e-mail de Sophie à Brigitte Picart
e-mail de Sophie à Brigitte Picart
Time: Tue, 13 Apr 2004 09:37:58 +0200
From: Sophie Picart
To: kamo@runbox.com
Subject: Re: 2 questions seulement

J'étais persuadée que tu m'avais volé ma clé lorsqu'au dernier moment, alors que nous allions partir ensemble faire une course ce fameux WE tu m'as déclaré sans explications : je reste. J'étais donc sortie seule.

Et vue ta persuasion, je me souviens que tu as introduit Norbert chez moi à mon insue lorsque tu es venue chercher tes affaires. Je suis arrivée alors qu'il était devant sa voiture, il t'attendait, tes affaires étaient chargées ; je ne m'étais expliqué sa gêne que parce que cela était fait sans moi. En effet, il avait de quoi être gêné. Et toi, tu vois un peu sur quoi débouche ton inconséquence ? Norbert est dissimulateur. Il a beaucoup à se reprocher dans la spoliation dont nous sommes victimes. Il est à la botte de maman. Ils veulent changer de syndic pour faire aboutir leur projet de vente illégale (car aucun titre de propriété n'en donne le droit à maman) car M. Klap ne les a pas suivis etc... et voter des travaux ruineux pour que je ne puisse pas continuer la procédure que j'engage contre la clique.

Enfin, il a profité de ton déménagement, après avoir conquis ta confiance, pour fouiller mes affaires et prendre mon seul double, dans mon tiroir de l'entrée. Facile, ensuite, de revenir prendre ce qui l'intéressait pour maman (qui l'a peut-être, d'ailleurs accompagné).

Tu as été longue à réagir.

As-tu trouvé une solution à tes problèmes quotidiens ?

En ce qui concerne ton assignation, j'ai informé mon avocate que tu ne l'as toujours pas reçue. Mais si c'est parti à l'HP de NY, je pense que les délais de retour à ton adresse parisienne peuvent être très élastiques.

A propos de traitement et de médecin, rappelle-toi que je t'incitais à consulter le centre médical où je me rendais moi-même. Comme tu n'y répondais pas, je ne t'es pas forcée, j'ai laissé faire.

Brigitte Picart a écrit :

> Sophie,

>

> 1- Depuis le temps que j'entends parler d'action en justice de la part d'Agnès, de ta part, et maintenant parai-t'il d'une action conjointe Agnès-Elisabeth-Véro je n'ai toujours pas reçu d'assignation. Tu m'en avais promis une par l'intermédiaire du Procureur de la République dû à une erreur de ton avocat..... toujours rien et cela fait bien un mois. D'autre part, de quoi Agnès etc. se plaignent-elles?

>

> 2-

>

> 2-1 Quand tu m'as hébergée après mon échappée de chez les fous du 19 au 21 juillet 2003, tu ne m'as pas prêté ta clé. Je me souviens même d'avoir fait un trajet en métro avec toi et tu voulais sortir à Dugommier et moi à Daumesnil et tu m'as dit que je pouvais sortir à Daumesnil mais évidemment sans la clé de ton appart je ne pouvais pas m'éloigner de toi.

>

> 2-2 J'étais extrêmement traumatisée par l'attaque dont j'avais été la victime, ma main me faisait horriblement mal, mon genou aussi, tout enflé et bleu, plus des égratignures sur toute la jambe... je n'ai pas dormi une seule minute les deux nuits passées chez toi. Comment aurais-je pu penser à autre chose qu'à l'attaque? Comment dans ces conditions aurais-je pu penser à te nuire?

>

> 2-3 D'ailleurs matériellement ce n'était pas possible car je n'ai pas été seule dans l'appartement suffisamment longtemps pour chercher ta clé.

>

> 2-4 De plus je ne fouille jamais dans les affaires d'autrui, cela me répugne infiniment. Etant moi-même la victime d'intrusions, je connais le sentiment de viol à la constatation qu'on est venu chez moi et pour rien au monde je ne voudrais infliger ce sentiment à quiconque.

>

> 2-5 Tes allégations que je t'ai volé des papiers pour les revendre à Maman sont complètement farfelues.

>

> Conclusion: A mon avis, ces histoires de procès tout comme tes accusations sont pure fiction, histoire de brouiller les pistes et créer de la distraction. Je changerai peut-être d'avis si je reçois une assignation mais en attendant permets-moi d'être sceptique.

>

> Brigitte