Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]

Paris, janvier 2016

Bonne année à toutes les choses,
Au monde, à la mer, aux forêts.
Bonne année à toutes les roses
Que l'hiver prépare en secret.

Bonne année à tous ceux qui m'aiment
Et qui m'entendent ici-bas.
Et bonne année aussi, quand même,
À tous ceux qui ne m'aiment pas.

Rosemonde Gérard

Vendredi 1er janvier: Un jour comme les autres sauf que j'ai écrit à Tracy par un e-mail JPay, lui donnant confirmation avec des renseignements et le texte de la loi concernée, que sa mère n'avait pas le droit de le mettre à la porte sans préavis le jour de l'homicide. Donc contrairement à la théorie de l'accusation, Tracy n'a pas commis de violation du domicile d'autrui dans le but de commettre un crime ou un délit, car n'ayant pas été expulsé en règle, il était toujours un occupant légitime de l'habitation. Comme cette théorie de l'accusation est à la base de la condamnation à mort, si Tracy obtient gain de cause en démontrant l'erreur de la théorie de l'accusation, il échappera à la peine de mort.

Samedi 9: Aujourd'hui j'ai terminé le re-tricotage du haut en laine et soie dont j'avais défait la partie supérieure à cause de l'usure sous les bras. Je n'ai plus qu'à border les ouvertures avec un rang de crochet et à laver et repasser la pièce et basta!

J'ai aussi réussi à faire fonctionner mon imprimante Canon couleur après avoir acheté de quoi nettoyer la tête d'impression et remplacer les cartouches d'encre compatibles qui m'avaient encrassé la tête, par des cartouches rechargeables. J'ai donc acheté de l'encre et rempli les cartouches avec une seringue. Un message d'erreur me disait que le panneau intérieur n'était pas fermé, et de le faire pour que l'impression puisse se faire. Je croyais que le panneau en question était le panneau vitré, et je l'ai claqué plusieurs fois sans succès.

La nuit portant conseil, je me suis dit au réveil ce matin qu'il s'agissait peut-être d'un autre panneau car pour enlever et remettre la tête d'impression j'avais peut-être ouvert le fameux panneau et omis de le refermer. J'ai fini par trouver la réponse grâce à un gif animé qui m'a montré où était le panneau et comment le fermer. Et enfin ça a marché mais les couleurs ne sont pas tout à fait aussi belles qu'avec l'encre Canon. En tout cas je suis très contente car je ne fais pas des impressions qui exigent une qualité parfaite. Et peut-être que le petit problème se corrigera tout seul à l'usage. C'est un gros soulagement que cette belle et bonne machine soit de nouveau opérationnelle sans que j'aie à payer 50€ pour un jeu complet d'encres. J'avais bien failli m'en débarrasser tellement j'étais furax de l'abus de la marque, qui nous empêche de faire des photocopies en noir et même des scans quand une des cartouches de couleur est vide.

TINY HOMES Features: Jay Shafer (Tumbleweed Tiny House Company), Austin Hay, Jenine Alexander (Forge Ahead Construction), Stephen Marshall (Little House on the Trailer), Suchin Pak (MTV, Hester Street Fair), Graham Hill (TreeHugger, LifeEdited), Felice Cohen, Luke Clark Tyler, Eric Schneider, Michael Chen (Normal Projects), Sarah Dickinson & family, Henri Grevellec, Matthieu de Marien (Fabre/deMarien Architects), Jérémie Buchholtz, Eva Prats (Flores Prats Architects), Christian Schallert, Pascual Alberola, Jorge Cortés (Enproyecto Arquitectura), Johnny Sanphillippo, Heather Wilcoxon

Locations: California (Sonoma County, San Francisco, Sausalito); New York City; Hawaii; France (Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Grezille, Puy-Notre-Dame, Bordeaux); Spain (Barcelona, Ibort, Vall de Laguar).

