Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->]

Paris, septembre 2012

Désormais vous pouvez rechercher ce site avec Google sur la page du Sommaire.

Mon email du 3/9 à CB
et sa réponse du 4/9
LRAR de ma mère marquée "Brosville (27) le 3/9"
Cachet de la poste de la LRAR
"Coulommiers (77)le 4/9 à 16H45"
************
Explications
************

Lundi 3: Je contacte à nouveau Charles Berg le 3 à 17H35 car je sais que ma famille est trop contente que l'affaire se soit terminée ainsi avec mon coup de fil d'adieu le 22 août. Je veux lui parler de plusieurs idées qui me fourmillent dans la tête à propos du recyclage de péniches (jardins potagers, poulaillers, installations solaires etc.) ainsi que pour lui demander de m'aider avec mes problèmes crimino-personnels. J'aimerais re-visiter la Bourgogne que j'avais un peu connue quand mes grands-parents maternels y habitaient et la région Rhône-Alpes où j'avais grandi, et lui proposais de faire un crochet pour lui rendre visite après ma tournée. Je lui ai dit que je n'avais encore fait aucune réservation et il m'a répondu le 4 vers 12H30 en me demandant de lui donner mes dates quand je les aurais.

Le mercredi 5 j'ai eu une meilleure idée car je pensais que dès l'instant où il acceptait de me rencontrer'il vaudrait mieux commencer par cela au lieu de visiter les églises romanes en premier. Et comme j'avais envie d'eau j'ai pensé qu'en louant un petit bateau je pourrais plus facilement le voir surtout si j'amarrais mon bateau à côté du sien, au lieu d'être à l'hôtel en ville, mais là je me suis un peu trop avancée et de toute façon on ne loue pas de bateau aux personnes seules. Ca n'a donc pas pu se faire comme ça et dans mon dernier message portant l'heure de 15H59 je lui disais que j'étais à court d'idées et que j'espérais que la nuit me porterair conseil. Il m'a répondu qu'il était sûr que j'y verrais plus clair le lendemain (ou quelquechose comme ça) et en effet, le lendemain j'ai compris qu'il n'était pas chaud-chaud pour me voir et qu'il valait mieux que je le laisse tranquille.

Mais alors qui va m'aider à me sortir de cette prison où je ne peux avoir de relations proches, sincères et mportantes avec personne? Ni de soins médicaux et dentaires dont j'ai tellement besoin? Qui va m'aider? Je sais bien que je suis allée trop vite et trop fort en lui envoyant un CV sur fond rose et en disant que je m'occupais d'"économie domestique" cela a dû l'effrayer et je ne lui en veux pas. Maintenant je crois qu'il a bien reçu mon CV mais il ne voulait pas en parler et c'était bien pour me chasser qu'il a fait cette mise-en-scène quand je l'ai appelé au téléphone à minuit. Mais même s'il n'est pas intéressé d'un point de vue amoureux il y a quand même des points d'intérêt communs et, on peut toujours rêver, l'espoir qu'un type bien comme il semble l'être fasse preuve d'humanité envers quelqu'un en détresse.

Dans la matinée j'ai reçu une LRAR de ma mère m'invitant à sa maison de Normandie le 3 octobre car, dit-elle, elle va mettre la maison en vente et voudrait répartir les meubles entre tous les enfants. Quelle idée de mettre en vente une maison en ce moment alors que le marché de l'immobilier est si mal en point! Mettre en vente est une chose, mais la maison pourrait bien rester invendue pendant plusieurs années alors pourquoi se presser à la vider? La lettre, qui commence avec "Brosville, le 3 septembre," porte les noms et adresses de chacun/e de ses enfants ce qui laisse à penser que chaque enfant a reçu la même LRAR et mon nom est coché en bleu. Mon adresse est imprimée sur un papier autocollant découpé maladroitement aux ciseaux. La lettre porte le cachet de la poste de Coulommiers dans la Seine-et-Marne (77) daté du 4 septembre à 16H45. On dirait qu'elle rend visite à Norbert qui habite ce département. Le facteur qui m'a apporté la lettre n'était ni celui aux cheveux noirs, ni le bel homme en costard-cravate qui m'avait tellement impressionnée au début de l'année.

