Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]

Paris, mars 2015

Mardi 3: Ce matin je me suis levée à 7H30 car j'ai bien dormi. A 9 heures j'ai fait une nouvelle tentative d'impression. Il ne s'agit pas d'informatique mais de broderie. Le motif hongrois que j'ai transformé de linéaire en circulaire m'a donné du fil à retordre car je n'avais fait le patron au piquage que pour un demi cercle, ce qui était déjà une tache de plusieurs heures. Pour compléter le cercle je devais utiliser l'autre côté de la feuille perforée mais la poudre ne passait pas aussi bien que sur l'endroit à cause du relief formé par les perforations sur l'envers. J'ai essayé diverses méthodes sur une semaine et finalement je suis revenue à la plus simple, d'imprimer sur l'envers. On n'arrive pas à faire une belle impression du premier coup. Il faut un peu d'entraînement dans le maniement du tampon et je me suis fait la main sur du chiffon pendant la semaine passée. Enfin, ce matin, fraîche et dispose j'ai obtenu un résultat adéquat et j'ai commencé à broder aujourd'hui!

Mardi 10: Suis allée faire des courses d'alim à G20 puis comme le temps était doux j'ai poussé jusqu'à Toto Tissus car j'avais besoin de fil à broder. J'ai trouvé ce que je cherchais et davantage: j'ai le projet, un jour pas trop lointain j'espère, de broder des pensées alors je me sui lâchée sue toutes les teintes de mauve et violet. J'aime beaucoup les tons violacés mais je n'aimerais pas vraiment porter des vêtements dans ces tons. J'ai contemplé de nombreuses fois des laines à dentelle dans de magnifiques tons de mauve, j'ai été très tentée, mais je me suis toujours dit, en dernier ressort, que les châles mauves font trop vieille fille et je me suis ravisée et n'ai pas acheté la laine. Alors pour assouvir mon besoin de violet j'ai décidé de broder des fleurs dans cette gamme de couleurs. Et il y en a beaucoup dans la nature! Toutes les nuances allant du rose-mauve de la scabieuse au bleu-violet intense de la gentiane. Quant aux pensées cultivées, elles présentent tout l'éventail de cette gamme avec des couleurs contrastantes de jaune et aussi du pourpre! Tout un programme.

Jeudi 12: Depuis une semaine deux travailleurs érigeaient un échafaudage contre l'immeuble d'en face, côté cour. Ils ont terminé hier mais aucune équipe n'est venue pour travailler sur l'échafaudage. Le mur extérieur n'a pas l'air d'avoir besoin de quoi que ce soit. Des volets de métal ont été posés à chaque fenêtre récemment.

J'ai travaillé longtemps à ma broderie depuis que je l'ai imprimée sur une toile de lin blanc.

J'ai été agressée verbalement sur la page Facebook de l'émission Non Élucidé. Un certain George White m'a reproché de "diffamer" le père de Marine Boisseranc. J'ai répondu deux fois puis ai quitté le site. Moi qui me plaignais que le forum avait fermé, des imbéciles comme ce type me rappellent pourquoi j'en étais partie. Cependant d'autres membres apportaient des informations utiles. Mais faire le tri est un travail de longue haleine.

Pendant que j'étais sur FB j'en ai profité pour aller voir la page de Valentine Smith-Vaniz, une petite fille de ma soeur Agnès âgée d'environ 16 ans. Elle a supprimé toutes ses photos, alors qu'auparavant il y en avait en abondance. J'avais pu identifier tous mes frères et soeurs et leurs enfants, à l'exception de Sophie et ses enfants. Elle a mis en photo de couverture une photo d'elle en tutu rouge foncé sur justaucorps noir, et des chaussons de ballet à pointe alors qu'à ma connaissance elle ne s'est jamais intéressée à la danse, mais à l'écriture de scénario, la mise en scène et la réalisation de cinéma.

Le temps s'est radouci. L'hiver n'a pas été très rude mais cela fait plaisir de ne plus devoir s'emmitoufler.

