Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, août 2012

A part une nouvelle algarade chez Fructidor, le mois a commencé calmement: devant l'étal de pêches au prix de 3€ les 2kg, je demande à l'employé qui se tenait debout derrière si les pêches sont mûres mais il ne me répond pas, il regarde ailleurs en se curant les dents. Alors je tends le bras pour tâter une pêche et aussitôt il me dit qu'il ne faut pas toucher. "Je vous pose une question et vous ne me répondez pas!" lui dis-je, irritée. "Et puis d'abord on dit bonjour" il me répond. Je n'en revenais pas. "Allez vous faire foutre!" que j'lui dis, et je me suis éloignée sans acheter de pêches.

J'ai commencé à tricoter un haut en laine et soie (aiguille 5mm) en commençant juste sous la poitrine et en faisant des rangs raccourcis pour créer un volume suffisant. J'ai eu cette idée de commencer à cet endroit car dans mon essai précédent j'avais commencé tout en bas du pull et c'était trop la galère. Donc si je me trompe avec cette nouvelle méthode, je peux toujours défaire et recommencer et je n'ai pas le volume de la partie inférieure du tricot qui me gêne. Une fois que ce sera bien, je pourrai tricoter le dos en commençant à la même hauteur que le devant, et ensuite tricoter le reste vers le bas tout en rond, en faisant le devant et le dos en une seule pièce, car les mailles que j'ai montées sont provisoires.

Dimanche 5: Sur mon canal LiveLeak j'ai chargé deux vidéos montrant le Pont de Flandres dans Paris 19ème en train de monter et descendre, ainsi qu'une vidéo de Nat Géo sur le Canal de l'Ourcq traversant la Forêt de Sevran.

Le lundi 6, pour me rafraîchir et me dépayser un peu sans quitter mon appartement, j'ai regardé d'autres vidéos sur ce canal, puis à l'aide de Google Earth je l'ai remonté jusqu'à son départ à Port-aux-Perches en Seine et Marne. Puis je ne sais comment en furetant sur des sites listés sur Google, j'ai atterri sur le site de HiPaRiCa (Histoire et Patrimoine des Rivières et Canaux). J'y suis restée jusqu'en fin d'après-midi car non seulement le site est intéressant d'un point de vue documentaire, mais encore l'auteur s'exprime avec une bonne humeur communicative et il a un sens de l'humour qui le rend très sympathique.

Le sens de l'humour est quelquechose de très délicat à partager. Inversement, imaginons quelqu'un qui a beaucoup pour me plaire, eh bien si son sens de l'humour ne me plait pas, tout est foutu.

Donc ce webmaster Charles Berg m'intéressait beaucoup car il me faisait sourire et parfois même glousser d'amusement, et en lisant son CV j'ai vu qu'il était célibataire. En plus il avait lui-même dessiné les illustrations et je reconnaissais dans ses traits une maîtrise remarquable, que son sujet soit le corps humain, de la végétation, de l'eau ou un ouvrage d'art. J'ai donc commandé son DVD comprenant la partie documentaire de son site et une bande dessinée didactique dont il est l'auteur, intitulée "Du Pertuis à l'Ecluse" et lui ai envoyé un message de félicitation.

Jeudi 9 j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres le CD que j'avais commandé et l'ai mis dans mon lecteur périphérique à mon retour de courses. J'ai regardé seulement la BD car j'étais très intéressée et je n'ai pas été déçue: pour raconter l'histoire des origines de l'invention de l'écluse, l'auteur-dessinateur met en scène deux jeunes femmes et dès le début, avant même qu'on ait le temps de commencer à s'ennuyer un tout petit peu, coup de théâtre! Un homme vêtu à la mode ancienne apparait et s'adresse aux jeunes femmes dans un langage désuet. C'est le fantôme d'un batelier qui est mort noyé dans un accident de "pertuis", l'ancêtre de l'écluse, et pour qu'on voie bien qu'il est un fantôme, il apparait toujours avec de hachures blanches qui rendent son aspect gris comme un ectoplasme, à la différence des donzelles bien vivantes qui sont dessinées en traits bien noirs sur blanc. Idée que j'ai trouvée très astucieuse, et en plus le fantôme raconte comment il est mort, projeté cul par dessus tête au milieu d'un tourbillon d'eau, et la représentation de cette scène est très saisissante et OBLIGE le lecteur à continuer sa lecture pour comprendre ce qui s'est passé. Une réussite dramatique cette fois.

