DÉCÈS DE CLAIRE DE NÈVE, VEUVE PICART

CORRESPONDENCE AVEC LA FRATRIE

Mars 2013

enveloppe lettre de Sophie
lettre de Sophie début mars
E-mail de Norbert du 22
E-mail de Véronique du 22
mot de Diane glissé sous ma porte le 22
E-mail d'Elisabeth du 22
E-mail du 22 de l'ambassade de France à Berlin à Elisabeth
E-mail d'Elisabeth à une entreprise de pompes funèbres à Evreux
E-mail d'Elisabeth avec plusieurs devis en pdf d'entreprises de pompes funèbres à Evreux
Plusieurs E-mails entre Brigitte et Elisabeth et première demande de Brigitte d'acte de décès (lire de bas en haut.)
E-mail de Brigitte à Norbert lui demandant le programme de la journée d'inhumation resté sans réponse.
E-mail de Brigitte à Véronique (Maï) lui demandant le programme de la journée d'inhumation resté sans réponse (lire de bas en haut)
E-mail de Brigitte à Elisabeth suite à sa demande d'un acte de mariage des parents
Réponse négative du Ministère des Affaires Etrangères du 26 mars à ma demande d'un acte de décès de ma mère.
E-mail de la Ville de Göttingen confirmant le décès de notre mère.
E-mail de Brigitte à Elisabeth suite à cette confirmation et demandant une réunion de la fratrie.

avril-mai 2013

Le 3 avril Véronique ("Maï") envoie à la fratrie un compte-rendu de rendez-vous avec un notaire d'Evreux. Je tombe des nues car je suis mise devant le fait accompli. Agnès et Norbert acceptent le choix de cette notaire quand à moi je proteste en deux temps, d'abord à cause du déplacement à Evreux nécessaire pour rencontrer le notaire et ensuite à cause de l'imposition de ce notaire et du fait qu'on me demande de prouver mon identité.

Sophie quant à elle préfèrerait un notaire qui soit accessible par le RER et soulève une quantité de sujets qui demandent chacun mûre réflexion avant d'y répondre.

Le 4 avril j'envoie un e-mail à la fratrie depuis ma messagerie chez Orange leur demandant de m'envoyer leurs mails à cette adresse.

Le 6 une expéditrice nommée "Virginie Pradurat" envoie un message à toute la fratrie, on dirait que c'est Véronique Picart notre soeur, écrivant depuis son adresse sur G-mail (le N°5 est son ordre de naissance dans la famille), pour, apparemment, annoncer son retour prochain au Sénégal, mais la raison de son pseudonyme n'est pas claire.

Le 9 je reçois copie d'une lettre d'Agnès au notaire Me Séverine Villoteau, évoquant divers problèmes de succession.

Le 30 je reçois un message de Véronique annonçant que son fils Mathieu Schnee et sa femme attendent un 2ème enfant.

Fin mai Sophie m'envoie un message où elle me demande que je donne mandat à la notaire qui a déjà reçu mandat de mes 6 frères et soeurs. Il ne manque plus que le mien. Mais comme je n'ouvre plus ma messagerie Orange depuis début avril car je suis écoeurée et blessée par les agissements de la fratrie, j'ignore ce message et tous ceux qui sont venus entre temps. Il y en a encore 42 que je n'ai pas lus. Il faudra un e-mail de la notaire adressé à François à ma messagerie Runbox pour que je surmonte mon aversion et aille lire le contenu de ma boîte de réception chez Orange.

Juin 2013

Les en-têtes des e-mails sont datés du 17 et du 20 juillet, dates auxquelles je les ai transférés sur ma messagerie Runbox. En effet chez Orange je ne peux pas sauvegarder une version imprimable des messages alors que sur Runbox je peux, c'est pourquoi je les ai transférés. Mais pour la plupart, la date de ma réponse est la même que la date du message initial qui apparaît dans le corps du texte. Les messages originaux sont sauvegardés intacts.

Réponse négative du Ministère des Aff. Etrangères suite à ma 2ème demande d'un acte de décès de ma mère.

Le 12 juin Sophie me demande de mandater Me Villoteau puis m'envoie copie d'un mail qu'elle a adressé à cette dernière.

À son tour Elisabeth relance les demandes de mandat pour le notaire, terminant avec une menace voilée. A lire de bas en haut: Echange d'e-mails entre Elisabeth et Brigitte. Elle joint à sa demande une copie en très basse résolution (44Ko!) d'un extrait d'acte émis par l'ambassade de France à Berlin. Je m'exclame que je n'ai jamais reçu ce document car je croyais qu'elle l'avait envoyé par la poste. En effet elle avait dit qu'elle allait se charger de procurer une copie à chacun des enfants et j'étais convaincue qu'elle parlait d'originaux papier. Mais en fait je l'avais bien reçu en pièce jointe à un e-mail mais ne l'avais pas vu.