Vendredi 13: La semaine a passé très vite car j'ai beaucoup brodé et j'ai vraiment une passion pour cette activité, donc le temps file à toute allure. Au début de mon séjour dans cet appartement j'avais commencé à broder puis en 2009 j'ai pris le tricot car je me disais que la broderie était inutile alors que le tricot est utile. Mais en fait la broderie est très utile aussi, même si elle n'est pas aussi indispensable que le tricot. Mais sans même considérer le produit fini, l'activité à elle seule procure un exutoire à la tension nerveuse et au stress, elle permet d'oublier ses probèmes grâce à la concentration qu'elle exige, elle fait appel au goût, au sens esthétique, à la créativité, à la débrouillardise pour résoudre des problèmes. Et tout ça pour un coût très modique. Il suffit de chercher un peu sur internet pour voir que cette activité passionne de nombreuses personnes (pas seulement des femmes), et il y a tellement de styles qui varient selon les pays, c'est étourdissant.

Mercredi 18: Des hommes armés de Kalachnikovs ont abattu des visiteurs au musée du Bardo à Tunis (oui, là où j'ai vécu quelques mois en 1977). 21 morts. Quel carnage!

Lundi 23: J'ai regardé à nouveau le reportage de la série Non Élucidé consacré à l'affaire du Grêlé, et comme dans le double homicide de la babysitter allemande et de son patron il est dit qu'ils ont été brûlés avec des cigarettes, je me suis soudain souvenue, en voyant le mégot, de la marque que fumait Philip D. J'ai téléphoné au commissariat du 1er arrondissement comme je l'avais fait en octobre dernier mais l'homme qui a pris mon appel n'a pas voulu transmettre à la PJ comme l'avait fait son prédécesseur. Il m'a dit que je devais me rendre en personne au 36 Quai des Orfèvres "car les paroles s'envolent, les écrits restent et au 36 on fera un PV de vos déclarations". Je n'ai pas tout de suite compris qu'il était de mauvaise foi alors j'ai perdu du temps à lui expliquer que cela s'était bien passé avec son collègue la fois précédente, qu'une enquêtrice m'avait rappelée etc. Je lui ai dit que je suis à mobilité réduite et que cela me pose problème d'aller au 36. Il a répondu qu'il y a des aménagements pour les personnes handicapées mais quand j'y étais allée en 2009 c'est bien à pied que j'étais montée jusqu'en haut. Il n'y a pas d'ascenseur. Je lui ai dit qu'une fois rendue sur place je ne saurais pas où aller. Il m'a alors répondu qu'il y a deux policiers à l'accueil et qu'ils me donneront les indication. Alors ma méfiance s'est éveillée car en plus de mon expérience personnelle en septembre 2009, la récente affaire de viol d'une touriste étrangère par des flics au siège même, ainsi que la disparition de plus de 50kg de cocaïne dans la salle des scellés, ont bien montré que tout le monde n'est pas propre chez les chasseurs de crime. Alors si les flics à l'accueil ont pour consigne d'envoyer "la femme aux béquilles" (moi!) dans un traquenard, pour qu'on puisse se débarrasser définitivement de cette gêneuse, ils le feront.

Insatisfaite de ma conversation avec le policier, j'ai charché à contacter la police par e-mail et j'ai trouvé une adresse de messagerie dans les pages jaunes. Après avoir hésité, je me suis finalement décidée en fin d'après-midi et j'ai envoyé le message suivant:

Messieurs, Ceci concerne une enquête de la PJ de Paris sur l'affaire dite du "Grêlé", auteur de viols et d'homicides, en particulier la fillette Cécile Bloch dans le 19è arrt. En octobre dernier j'ai parlé au tél. avec une enquêtrice après avoir pris connaissnce de cette affaire car ayant vécu aux USA entre 1983 et 2002 je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à ce que je regarde le reportage de la série Non Élucidé sur YouTube. En 1976 à l'âge de 23 ans j'ai été violée par un JH dont la description correspond en tous points à celle du Grêlé c'est pourquoi j'ai contacté les enquêteurs. J'ai regardé à nouveau le reportage et me suis souvenue que mon violeur fumait des Chesterfield. De nombreux faits importants pour l'enquête me sont revenus en mémoire et je souhaiterais en parler aux enquêteurs. J'ai également remarqué que Luc Richard était étudiant à Vincennes au décès de sa demi-soeur, tout comme mon violeur l'était (à confirmer) en 1976. Merci.