J'étais tellement ravie par cette lecture que je n'ai pas pu m'empêcher d'envoyer un nouveau message de félicitations à l'auteur. Il m'a répondu très gentiment en me fournissant quelques détails sur les différentes techniques de dessin qu'il a utilisées dan la BD.

Dimanche 12 je suis sortie pour aller au marché en plein air sur l'Avenue d'Italie. Sur le palier devant ma porte il y avait une partie d'un meuble d'étagères. Comme j'ai des livres qui traînent un peu partout faute de meuble de rangement, je n'ai pas pu m'empêcher d'y regarder de plus près: c'était un meuble en faux bois de fabrication industrielle et il manquait la tablette du haut à hauteur de ceinture. Je n'allais tout de même pas récupérer ça!

Arrivée au marché, dans le premier tronçon à partir de la rue Caillaux, j'ai vu un stand de meubles en bois massif, merisier et chêne. Le marchand m'a tout de suite alpaguée et m'a fait son boniment. Il voulait me vendre une bibliothèque à prix réduit: 900€ au lieu de 1.300! Quelle affaire! Il m'a bien montré l'étiquette de prix apposée sur le côté du meuble, et comme par hasard, c'était une variante du chiffre 13. Il ne cessait de répéter qu'il était sur le point de partir en vacances comme si c'était un argument qui pouvait intéresser un acheteur, et il insistait que c'était une affaire à ne pas rater.

Il avait d'autres meubles dont j'avais davantage besoin car la bibliothèque qu'il voulait me vendre n'était pas ce que je recherchais mais il insistait. Il m'en a fait faire le tour, en m'expliquant que c'était du bois massif, et que même à l'arrière les finitions étaient très soignées. Il m'a montré un détail que je n'ai pas bien compris, et il m'a dit "vous voyez, normalement les autres fabricants ils cachent cet endroit, mais nous, nous n'avons rien à cacher!" Pendant que je regardais les autres meubles il me dit "Ne restez pas comme ça au soleil, venez donc à l'ombre ici" comme s'il avait mon bien-être à coeur. Chaque fois que je disais que j'avais besoin de réfléchir il me répétait qu'il était sur le point de partir en vacances, comme si cela m'intéressait. Je lui ai demandé, si je lui achetais le meuble, quand il me le livrerait. Il m'a dit "vers 13 heures." Je lui ai répondu que c'était bien trop tôt! Je venais seulement d'arriver pour faire mon marché, il était 11H30 et mon appartement n'était prêt à recevoir ni le meuble ni les livreurs. (Il m'avait dit que son collègue était occupé pour le moment mais qu'ils viendraient tous deux faire la livraison.) Alors il m'a dit qu'il avait l'habitude d'aider ses clients et qu'il m'aiderait à faire de la place pour le nouveau meuble. Non mais! Je l'imaginais vider mon buffet, toucher de ses mains mes affaires personnelles! A force de négotiations je suis parvenue à ce qu'il accepte de me livrer vers 15H et lui ai écrit mon adresse et ai pris sa carte de visite. Il m'a dit que je pourrais payer en plusieurs fois si cela m'arrangeait. (Je croyais qu'il avait besoin de l'argent pour partir en vacances.) Mais curieusement pendant qu'il me disait cela j'avais la certitude qu'il savait que je n'avais pas besoin de "facilités de paiement". Puis je lui ai dit que je devais faire mes courses car après tout c'est pour cela que j'étais venue et il a eu l'air très dépité.

Je me suis éloignée de son stand et ai fait mes emplettes de F&L puis j'ai traversé l'avenue et suis redescendue de l'autre côté. Entre temps j'avais décidé de ne pas acheter le meuble car je n'étais pas prête à balancer 900€ dans un meuble d'un instant à l'autre et surtout, lui et son collègue invisible ne m'inspiraient pas confiance.

Arrivée chez moi je me suis allongée environ une heure et une fois reposée j'ai appelé le marchand de meubles. J'ai laissé un message disant que je ne voulais pas du meuble et comme j'allais donner une excuse je me suis rattrappée car je ne lui en devais aucune, et j'ai dit à la place "parce que c'est comme ça!"

Vendredi 17 tragédie aux 24 Heures du Mans 1955 J'ai remarqué deux références indirectes à Charles Berg: l'année est son année de naissance, et il habite dans le département de la Loire. Et la vidéo est au sujet de cet accident durant la course des 24 heures du Mans qui a causé un carnage épouvantable. Premier signe que ma maman désapprouve cette amitié naissante.