L'arrivée inattendue de ce courrier m'alarme et au moment de signer j'ai du mal à contrôler le mouvement de ma main. Les deux signatures que j'appose sont horribles, elles ne ressemblent en rien à ma signature habituelle, je laisse tomber la lettre à terre et le facteur la ramasse, et je suis inquiète de ce que cela peut vouloir dire, surtout ma signature méconnaissable et si laide!

Jeudi 6: Apporte 2kg de taies d'oreiller à laver au poids. Un couple de vieux me devance, la femme est accoudée sur le comptoir bas, le cul saillant en arrière, discutant avec le gérant de la promo du jour. Cela dure longtemps et j'attends debout derrière et finalement je pose mon sac à dos sur le comptoir. Le gérant enfin me prête attention. Je lui dis ce que je veux, lavage au poids, et malgré cela il sort mes taies et les compte une à une en me disant que comme je compte toujours cela sera fait. Je dis que pour le lavage au poids en général on pèse, on ne compte pas les pièces. La vieille doit s'écarter pendant l'opération.

mésaventure de blanchisserie

Je profite pendant qu'on est à ce commerce, pour raconter comment l'an dernier ce gérant et deux de ses employées m'ont tourmentée sur une assez longue durée. Je n'avais rien dit, pensant qu'ils arrêteraient leur mesquine cruauté, mais comme mon silence ne me vaut aucune sympathie en retour, je ne vois pas pourquoi je me gênerais.

Donc l'année dernière en avril-mai j'apporte une paire de draps et quand je viens la chercher la semaine suivante l'employée me dit qu'elle n'est pas encore de retour de la blanchisserie car celle-ci a fait le pont du weekend de je-ne-sais quoi. J'avais apporté des serviettes alors je les dépose et repars avec un autre ticket. Quand je reviens quelques jours plus tard pour mes draps ils ne sont tjs pas là, je dois revenir une 3ème fois! Quant aux serviettes, arrivée chez moi je me rends compte qu'elles n'ont pas été repassées et qu'elles sont pliées d'une façon hâtive qui ne correspond pas à l'emplacement sur mon étagère.

Il y a un long weekend et dès le premier jour ouvrable suivant j'appelle 5-à-Sec et explique le problème des serviettes. La femme me dit que j'aurais dû téléphoner plus tôt et qu'elle ne peut rien faire mais je lui rappelle le long weekend et lui demande quand je pourrais parler au gérant. Elle me dit qu'il sera là en fin de journée Je l'appelle vers 18 heures et il dit qu'il va étudier le problème pour voir ce qui s'est passé et me propose de rapporter les serviettes le lendemain, ce que je fais, mais là au lieu d'être aimable comme la veille il essaie tout pour que je reparte avec les serviettes inchangées, il m'explique que le tissu éponge ne se repasse pas, alors je lui réponds qu'il me facture 3€ par serviette et que c'est écrit "lavé et repassé" sur le ticket. Comment justifie-t'il un tel prix si la serviette n'est pas repassée? Il a encore essayé de me faire repartir avec les serviettes sans y toucher. Je lui dis que ce n'est pas seulement qu'elles ne sont pas repassées, elles sont aussi mal pliées, alors il me regarde comme si j'étais dingue, me demande ce que je veux dire, alors je lui dis que les serviettes doivent être pliées d'une certaine façon et toujours la même et il fait comme s'il ne savait pas de quoi je parle et me demande comment il faut les plier alors je lui montre. Finalement il accepte de travailler à nouveau sur les serviettes et quand je les reprends elles sont correctes. Mais à deux nouvelles reprises, dans les mois suivants, avec des torchons cette fois, je m'apercevrai (avant de rentrer chez moi, heureusement!) que le linge est plié à la hâte et pas repassé, m'obligeant à revenir à la boutique et à attendre que l'employée de service fasse son boulot.

