Tutto Ricamo à qui j'avais commandé plusieurs articles, m'informe que le livreur n'a pas pu me livrer car il n'avait pas le code de la porte. Ce n'était donc pas lui non plus qui avait frappé à ma porte lundi. Je lui réponds en lui fournissant le code et mon n° de téléphone qu'elle transmet à son transporteur qui transmet au service local et la livraison se fait vendredi. Malgré plusieurs hics dans cette commande nous avons su garder notre calme et rester courtoises. J'ai informé la vendeuse dans l'heure qui a suivi que j'avais bien reçu ma commande et étais contente de chaque article. Elle m'a répondu qu'elle était contente de le savoir et restait à ma disposition.

Lundi 28: Le temps s'est enfin mis au beau. Plus besoin de sortir avec veste et béret mais alors... comment vais-je me protéger la tête? Je n'avais pas vraiment cette pensée en tête au moment où j'ai eu soudain l'idée de garnir mon chapeau de paille de la même mousse que celle dont j'avais garni mon béret. Je venais de démêler mon écheveau de Retors d'Alsace DMC en le mettant sur un dévidoir et sans avoir pris la décision au préalable, j'ai enchaîné dans la foulée comme si j'avais tout prévu d'avance: j'ai mis mon chapeau de paille sens dessus-dessous pour marquer sur une feuille de papier le contour du fond, j'ai découpé ce contour et ai essayé pour voir s'il était bien adapté à l'intérieur, puis je l'ai reporté deux fois sur la mousse et fait la découpe. Une fois placées à l'intérieur, j'ai fixé les deux formes avec du papier collant large ("masking tape") et j'ai cousu ce papier collant aux parois du chapeau. Comme le rembourrage occupe un espace qui reste vide quand je porte le chapeau, il ne gêne pas du tout.

Hier mardi 29 Avant de sortir je n'ai pas pu trouver mon couteau dans son étui. La dernière fois que je l'ai tenu en main je l'ai mis dans la poche arrière de mon sac car, ne portant plus de veste à cause du beau temps, je n'avais plus de poche suffisamment grande.

Les commerçants m'ont fait savoir qu'ils ne sont pas contents de moi: à la caisse du supermarché Casino la caissière a passé un de mes articles avec ceux de la personne qui me précédait, ce qui m'a forcée à payer à cette dernière le montant de l'achat qui lui était imputé à tort, et du coup mon ticket n'a pas reflété cet achat. La caissière a "grondé" avec insistence la dame qui me précédait (alors qu'elle aurait tout aussi bien pu me gronder, MOI) en lui disant qu'elle aurait dû mettre la barre de séparation entre ses achats et les miens mais cela sonnait faux et j'ai compris que c'était un nouveau truc pour séparer mes achats. Ils le font aussi sans raison apparente chez Fructidor: si je mets trois pommes dans le panier, la caissière va en peser deux et me les facturer, et la troisième sera pesée et facturée séparément, ou alors on me facture tous les articles sauf un, qui fait l'objet d'un autre ticket, et la caissière fait le calcul mental pour me dire le total.

Mais ils n'ont pas fait ça cette fois-ci, ils ont fait autre chose: un de leurs harcèlements est de me bloquer l'accès à la caisse, et hier une femme qui avait un enfant geignard dans une poussette a laissé la poussette dans le passage suffisamment longtemps pour que je demande (calmement) à qui était cet enfant, et une fois que j'ai posé la question la femme a immédiatement libéré le passage.

Il y a quelques jours j'ai aperçu de ma fenêtre mon neveu Léon Picart, le fils de Norbert et Valérie (dite "Diane") Aler. Ils habitent, lui et sa mère, un appartement dans l'immeuble mais je ne les vois jamais. Il n'avait que trois ou quatre mois quand je suis rentrée des Etsts-Unis, il a donc dix ans maintenant. Il portait une casquette de base-ball avec la visière à l'arrière.


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->] >