Mardi 24: Aujourd'hui un avion de Germanwings s'est écrasé dans les Hautes Alpes et l'accident a fait 150 morts. Les faits divers sont très macabres ces jours-ci.

Mardi 31: J'ai commencé à couper et former des hexagones de 2,5cm de côté. Cela faisait longtemps que l'idée me trottait en tête et j'avais même acquis un livre et des hexas en papier prédécoupés pour faire mon patchwork à la main à l'anglaise. Cela m'a donné un sentiment d'enthousiasme dont j'avais grand besoin car après avoir brodé tous les jours du mois mon autre ouvrage je commençais à m'en lasser malgré les progrès. Donc maintenant je peux alterner l'un et l'autre et cela me relance.

Les ouvriers qui ont installé un échafaudage contre l'immeuble d'en face côté cour n'en finissent pas de mettre la touche finale. On se demande quels travaux vont suivre. En revenant de courses j'ai vu que le côté rue est lui aussi garni d'un échafaudage identique. En allant à la poste j'ai vu rue S. Weil un autre immeuble pareillement affublé.

La dernière fois que je suis allée faire des courses chez Fructidor j'allais partir sans payér car en voyant un ticket de caisse à côté de mon sac, j'ai cru que c'était le mien, je l'ai empoché et j'allais quitter le magasin après avoir soigneusement chargé mon sac à dos qui était plein, les objets lourds au fond, les denrées fragiles au-dessus. La caissière m'a rappelée et je suis tombée des nues. Quand j'ai compris mon erreur je me suis dit qu'il ne servirait à rien de m'expliquer, que plus j'essaierais de me disculper plus j'aurais l'air coupable ("Qui s'excuse s'accuse.") alors je n'ai rien dit et j'ai sorti un billet de 10€. Dans la soirée je me suis souvenue d'un épisode qui avait eu lieu aussi dans ce magasin. Un jour dès mon arrivée la caissière m'avait abordée en me disant qu'à ma dernière visite j'étais partie sans payer. Comme c'était l'époque où l'ancienne patronne me faisait des tas de vacheries et me fourguait de la mauvaise marchandise, j'avais regardé la caissière qui demandait paiement avec une méfiance exaspérée, pensant que c'était une nouvelle vacherie de la patronne, et avais refusé de la croire. "C'est pas vrai!" lui avais-je répondu. Et comme le succès de sa réclamation dépendait de ma bonne volonté, elle n'avait pas obtenu un centime de moi. Mais alors, elle n'avait pas menti! J'avais bien oublié de payer cette fois-là aussi! Puisqu'elle venait de me prendre sur le fait j'étais bien obligée de constater que l'erreur venait de moi. Je m'étais concentrée sur le chargement de mon sac à dos déjà à moitié rempli par des courses au supermarché, et sans vérifier que le ticket de caisse sur le comptoir était le mien je l'avais empoché, croyant avoir payé alors que je n'avais pas payé. Je me suis mise à rire en pensant à la fois d'avant où je n'avais as voulu croire la caissière. Bah, si elles ne m'avaient pas maltraitée auparavant je n'aurais pas mis en doutela sincérité de la caissière. Sa méchanceté s'était retournée contre elle. Devrais-je la plaindre? Vraiment cela m'a fait rire, surtout en repensant à l'air soupçonneux dont je l'avais regardée et comment je lui avais dit "C'est pas vrai!" Et elle n'avait rien pu faire. Mais elle avait appris sa leçon et cette fois elle ne m'avait pas ratée! Ha ha ha. Donc, il m'arrivait d'être distraite.

J'ai encore regardé un reportage de la série Non Elucidé, celui sur l'affaire du Dr Patrice Baud, et là encore je suis parvenue à la certitude de qui est responsable. Et ce n'est pas un patient donc tous ces frais pharamineux pour faire examiner chaque dossier médical par un expert sont de l'argent gaspillé. Mais je ne vais pas rédiger de rapport cette fois. Sauf si on m'en fait la demande.