Jeudi 14: J'ai envoyé une lettre de 240 grammes à Tracy. Il s'agit en fait d'une lettre manuscrite assez courte à laquelle j'ai joint des impressions d'articles, une carte de voeux pour son anniversaire (une carte avec une tranche de gâteau qui "pops up") et des jouets en papier que j'ai faits ces derniers temps.

Vendredi 15: Je suis allée chercher un acte que l'huissier avait cherché à me remettre il y a une semaine. Sa lettre disait qu'une copie de l'acte était jointe, mais ce n'était pas vrai, rien n'était joint. J'ai attendu que la semaine se passe, me disant qu'il allait peut-être m'envoyer une copie par courrier mais rien n'étant venu, j'ai téléphoné. Mon interlocutrice m'a dit "On ne peut pas." C'est-à-dire, laisser ou envoyer une copie de l'acte. Alors pourquoi dire que l'huissier a joint une copie à l'avis? J'ai dit que j'allais passer et ai demandé les horaires et la station de métro. C'était à Argentine, sur la ligne Vincennes-Neuilly que je connais par coeur. Il fallait faire le long changement à Châtelet mais le métro était quand même le moyen le plus rapide et direct. J'ai emporté mon appareil photo. Arrivée à l'adresse rue Pergolèse j'ai eu du mal à trouver le cabinet. J'ai vu un escalier au bout de l'entrée qui comportait beaucoup de portes, j'ai pris l'ascenseur jusqu'au 1er étage. A la 1ère porte à droite rien n'était indiqué. Je suis redescendue après avoir fait tout le couloir qui est en travaux de peinture et qui m'a ramenée à mon point de départ. Puis je suis remontée, même circuit. Je suis revenue à la porte d'entrée et en regardant l'escalier d'où je venais, j'ai vu qu'un panneau indiquait que c'était l'ecalier B. J'ai relu la plaque de l'huissier à l'entrée, et elle était dans un groupe qui indiquait "Escalier A". A ce moment un groupe de personne est sorti par une porte sur ma gauche. J'ai vu après leur départ que c'était l'esclier A. Que de pas pour rien! Cette entrée était longue comme un jour sans pain. Et j'ai enfin trouvé le cabinet de l'huissier. De justesse car il allait bientôt fermer pour l'heure du déjeuner.

La réceptionniste a fouillé partout mais n'a pas trouvé mon acte et elle est allée dans un autre bureau, où elle est restée une dizaine de minutes. Finalement elle est revenue et m'a remis l'acte et m'a fait signer un reçu. Je suis entrée dans le premier bar que j'ai trouvé, j'ai bu un demi de "16" tout en lisant l'acte. C'était le même texte que celui qui de la Demande qui accompagnait l'assignation, la seule différence étant qu'il y avait en plus mention du chèque auquel j'avais fait opposition. On sentait l'indignation que le motif de l'opposition soit le vol.

En repartant vers le métro j'ai pris quelques photos. La journée était froide mais ensoleillée.

Lundi 18: Je ne suis pas allée au tribunal malgré le rendez-vous fixé à ce jour sur l'assignation. En fin de compte il y avait trop d'anomalies depuis le début et j'en ai conclu que cette affaire était bidon. Une de plus, j'ai l'habitude. Par précaution j'ai imprimé des renseignements sur la méthode à suivre et la formulation d'une inscription en faux et je m'en servirai en cas de besoin. Le soir vers 19H quelqu'un est resté longtemps à ma porte, à frapper, mais je n'ai pas ouvert et après 15 ou 20 minutes le silence est revenu.

Mercredi 20: Aujourd'hui j'ai mis en vente sur eBay des bonnets que j'ai tricotés les années dernières, ainsi qu'un sac en soie utra-léger pour remplacer les sacs en plastique de fruits et légumes. Il y a une loi qui vise à interdire ces petits sacs en plastique qui sont consommés par milliards chaque année, mais la loi n'est pas définitive car selon la Commission Européenne, elle empêche la libre concurrence et le libre commerce. J'avais créé ce modèle en 2008 et l'ai utilisé plusieurs années mais je me suis lassée de faire attention à les replier et les remettre en place.