J'ai envoyé à Charles Berg un document sur l'Agenda 21 avec des liens permettant de repérer sur les textes officiels de l'ONU les endroits où il est dit que l'habitat des poissons migrateurs doit être restauré -ce qui implique la destruction de certains barrages- et des espaces où seule la faune sauvage est permise réservés, portant atteinte au droit à la propriété privée.

Il m'a répondu qu'il allait chercher sa fille en Côte d'Or le lendemain, qu'elle resterait chez lui une semaine et qu'il n'aurait pas le temps d'examiner le document pendant toute la semaine.

Dimanche 19: J'avais réservé pour aujourd'hui une place sur un bateau qui fait une petite croisière de deux heures sur le Canal de l'Ourcq. Le départ était à 11 heures. C'était un de ces quelques jours d'intense canicule en plus des autres préoccupations (je me disais que depuis que j'avais fait cette réservation, peut être que tous les autres passagers seraient des gens "dans le coup" comme les passagers du bus en février dernier et qu'on me forcerait par-dessus bord) je n'y suis pas allée. Mais je me suis endurcie à la chaleur. Rien ne pourrait égaler ce que j'ai enduré en 1994 quand par des températures similaires et sans climatisation j'ai dû préparer et rédiger mon appel dans l'affaire contre la NYC Transit Authority tandis que les gouttes de sueur tombaient sur le papier où j'écrivais le brouillon de mon argumentation. En comparaison tout est facile. Je me suis enroulée dans un grand rectangle de voile de coton indien super-léger, noué sous les bras, le seul vêtement qui soit tolérable et je n'ai porté que ça jour et nuit.

J'ai regardé sur une carte de France où se trouve la Côte d'Or. Je me souvenais que ma grand-mère maternelle en parlait de temps en temps quand elle et Pépé vivaient à Allerey en Saône-et-Loire. Mais bien sûr! C'est le département où il y a Dijon et Beaune. Du coup j'ai pensé que je pourrais prendre un train pour Beaune pour y rencontrer Charles Berg le jour où il raccompagnerait sa fille. Mais tandis que je regardais la carte je savais bien que j'étais observée et que mon espion devinerait ma pensée.

Mardi 21: Dans la journée mon frère Norbert a frappé à ma porte mais je n'ai pas répondu. Je savais que si je lui parlais il essaierait de me dissuader de rencontrer cet homme car il suffirait qu'une seule personne soit de mon côté et décide de me venir en aide en avetissant les autorités pour que tout l'édifice de crimes et d'étouffement des affaires s'écroule et révèle au grand jour la terrible réalité. Il est resté longtemps devant ma porte à essayer de me faire parler et ouvrir mais j'ai fait la morte. Après tout, n'était-ce pas ce qu'ils souhaitaient tous et toutes? Ah ils me veulent morte certes, mais "pour de vrai"!

Comme il m'avait envoyé ses numéros de téléphone au format vcf-carte de visite (je ne connaissais pas ce format), j'ai voulu de vive voix faire part à Charles Berg de mon idée de rendez-vous à Beaune mais quand vers minuit j'ai essayé de composer le premier numéro à 10 chiffres, j'ai eu un signal "occupé" dès le 4ème chiffre. J'ai essayé les deux autres numéros avec le même résultat. Je lui ai envoyé 2 emails pour lui dire ce qui se passait. Après le premier j'ai cherché une explication sur "Comment ça marche" mais n'ai pas trouvé la bonne réponse.

Plus tard dans la soirée vers minuit et-demie il y a eu une "erreur 500" sur mon compte de messagerie Runbox et je n'ai pu y accéder pendant environ une demi heure. J'ai signalé l'incident à l'administrateur de la messagerie depuis mon compte Orange.

Le lendemain mercredi 22 j'ai téléphoné vers 9H à France Télécom pour qu'on résolve mon problème. J'ai dû appeler deux fois et dans les deux cas on m'a donné une réponse différente. Il paraissait que mon paiement n'avait pas été pris en compte, alors on m'avait suspendu le service, mais sur mon compte bancaire le paiement était bien passé la veille. Bref, on m'a dit que la ligne serait rétablie dans la journée. J'ai dit "dans la journée? Il ne suffit donc pas d'un clic de souris pour rétablir la ligne?" "Non, il faut que la demande soit transmise au service qui est chargé de rétablir la ligne." J'ai eu l'impression qu'il y avait une longue queue d'attente devant moi.