Et c'est seulement cette année au mois d'avril ou mai que j'ai eu le fin mot de l'histoire: venant chercher des draps, je suis précédée par un homme qui est venu chercher son linge de corps, et j'apprends que son linge est lavé au poids à 8€/kg! Donc le problème avec mon linge non repassé était dû au fait qu'ils avaient cherché à m'arnaquer en me faisant payer le prix du linge lavé-repassé tout en me faisant le service de la lessive au poids!

Alors quand aujourd'hui le gérant a compté mes taies d'oreiller alors que je lui demandais le lavage au poids, en me disant qu'il se rappelait que je comptais toujours mes pièces, c'était faux, la vérité est que je vérifiais toujours si le lingé était bien repassé mais je ne comptais pas les pièces au retour, c'est le personnel qui les comptait quand je les apportais évidemment, et pour la lessive au poids -la première fois que je demandais ce service car il n'était pas affiché et j'avais ignoré son existence jusqu'à ce que l'homme devant moi me le montre- je ne vais pas vérifier que le linge est repassé puisque je ne paie pas pour ce service. Oh what a tangled web we weave when fiest we practice to deceive! (W Shakespeare) Le type a encore essayé de m'embrouiller pour dissimuler sa faute.

* * * * *

Ensuite j'ai fait des courses chez Casino, acheté une carte de la Bourgogne et un guide touristique plus quelques aliments et à la caisse un noir qui n'avait que deux bières à payer a demandé à la femme qui me devançait s'il pouvait passer avant elle, puis il s'est avancé vers la caisse et a eu une altercation avec un homme qui attendait devant la femme et le noir débitait un flot de paroles incessant, c'était incroyable, il n'arrêtait pas de parler avec un accent de la Guadeloupe. Comme il attendait derrière une personne qui était lente et avait beaucoup d'achats, cela devenait très éprouvant pour les nerfs, et pendant ce temps, la femme derrière moi remuait ses pièces dans son porte-monnaie juste à hauteur de ma tête en faisant un bruit qui devenait agaçant à la longue. J'étais donc coincée entre deux sources de stress et je savais bien que c'était fait exprès.

Tuerie de Chevaline C'est en lisant les infos plus tard que j'apprends qu'à l'opposé d'Annecy au bout du lac, vers Doussard, au lieu dit la Combe d'Ire, qu'une famille d'Anglo-Irakiens, assis dans leur BMW sur un dégagement au bout de la route, a été attaquée à l'arme à feu, et un témoin à vélo tué lui aussi, le père, la mère et la grend-mère tués, la fille de 7 ans touchée à l'épaule par une balle et cognée à la tête avec des fractures du crâne, et la petite de 4 ans sans blessures physiques, réfugiée aux pieds de sa mère à l'arrière, ne bougeant pas pendant huit heures.

La scène du crime a été découverte et l'appel aux secours passé à 15H48 hier, le mercredi 5, par un Anglais qui je crois poussait son vélo sur la côte et avait été dépassé quelques minutes plus tôt par le cycliste maintenant mort. Les médias appellent cet événement "la tuerie de Chevaline". Il n'y a aucun mobile apparent et les recherches se dirigent vers les relations d'affaires de l'homme qui dirigeait une petite boîte d'ingénierie informatique high tech avec des clients comme la NASA et des industriels de l'armement. Vu l'heure du crime, je pense qu'ils ont été attaqués au retour de leur promenade à pieds dans la combe, car on ne commence pas une promenade à cette heure surtout avec de jeunes enfants et une grand-mère de 74 ans. Ils auront donc pu être guettés assez longtemps.

Pourquoi la fillette était-elle le seul membre de la famille à l'extérieur de la voiture? Il devait y avoir un silencieux sur l'arme à feu car personne n'a rien entendu. Les policiers ont trouvé 25 douilles, il y avait donc encore 5 balles dispo puisque chaque magasin contient 15 balles. Alors pourquoi ces balles n'ont-elles pas été tirées sur la fillette mais des coups assenés à sa tête? On dirait qu'elle et le témoin-cycliste ont fait l'objet d'un traitement spécial comme s'ils servaient de sybstituts pour un avertissement terroriste, disons, un avertissement destiné à une femme et un homme, pour qu'ils ne parlent pas. Les trois autres victimes sont extérieures au message, elles ont été tuées car il fallait bien s'en débarrasser pour qu'elles ne parlent pas. Enfin, c'est une explication possible à laquelle je suis forcée de penser, à cause des circonstances particulières où je me trouvais, prête à voyager pour rencontrer un homme et lui demander de l'aide, d'autant plus que dans sa réponse il avait utilisé la même expression que moi dans mon journal du mois d'août: "en pleine cambrousse", me laissant entendre qu'il connaissait l'existence de mon site sur internet.