Comme le papier émis par l'ambassade a été fait à partir d'un acte de décès original je lui dis que j'aimerais avoir un exemplaire original de cet acte émis par la Ville de Göttingen et "tant pis s'il est en Allemand".

Elle ne me répond pas à la suite mais sur un nouveau fil de messages:e-mail du 17 juin et promet de m'envoyer un scan de l'original en Allemand. Mais curieusement, ce qu'elle m'envoie n'est pas le document en Allemand mais le document multilingue (Formulaire C), et malgré cela elle dit que c'est le document en Allemand! De plus elle me dit que son mari doit le scanner donc elle ne l'a pas sous la main, c'est Théo qui l'a. Pourquoi?

Le 18 je réclame à la notaire Me Villoteau et à Elisabeth un acte de décès original, sur papier. La notaire m'envoie l'original de l'extrait émis par l'ambassade de France à Berlin, celui dont j'ai reçu une copie à très faible résolution. Elisabeth me répond assez vertement qu'elle a envoyé "les originaux" à la notaire et me dit de me débrouiller pour obtenir l'original que je réclame, alors qu'étant sur place elle a toutes facilités pour obtenir ce papier (s'il existe, bien sûr!) Elle termine en disant "demain cela fera trois mois que Maman est morte et enterrée."

Le 20 j'envoie un e-mail à la fratrie très bref et sans équivoque, leur demandant des photos des obsèques de notre mère. Voici les réponses que j'ai reçues

Je ne suis pas convaincue par la photo de ma mère (cliquer pour l'agrandir). Pourquoi la photo est-elle floue alors que de nos jours on peut faire des photos nettes dans n'importe quelles conditions? En plus la photo a l'air posé comme si ma mère avait agonisé pendant des heures sinon des jours alors qu'Elisabeth disait qu'elle était morte subitement. Ensuite on voit bien que Claire est toute habillée sous les draps, et si elle était morte à l'instant comme le dit Elisabeth Claire n'aurait pas seulement la bouche ouverte mais aussi les yeux. Or Claire évite à tout prix que l'on voit ses yeux car elle sait bien qu'ils sont le miroir de l'âme. Elle est donc bien consciente au moment de la photo. Enfin le lit, les draps et les murs visibles sont des objets susceptibles de se trouver dans une maison de retraite plutôt que dans une résidence bourgeoise allemande. Et ce n'est pas une photo des obsèques, comme je le demandais!

Le 23 je reçois copie d'un échange entre Sophie et Elisabeth où Sophie réclame des photos que Théo a prises pour elle (mais sans dire quel en est le sujet) puis s'ensuit une discussion au sujet de la maison de Normandie à Brosville/Emalleville, où notre mère habitait avant de s'établir à la maison de retraite de Coulommiers, de son entretien et de celui des alentours de la maison qui va être mise en vente.

Le 24 je me déplace à Coulommiers pour porter plainte pour tentative d'assassinat, faux et usage de faux, mais ni la gendarmerie ni la police n'accepte d'enregistrer ma plainte.

Le 26 Elisabeth me demande de patienter car la photo de notre mère que je lui ai demandée, celle qui figure dans le faire-part de décès en pdf qu'elle m'a envoyé il y a quelques jours, est chez l'imprimeur. Si cette photo est chez l'imprimeur, ce n'est certainement pas pour imprimer des faire-part de décès classiques en français et cela ne coûte rien de bricoler un faire-part à partir d'un modèle sur ordinateur. Résumé: à ce jour, aucun faire-part de décès digne de ce nom et aucune phto des membres de la famille rassemblés au cimetière pour enterrer Claire.

Le 28 Madame Richebon, la directrice d'établissement de la maison de retraite, m'envoie un message suite à mon e-mail du 20 qui était en réponse à sa lettre du 13, copie d'une LRAR que je n'ai jamais reçue. Elle me presse de donner mon mandat à la notaire pour que le logement de notre mère puisse être libéré, et regrette que le jour de ma visite au commissariat de Coulommiers je ne sois pas venue à la Colombière pour parler avec elle.

Le 29 Sophie envoie un e-mail à la fratrie parlant de divers sujet concernant la maison de Normandie et la succession. Je suspecte qu'il y a du faux mélangé au vrai. J'aime bien qu'elle veuille que j'hérite du piano "en tant que musicienne". C'est trop d'honneur. Que ferais-je d'un piano maintenant alors que je ne sais pas en jouer? <> <> <> <> <> <>