En fin de conversation la femme m'a dit que j'avais un crédit car j'avais payé deux fois la même facture. Quand ils disent des balivernes cela veut dire qu'ils vous donnent une fausse raison pour vous faire comprendre le vrai message qu'ils n'ont pas le droit de dire, car s'ils me disaient de ne pas appeler telle ou telle personne parce que cela "fait de la peine à votre maman", je pourrais à juste titre les poursuivre pour atteinte à ma vie privée.

Je décide de mettre à profit la journée sans téléphone (ce qui ne change rien à mon habitude) pour rédiger un curriculum vitae et l'envoyer à Charles Berg afin qu'il prenne connaissance des grandes lignes de ma bio quelques heures avant mon appel. Comme ça il aura déjà une première impression de moi quand nous nous parlerons pour la première fois. Jamais de ma vie je n'ai rédigé un CV aussi facilement. Parce que je ne cherche pas un job que je déteste, donc je n'ai pas eu besoin de me torturer les méninges pour donner l'impression que je suis un as dans la branche où je postule. Ça m'a toujours fait l'effet d'une cruelle malédiction que de devoir chercher du travail dans une branche que je déteste seulement parce que j'ai les compétences requises. Heureusement la malédiction s'est éteinte.

Cela m'a pris environ une heure, y-compris le codage html et j'ai envoyé le message avec le CV en pièce jointe (voir le petit trombone à l'extrémité droite de la ligne montrant que le message comportait une pièce jointe) un peu après 14 heures. Dans mon email je lui disais en partie

"Sauf avis contraire de votre part je vous appellerai vers minuit sur votre ligne fixe en 04. A cette heure vous serez certain que ce n'est pas du spam. Car si je vous appelle sur votre portable cela me coûtera très cher puisque j'appelle d'une ligne fixe (je n'ai pas de portable)."

L'eau s'est mise à ruisseler du plafond de la salle de bain, encore un signe que ma mère voulait à tout prix m'empêcher de parler à Charles Berg. Pendant le reste de l'après-midi j'ai fait du ménage qui attendait depuis plusieurs jours, et fait un litre et demie de sauce tomate.

J'ai continué à me renseigner sur l'Agenda 21 en France et aux USA. Le mouvement anti-A21 est beaucoup plus avancé la-bas qu'ici. Ici on dirait que tout le monde est plein d'enthousiasme pour restaurer l'habitat de la faune sauvage sans mesurer les conséquences pour les êtres humains, en particulier les restrictions imposées sur l'usage des biens fonciers sans compensation malgré la perte de valeur du bien. Et puis l'ONU a bonne presse, tout le monde considère cette organisation comme bénigne et même pleine d'intentions louables. En France on connaît davantage les aspects culturels et humanitaires: l'UNESCO et l'UNICEF. J'ai remarqué un réflexe positif chaque fois que ces deux institutions sont citées.

Puis j'ai écouté des interviews d'experts donnant leur avis sur la crise monétaire et économique mondiale, et quand je me suis sentie saoûlée de paroles j'ai écouté le Concerto n°1 pour piano et orchestre de Chopin. Il a fini juste quelques minutes après minuit. Je n'avais aucun message de CB me disant de ne pas faire comme j'avais prévu donc j'étais certaine qu'il attendait mon appel et répondrait dès les premières sonneries.

J'ai composé son numéro en 04 comme indiqué dans mon email. J'ai entendu la sonnerie mais à ma stupéfaction, personne n'a répondu! J'ai alors composé le numéro de son portable et après quelques sonnerie une voix embrumée de sommeil a répondu. J'étais catastrophée. Moi qui pensais qu'il attendait mon appel, voilà que je le tirais du sommeil! Je lui demande s'il a reçu mon email avec le CV. Non! "Mais je vous l'ai envoyé aujourd'hui vers 14H!" Alors il me dit qu'il a éteint son ordinateur il y a plusieurs heures et que parfois les emails mettent dix heures à transiter d'un point à l'autre. En plus la ligne était pleine de "friture" et je lui ai dit que j'avais beaucoup de mal à l'entendre. "Vous êtes en pleine campagne, dans la France profonde!" (pour ne pas dire "en pleine cambrousse") Il m'a dit que le bateau faisait cage de Faraday et qu'à cette heure il n'allait pas sortir à l'air libre pour améliorer la communication. Alors je lui ai demandé quand je pourrais le rappeler le lendemain. Vers midi? "Non, car je dois aller chez le dentiste. Plutôt 11 heures." J'ai dit d'accord et ai raccroché. Je lui ai envoyé un email disant que je regrettais de l'avoir dérangé mais que comme tous ses emails portaient l'heure de minuit et quelques j'étais sûre de ne pas le déranger en appelant à cette heure.