Je me souviens que mon père nous avait emmenés à la Combe d'Ire quand nous habitions Annecy le Vieux, il avait même dit que le nom du cours d'eau veut dire "colère" en Latin, et dès que j'ai appris la nouvelle du drame je me suis aussitôt souvenue de cette promenade car quelquechose me chiffonnait: à l'époque de notre visite à la Combe d'Ire j'étais en Première et mon père était à la recherche d'une maison pour s'installer en région parisienne. Cependant il avait dit pendant notre visite à la combe, qu'il envisageait d'acheter un terrain à proximité et d'y faire bâtir une maison. Cela ne pouvait pas être à la fois la région parisienne et la Combe d'Ire, donc il ne disait pas la vérité quelque part. Serait-il possible alors qu'il m'ait emmenée là spécialement pour implanter ce lieu dans ma mémoire afin que je me sente personnellement visée par tout événement majeur qui s'y produirait? Ce n'est pas impossible, étant donné ce que je sais de ma famille. Dans ce cas le conducteur de la moto serait Norbert et celui de la petite voiture blanche(1':30"), François. J'ai vu ce dernier au volant d'une telle voiture quand il est venu en 2002. En plus il parle bien anglais, ce qui lui aurait permis de converser amicalement avec ses victimes avant de les attaquer.

Samedi 8: vais chercher 3 paquets à la poste (tel portable, livres nav fluv, sandales du Berger). Service aimable.

Mardi 11: Hier j'ai terminé la paire de shorts en lin marine avec des bandes brodées style Sashiko. Je suis très contente du résultat. Le truc classe à mon avis c'est la jonction entre la bande verticale et la bande horizontale. C'est la forme que prend l'espace vide à cet endroit qui me plait. Le vêtement arrive sous le genou, c'est la même longueur que les shorts de basket ball pro américains, une longueur confortable et seyante.

Tuerie de Chevaline: Aujourd'hui on apprend d'un maçon qui travaillait sur la route menant à la Combe d'Ire, qu'il a vu la BMW bordeaux se diriger vers la combe et que'elle n'a été suivie par aucun véhicule. Disons qu'il y avait deux tueurs, ils avaient donc choisi le site avant de choisir les victimes ce qui confirme mon hypothèse d'un coup signé Picart, ils étaient sur place avant l'arrivée de la famille Al-Hilli et ont décidé qu'elle ferait l'affaire car il y avait une fillette qui pouvait me représenter; en effet il s'agissait avant tout de commettre des violences terrifiantes contre une personne du sexe féminin. Il serait intéressant de savoir qui d'autre a visité cet endroit plus tôt ce jour-là.

Un autre témoin qui se rendait à la combe avec deux copines et avait l'intention de passer la nuit plus haut et non pas redescendre, celui à qui l'Anglais qui a découvert la scène de carnage a parlé en premier, est formel qu'il n'a vu aucun véhicule descendre la route, mais il est possible que le 4x4 et la moto aient pris la route du Moulin qui rejoint la départementale. On peut donc conclure que si la moto et le 4x4 étaient impliqués dans le massacre, ils auront pu accéder au lieu du crime sans être vus à Chevaline, ou alors ils seront arrivés avant les Al-Hilli. (selon certains témoins, ils ont vu une 4x4 sombre mais une dame déclare avoir vu une "petite voiture blanche" s'éloigner à grande vitesse.) On apprend aussi qu'une seule arme à feu a été utilisée, mais que la présence d'une autre personne n'est pas à exclure. Il pourrait y en avoir un qui a tiré et l'autre qui a barré le passage à la voiture pour l'empêcher de partir. Les deux complices auraient pu faire semblant de ne pas se connaître afin de ne pas éveiller les soupçons, permettant aux membres de la famille de rentrer en voiture tranquillement, et collaborer soudainement au moment de l'attaque.