Mercredi 27: Je me suis remise à lire de la littérature, Voyage au Bout de la Nuit de L. F. Céline, en l'occurrence. Et je me suis rendu compte que cette lecture me donnait envie d'écrire à mon tour, et je me suis remise à écrire mes mémoires (BNNY, chapitre 5), au moins une heure par jour depuis une semaine.

Jeudi 28: J'étais assise à ma table ronde en train d'écrire sur mon netbook quand on a frappé discrètement à la porte. C'était mon neveu Mathias Échène, le fils d'Agnès. Il a une quarantaine d'années maintenant et ressemble beaucoup à son père. En gros il voulait avancer avec la succession de ma mère. J'ai dit que mes co-héritiers n'avaient pas voulu que je sache la composition de la succession de mon père et maintenant ils ne voulaient pas non plus que je connaisse celle de la succession de ma mère; que quand j'étais rentrée des USA j'étais prête à tirer un trait sur le passé, à tourner la page, mais que chacun de mes rères et soeurs s'était comporté de façon détestable et irrespectueuse envers moi alors que je n'allais plus faire de cadeau.

Il m'a parlé de grandes réunions de famille dans un chalet aux sports d'hiver, et de choses et de lieux qui m'ont fait rêver brièvement d'être de la partie, mais je savais bien en même temps que cela appartenait au passé. Les retours à la maison après avoir joué avec la luge jusqu'à la nuit tombée, c'était quand j'étais gamine, et les tartines et le chocolat bien chaud je peux m'en faire ici.

Mathias a essayé de me faire sentir solidaire de Norbert en me disant que lui tout comme moi, n'avait pas acheté de maison après la mort de papa. Et la dernière fois qu'il avait parlé à mon frère, celui-ci lui avait parlé avec nostalgie de l'époque après mon retour des USA en 2002, où j'étais nouvellement installée à mon adresse actuelle, quand Norbert habitait au 4ème étage.

J'ai répondu que ma mère et Norbert s'entendaient très bien, que Norbert était aux petits soins avec elle, et que s'il n'avait pas acheté de maison c'était sans doute parce qu'il n'en voulait pas. Quand à sa nostalgie du bon temps, j'ai dit à Mathias que chaque fois que je montais chez Norbert il y avait une Allemande et qu'à cause d'elle on ne pouvait jamais parler d'affaires de famille, et que ce n'était sûrement pas un hasard; que Norbert montrait beaucoup d'affection à cette femme (il lui avait installé des étagères dans son appartement, scié les pieds de son armoire) alors qu'envers moi il se comportait comme s'il me tolérait tout juste, alors cette nostalgie du bon vieux temps était illusoire.

J'ai pris des nouvelles de Daniel, le père de Mathias. Il vit toujours près d'Annecy, est à la retraite, ancien professeur d'économie (je crois). Il a un fils de douze ans dont la mère ne vit plus avec lui. Ce fils est actif dans la politique, il est communiste convaincu et son père l'aide en le conduisant aux réunions etc. Je me suis demandé si Mathias était sérieux ou s'il me taquinait mais après son départ je me suis dit qu'il avait sans doute dit vrai. Je me souvenais en effet de conversations que Daniel et mon père avaient à table, n'étant pas d'accord l'un avec l'autre, papa parlait de "technocrates" avec mépris, et Daniel avec sa voix un peu bourdonnante, avait un discours que je n'écoutais pas vraiment mais qui avait l'air d'être bien rodé. Et puis lui et ma soeur avaient divorcé, disait-elle, pour des divergences politiques. Quant à ma soeur, féministe à tout crin jusque dans les excès les plus ridicules, elle avait eu beaucoup d'admiration pour Herbert Marcuse, Wilhelm Reich et elle soutenait jusqu'à sa mort le Parti de Gauche. Alors ce n'était pas impensable que le jeune Clément soit communiste lui aussi.


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]