Jeudi 23: Le lendemain matin j'étais très troublée par l'incident et n'étais pas sûre de ce que j'allais faire. Pourquoi me disait-il qu'il n'avait pas reçu mon CV? Quand un email n'arrive pas à destination il revient à l'envoyeur avec la notice "MAIL DELIVERY FAIL", or le message ne m'était pas revenu. Est-ce qu'il me mentait? Avait-il voulu m'humilier? S'il avait voulu il n'aurait pas pu faire mieux. Et comptait-il me tourmenter au téléphone à me poser des questions dont la réponse était sur mon CV, et me faire perdre du temps et de l'argent? Pourtant dans nos communications précédentes rien ne laissait penser qu'il était ce genre de personne. Finalement j'ai décidé de l'appeler à 11 heures comme prévu et de lui demander s'il était à la recherche d'une compagne ou non. Comme ça je serais fixée au moins à ce sujet.

Peu avant 11 heures je vois un message de lui dans ma messagerie. Il dit qu'il n'a toujours pas reçu mon CV et me demande de l'appeler de préférence vers 10H30 au lieu de 11H, et m'explique qu'il essaie de se discipliner et se coucher avant minuit, ce qui explique l'incident de la veille, mais seulement en partie car que s'est-il passé avec mon CV?

Je ne sais toujours pas s'il parle sérieusement ou se fiche de moi. Quand je l'appelle je suis d'assez mauvaise humeur car très tendue nerveusement, incertaine de sa bonne volonté à mon égard. Je retiens avec peine un torrent d'accusations. Je lui demande combien de temps il a pour parler. Il me dit un quart d'heure. Je lui dis "Avant tout j'aimerais vous poser une question primordiale car je préfère savoir dès le départ plutôt que de continuer et de devoir ensuite cafouiller: Etes-vous à la recherche d'une compagne?" "Non, j'en ai une, pourquoi?" "Parce que je suis à la recherche d'un compagnon... Bon, eh bien écoutez dans ce cas, cela ne m'intéresse pas de continuer à correspondre avec vous, je ne vais pas vous... écrire davantage (j'allais dire "vous ennuyer" mais ce n'était pas ce que je voulais dire) mais vous pouvez me mettre sur votre liste si vous avez une... comment on appelle ça?" "Une newsletter?" "Oui." "Je ne vais pas envoyez une newsletter chaque fois que je modifie mon site!" "Bon, eh bien, je continuerai à visiter votre site de temps en temps, mais c'est tout, alors au-revoir et bon vent." Et j'ai raccroché.

Le pauvre, je ne l'ai pas laissé en placer une. Je suis sûre que la conversation n'aura pas duré plus d'une minute, mais c'est difficile de se détendre et papoter amicalement quand on ne sait pas si l'interlocuteur est un gentil ou un méchant, et quand on sait qu'une oreille indiscrète ne rate pas un mot de ce qui se dit, et que le compteur tourne...

Mardi 28: Et si c'était vrai qu'il n'avait pas reçu mon CV? J'ai relu son dernier message et il était simple, calme et direct, pas du tout le style de quelqu'un qui fait une embrouille. Alors mon message avec le CV joint a-t'il été piraté et détourné en chemin pour que CB n'en prenne pas connaissance? On ne peut même plus compter sur le courrier électronique pour arriver à destination?

Je me suis fait un short dans du lin fin bleu marine que j'ai depuis logtemps. Comme j'ai fait le modèle à partir d'un minimum de mesures, il était juste un peu trop étroit et pour l'élargir j'ai eu l'idée d'ajouter des bandes brodées dans le style sashiko sur les deux côtés et aussi en bas pour rallonger. Je m'y suis aussi prise à deux fois pour la fermeture à cordon coulissant. Mais après un long hiatus sans rien coudre je me suis sentie pleine d'allant pour ce projet, et la vue et le toucher de ce tissu d'une si belle couleur me donne beaucoup de plaisir.

Quant au motif de sashiko j'avais il y a quelques mois peiné à trouver la façon la plus rationnelle de le broder, et j'avais enfin trouvé, et le schema était toujours sur ma table. Je n'ai donc pas hésité sur le choix du motif.


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->] >