Vendredi 14: J'ai essayé de me connecter à internet vers 11H. Le débit était super lent, quand je cliquais sur un lien il ne s'ouvrait pas même après que la barre de chargement soit complètement verte. Après 2 heures d'essais infructueux je téléphone à Orange. J'ai un jeune homme dont la voix semble indiquer qu'il est d'origine africaine. Je lui explique mon problème. Très aimable, il me dit qu'il me rappellera dans 20 minutes. Le temps d'attente écoulé, il me rappelle et je lui explique en plus de détails. Il me dit que pendant le temps d'attente il a fait des tests sur ma ligne et que mon débit est normal. Je lui demande s'il n'y a pas un problème général sur le réseau Il me dit que s'il y en avait il me l'aurait déjà dit. Il dit que le problème vient de mon ordinateur. Je dis que j'étais sur internet jusqu'à 1:30 du matin et que tout marchait bien, que pouvait-il s'être passé dans l'intervalle? Il dit qu'il ne sait pas et que je devrais apporter mon ordi à un technicien. Je dis que je vais faire une restauration de système et lui demande de patienter, mais il me dit d'un ton alarmé que je ne suis pas assez qualifiée pour faire des modifs sure le registre. Je lui dis qu'on n'a pas besoin d'être un technicien chevronné pour faire une restauration sys.

Une fois la restauration terminée je fais un essai de connexion mais ne remarque aucune amélioration. L'agent Orange me dit qu'il peut m'envoyer un technicien Orange. L'intervention coûtera 110€ mais je pourrai bénéficier de 50€ de réduction sur mes prochains impôts. Il ajoute "Vous payez bien vos impôts, n'est-ce pas?" Je suis abasourdie. Il m'explique que si je fais réparer mon ordi par un technicien Orange cela me reviendra beaucoup moins cher que si je fais appel à un autre tech parce qu'Orange a passé un accord avec l'Etat pour faire bénéficiee ses clients d'une réduction d'impôts de 50€. Puis il ajoute quelquechose insinuant que je ne paie pas mes impôts. Je sens la moutarde me monter au nez. Je téléphone pour recevoir de l'aide pour un mauvais débit internet et au lieu de m'aider on m'accuse de faire de la fraude fiscale! "Mais qu'est-ce que mes impôts ont à voir avec mon problème? Et en quoi cela vous regarde-t'il si je paie mes impôts ou pas?" "Mais c'est ce que j'essaie de vous expliquer!" "Attendez, expliquez-moi à nouveau, je ne suis pas sûre d'avoir bien compris." Et de m'expliquer à nouveau, accord Orange-Etat français... technicien Orange se déplace à mon domicile, facture de 110€ avec avoir de 50€ en réduction d'impôts... et à nouveau une insinuation que je fais de la fraude fiscale. Cette fois-ci je suis carrément en colère et lui dis que ma situation fiscale ne le regarde absolument pas et lui dis de se mêler de ce qui le regarde. Il répond en me disant au-revoir Madame et il raccroche.

J'étais sûre que ma mère était derrière cette nouvelle tentative de me forcer à faire venir un "technicien" chez moi car cette manipulation psy où le type essaie de me forcer à accepter un visiteur juste pour nier que je fais de la fraude fiscale est typique de ma mère. Elle ne trouve rien d'autre pour me manipuler que ces insinuations ridicules, car n'ayant aucun revenu je ne suis pas imposable sur le revenu. Si elle pouvait trouver quelquechose de bien honteux pour me faire chanter elle s'en donnerait à coeur joie. Mais il n'y a rien. Cela fait à peine deux mois qu'ils ont essayé le coup chez Orange et ils remettent ça!