Dans cette affaire comme dans d'autres, qui a fait le coup me parait tellement évident après un temps de réflexion assez bref, que j'en viens à me demander si les enquêteurs sont sincères quand ils disent qu'ils ne savent pas. Peut-être savent-ils mais ils n'ont pas de preuve? Mais alors ils ne participeraient pas au reportage N.E. Je ne pense pas. Peut-être ont-ils été achetés et ils font semblant de ne pas savoir? Ou alors est-ce moi qui ai des pouvoirs exceptionnels? Ce qui est certain c'est que c'est seulement dans les cas où l'auteur est un psychopathe qui a prévu à l'avance comment camoufler son méfait, que les crimes ne sont pas élucidés. Les policiers ne cherchent pas quelqu'un d'intelligent car la plupart des crimes sont perpétrés par des criminels d'intelligence moyenne ou inférieure, qui ne prennent pas soin de camoufler suffisamment leur méfait. Quand le motif est le gain financier, l'auteur est souvent un proche donc le crime est doublement horrible et honteux, ce qui explique le soin avec lequel l'auteur sème de faux indices ou n'en laisse aucun, et prépare d'avance son alibi.

Si les flics savaient détecter le mensonge ils ne se laisseraient pas berner par les larmes de crocodile. Ils ne semblent pas se demander non plus à qui profite le crime. Dans le cas du Dr Patrice Baud, ils affirment que le crime n'est pas crapuleux. Ah bon? Parce que son cabinet n'avait pas été mis sens dessus dessous? Par ailleurs ils cherchent l'auteur parmi les anciens patients du docteur, alors même que les neuropathies ne sont pas une maladie primaire mais l'évolution d'une autre pathologie comme le cancer, la fibromyalgie et bien d'autres. Enfin, si toutes les thérapies du neurologue échouent, il reste toujours la morphine en dernier ressort, pour calmer la douleur. Donc c'est très douteux qu'un patient insatisfait ou un membre de sa famille, ait pu vouloir tuer le docteur pour se venger. Ce n'est pas comme si le docteur était un chirurgien esthétique qui a défiguré une patiente ou un chirurgien orthopédiste qui a amputé un membre sain. Même ces bouchers restent en vie alors qu'on comprendrait mieux une vengeance dans ces spécialités. Mais un neurologue? Vraiment douteux. Et pourtant les flics ne semblent pas chercher ailleurs car ils n'ont pas idée d'un autre mobile possible. Mais dans cette affaire, l'absence d'indice est en elle-même l'indice que l'auteur est une proche.

Comme pour appuyer et valider mes connaisances, j'ai vu cette vidéo qui énumère certaines techniques que les menteurs utilisent pour tromper les enquêteurs. A part les "micro-expressions" je les connaissais toutes parce que j'y ai été confrontée dans le cours de ma vie personnelle, pas parce que j'ai suivi un cours ou lu un livre. J'ai donc une expérience viscérale de ces techniques puisqu'elles visaient à me cacher que j'avais été victime d'une tentative d'assassinat. On ne peut pas faire mieux comme expérience, et ce que j'ai appris m'a permis de déjouer des plans. Donc ce que j'ai appris dans ces circonstances est gravé dans ma mémoire et aussi dans mes émotions et dans mes tripes c'est pourquoi au moindre signe de tromperie l'alarme se déclenche en moi, qu'il s'agisse d'une affaire personnelle ou d'une affaire médiatisée. On peut dire alors que j'ai des pouvoirs exceptionnels parce que personne d'autre que moi, certainement, n'a vécu ni survécu à autant de tentatives d'ssassinat, ni entendu autant de mensonges, et en plus j'ai le sens de l'observation, une excellente mémoire, la capacité à reconnaître des motifs qui se répètent d'une affaire à l'autre, un goût inné pour comprendre ce qui est mystérieux, faire la lumière sur ce qui est caché, et une intelligence au-dessus de la moyenne. Voilà pourquoi je me sens tout à fait à mon aise quand je contacte des professionnels, enquêteurs, avocats ou autres.

P.S.: le 8 avril j'ajoute un lien vers un reportage photo sur mon compte Flickr, qui documente l'érection de l'échafaudage côté cour dont j'ai parlé plus haut et le commencement simultané de travaux de creusement à l'angle avenue de Choisy/rue de la Pointe d'Ivry, toujours au même endroit. Les dates de prise de vue sont indiquées sous les photos dans la partie sur fond blanc. Voir le reportage photo "Côté Cour, Côté Rue"


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]