J'éteins mon ordi, le range et le mets sous clé comme d'habitude quand je sors, et vais voir ce qu'il y a chez Toto Tissus. Je trouve du velours milleraies gris clair et tabac à 6,50€/m en 150 et du doupion de soie à 15€/m en 150 Le doupion est à grands carreaux (25cm) beiges/blanc/jaune et aussi en vert menthe avec des rayures intermittentes vert plus foncé. J'achète également 4 paires de socquettes fines en coton noir et marine. Chez Monoprix je trouve un sac à dos à mon goût et en plus il est soldé à 9,90€ avec une trousse en plus. En rentrant de courses par la rue de la Vistule, au moment où j'arrivais à la porte double juste avant la boulangerie qui fait le coin avec av. de Choisy, une femme portant un sac à dos identique au mien mais en gris foncé parlait avec un homme (un asiatique avec une demi-couronne de cheveux et la tête chauve) en blouse de dentiste... violette!

Quand je tente de me connecter à internet après mon retour je n'ai plus aucun problème.

Jeudi 27: Depuis deux semaines la conviction que ce sont mes frères qui ont fait "la Tuerie de Chevaline" n'a cessé de croître, d'une part à cause de la relation du crime à ma vie personnelle, et d'autre part à cause des détails du crime (silencieux, moto, petite voiture blanche) qui renvoient à mes frères, et pour cette raison j'ai apporté quelques améliorations à mon site: installé un moteur de recherche sur la page du sommaire, favicon, réparation de quelques liens, corrections diverses... et dès que j'ai commencé à faire cela et à consulter l'annuaire et le plan de Paris en me cachant entre les rideaux et les double-rideaux, les menaces ont commencé. Les menaces de me couper les bras. Comme en 2003: élagage d'arbres et arbres sciés à la base sur mon trajet habituel, et sur internet, sur LiveLeak où je me rends tous les jours, une vidéo d'une femme sans bras qui s'habille ainsi qu'une vidéo d'un homme sans bras qui joue du piano avec les pieds. En même temps, j'entends un matin le bruit d'une tronçonneuse mais au moment où je m'apprête à l'enregistrer sur mon petit Olympus numérique, le bruit cesse. Je ne sais pas s'il y a une intention de faire de la suggestion subliminale en faisant provenir le message, comme par hasard, de trois sources différentes, ce serait assez typique de ma mère qui veut garder la possibilité de nier comme les agents de la CIA qui se respectent, mais pour rester dans le subliminal il faudra être plus subtil.

Une autre mesure d'intimidation que j'ai observée maintes fois mais jamais enregistrée sauf cette fois-ci, est la publication de matériel obscène dans un média grand public. Ainsi Google Actualités titre un article venant de Rue 69 (c'est toujours de Rue 69 que viennent ces titres) sur "la nouvelle niche du porno":

Vidéo d'une femme sans bras
Arbres élagués hors-saison
Arbres sciés à la base
Obscénité sur Google Actualités

Lundi dernier je suis allée en métro à l'ambassade du Royaume Uni. D'abord ce n'est pas évident de trouver sur l'annuaire quand on ne sait pas exactement sous quelle appellation cet état figure. Non, ce n'est pas Angleterre, et ce n'est pas Royaume Uni non plus. Le temps était pluvieux avec des rafales de vent. Le temps idéal pour porter mon nouveau chapeau Tilley! J'ai marché vers le métro Tolbiac et suis passée devant une chaise violette, non, MAUVE, pardon! Je suis descendue à la première bouche mais il fallait avoir un ticket et je n'en avais pas alors j'ai demandé à la première personne qui arrivait, une jeune noire, si elle voulait bien me laisser passer avec elle, car sinon je devrais remonter. Elle a accepté immédiatement, Dieu la bénisse! et m'a dit de me placer derrière elle et j'ai élevé mes béquilles au-dessus de ma tête à l'horizontale, le seul moyen pour passer, et une fois à l'intérieur j'ai acheté un carnet de tickets. A Chatelet j'ai fait la longue correspondance sur le trottoir roulant. Je n'avais pas fait ce trajet depuis trente ans au moins mais je m'en souvenais comme si c'était hier.

A Concorde je suis sortie rue St Florentin, la rue où habitait le vieux photographe américain Gene Fenn à qui je rendais visite fréquemment en 75. Puis a gauche la rue du Fg St Honoré. C'était assez loin à pied. Arrivée devant l'ambassade je sonne et on me demande ce que je veux. Un coursier est arrivé en même temps que moi et je suis rentrée en même temps que lui mais dans les ambassades ils sont chatouilleux, ils ne veulent pas laisser rentrer n'importe qui car une fois dans l'enceinte on est sur le territoir du pays de l'ambassade et on peut faire valoir des droits de réfugié politique ou je ne sais quoi.

Toujours est-il que je suis restée debout de l'autre côté de la porte, attendant l'arrivée d'un homme qui s'empressait dans ma direction, et je lui ai expliqué le motif de ma visite: étant donné que la plupart des victimes de Chevaline sont des sujets britanniques, je souhaitais l'aide de l'ambassade pour acheminer un courrier au procureur de la République chargé de l'enquête. Le Français travaillant pour l'ambassade m'a donné quelques conseils, après quoi il m'a priée de franchir le seuil à nouveau avec une impatience mal dissimulée.

Il était presque midi et j'ai voulu m'éloigner de ce quartier au plus vite sans pour autant rentrer chez moi alors j'ai repris le métro et suis sortie à Chatelet, ai marché un peu désorientée sur la rue de Rivoli et quand j'ai vu un signe indiquant le Pont Neuf je me suis souvenue qu'il y a une station de métro ainsi nommée sur la ligne qui dessert mon quartier. J'ai pris deux bières dans un troquet sur une petite rue et ai écrit mes pensées sur Chevaline et à 14 heures j'ai repris le métro en direction de chez moi.

Hier mercredi 26 je me suis dit que ce serait plus simple de téléphoner et c'est ce que j'ai fait. Au TGI d'Annecy on m'a donné le numéro de la gendarmerie de Faverges et j'ai appelé un peu après 14 heures. J'ai dit que j'avais vécu à Annecy entre 1955 et 1971, année de mon bac, qu'on avait d'abord habité en ville rue Carnot avec ma famille et qu'on s'était ensuite installés à Annecy-le-Vieux. Le policier m'a alors demandé mon nom et je le lui ai donné. Puis j'ai enchainé en disant que ma famille était une famille criminelle et que bien sûr ils auraient voulu que je fasse partie de la bande mais je n'avais pas voulu parce que ça ne m'intéressait pas. Là il m'a semblé qu'à l'autre bout du fil le policier était interloqué. "Et toute ma vie ils ont commis des crimes contre moi, y compris plusieurs tentatives d'assassinat" dis-je avec une certaine colère dans la voix. Ensuite j'ai expliqué que juste avant la T de C je m'apprétais à rendre visite à un homme dont j'avais fait la connaissance sur internet à cause de son occupation, que j'allais me déplacer, et que ma famille le savait car elle surveillait toutes mes communications et ont voulu empêcher la rencontre. Et je dis que je pense que ce sont mes deux frères qui ont fait le coup, ajoutant que l'un conduit une moto, l'autre une petite voiture blanche, et qu'il sont les "gros bras" en quelque sorte. "Mais pour quel motif?" me demande le policier "Pour m'intimider, pour que je ne parle pas avec cet homme..." et je lui dis que j'ai un site internet où il y a beaucoup d'information et il me demande l'adresse. Une fois qu'il l'a, je lui demande "Alors je fais quoi, moi, maintenant?" et il me répond "Vous ne faites rien." Je lui dis au-revoir et raccroche. Je ne peux pas m'empêcher de rire en pensant à ma dernière question et à sa réponse. On rit de ce qu'on peut.

Dimanche 30: Tout avait bien marché jusqu'à vendredi dernier sur mon site internet quand soudain...

Message de "maintenance planifiée" daté du 5 septembre

Mon message à Yahoo

Il y avait ce truc blanc répandu devant ma fenêtre en début d'après-midi. Je m'en suis aperçue en allant allumer mon ordinateur. On dirait encore un message codé. Il suffit pour comprendre de remplacer le blanc par du rouge et de faire le rapport avec les difficultés inattendues que j'ai rencontrées pour accéder à mon site. Ce n'était pas difficile car le message de Yahoo concernant une maintenance de routine qui était la cause des difficultés était daté du 5 septembre alors qu'au cours de la semaine qui se termine, où je me suis souvent connectée à mon site, il n'y avait aucun problème.

J'ai terminé le pull au tricot que j'avais commencé début août. Je n'ai plus qu'à rentrer les fils, border l'encolure et les emmanchures avec un rang de crochet, le laver, sécher et mettre en forme, et enfin le photographier.

Tuerie de Chevaline Il me semble que c'est un indice important que cette vidéo sur le carnage au 24 Heures du Mans de 1955 dont j'ai mis la photo dans mon journal d'aôut, car elle semble annoncer la tuerie du 5 septembre. Avec le recul, on peut vraiment comprendre ce que cela voulait dire: "Si tu n'arrêtes pas ta relation avec l'homme né en 1955 qui habite dans le departement de la Loire (Charles Berg) il y aura un bain de sang comparable à celui dont il est question dans la vidéo."

Je me suis cramponnée aussi longtemps que possible à l'illusion que ma mère n'avait pas vraiment ordonné ce carnage, qu'elle avait "juste" demandé qu'une femme ou une fille soit violemment tabassée à la tête, afin que je me sente visée et aie peur et me taise, et que ce sont mes frères qui ont pris l'initiative de supprimer tous les témoins. Mais c'est de deux choses l'une comme on dit, et après avoir expliqué ce que signifiait cette vidéo dans mes "explications", force m'a été d'accepter que la tuerie,l'homicide de plusieurs personnes, faisait partie intégrale du plan initial.

Au cas où le lecteur ait des doutes sur la véracité de mes propos sur ce site, étant donné le caractère assez clinique de ma prose, je répondrai que c'est justement parce que les témoignages sont des récits de faits et non des descriptions d'états d'âme que je m'abstiens la plupart du temps de parler de mes états affectifs.

Je ferai une exception cette fois encore pour dire le sentiment d'anéantissement presque total que j'ai éprouvé ces derniers jours à la pensée que ma propre mère ait pu concevoir, décider et ordonner à ses fils l'exécution de ce plan hideux. Cependant je la connais depuis presque soixante ans (j'aurai 60 ans dans un mois et demie), et depuis 1993 je sais qu'elle a commandité mon assassinat en 1990 à New York, et dans les 22 années qui ont suivi j'ai découvert que de nombreuses mésaventures qui m'étaient arrivées depuis l'adolescensce étaient en fait des tentatives d'assassinat qui avaient échoué et dont j'étais sortie indemne. Avec cette connaissance j'ai été forcée de choisir entre l'anéantissement et le durcissement et c'est ce dernier que j'ai choisi pour pouvoir survivre. Non pas que je sois devenue dure de coeur -oh que non!- mais dure à tromper, dure à cuire, oui! Parce qu'il faut accepter la réalité pour survivre, même si la réalité est loin de correspondre à nos désirs.

Quelle femme pourrait penser et dire du mal de sa mère comme je le fais, à moins que ce ne soit vrai? Quel pourrait être l'intérêt, le bénéfice, de fabuler? Aucun. En revanche la maltraitance des enfants est une réalité dont seulement une petite fraction vient à la connaissance des autorités et du public. Pour un enfant qui succombe et fait la une des infos pendant un jour ou deux, combien de petites filles et de petits garçons martyrs réduits au silence? J'étais au nombre de ces enfants, maltraitée par ma mère, mon père et mes trois soeurs aînées, et j'ai survécu jusqu'à ce jour sans que jamais personne ne me vienne en aide. Comme tout ce que je dis sur ce site est la vérité, il n'y a nulle part de contradiction ni d'incohérence et je ne crains pas d'être interrogée car quand on dit la vérité on a l'esprit tranquille. Et pour moi, la tranquilité d'esprit vaut tout l'or du monde.


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [<--] - [-->]