Emails Brigitte-Sophie of June 2006


HOME
Back to June 2006 Diary


To translate, copy the url of this page into the space provided at Babel Fish
Time: Thu, 15 Jun 2006 20:37:08 +0200 (CEST)
From: "Brigitte Picart"
To: sophie.picart@xxxx
Subject: QUELLES NOUVELLES-2

Sophie,
Désolée pour l'envoi erronné en triple exemplaire du message incomplet précédent. Une fausse manip. Pour éviter tout envoi malencontreux désormais je vais sauver le texte dès les premiers mots dans le dossier "brouillon", là où il ne risque pas d'être envoyé.

Alors, et ce bébé d'Aurore, une fille je crois, comment s'appelle-t'elle? Est-ce qu'Aurore vit toujours chez toi? As-tu obtenu ce que tu demandais au tribunal des référés?

Je t'avais promis que je reviendrais à ta lettre où tu me faisais une liste de problèmes. Je suis bien d'accord avec toi . Plus j'y pense -à la succession- plus j'ai l'impression que rien n'a été fait dans les règles. Chaque étape est entachée d'infractions aux codes civil et pénal, si bien que cela me fait penser aux écuries d'Augias. Au secours Hercules!

Un point en particulier me fait tiquer: dans la mesure où Maman s'est fait attribuer dans son contrat de mariage la seule portion de la succession dont Papa pouvait disposer librement, le reste constituant la réserve destinée aux descendants, les biens immobiliers que vous mes frères et soeurs avez achetés ne peuvent provenir que de ladite réserve.

Dès lors, comment se fait-il que ni le biens immobilier que Agnès, Véronique et toi-même avez acquis avec des fonds de la succession et qui donc était SUJETS AU RAPPORT ne soit mentionné comme actif successoral?

Pendant mon séjour à Emalleville en 1990 j'avais vu, placé tout en haut d'une pile de papiers sur la table dans la chambre que j'occupais (à côté de la cuisine) de façon qu'il me soit impossible de ne pas le voir ni le lire, un contrat d'emprunt manuscrit de la main d'Agnès, s'agissant de la somme de 200 000 francs (si j'ai bonne mémoire) "empruntés" par Agnès à Papa.

Comme je doute fort de la capacité d'Agnès à rembourser un tel emprunt, contracté de surcroit alors que Papa était mourant, cela m'a tout l'air d'être une ruse destinée à faire croire que Clausevigne n'est pas un bien successoral.

La réponse classique de Maman, chaque fois que j'en parle -ou de la maison de Véronique- est "Mais ces biens ont été achetés du vivant de Papa!" comme si cela faisait une différence. Il n'en reste pas moins que ces biens ont été acquis avec des fonds de la réserve, et qu'ils ont sujets à rapport.

Alors comment se fait-il que moi je n'ai que l'usage d'un appartement et rien d'autre? Si j'avais au moins la propriété ou le revenu locatif d'un autre appartement je n'aurais pas besoin d'être au RMI. Il suffirit pour cela que Maman renonce au revenu de l'un des 5 apts et me l'attribue. Je trouve scandaleux que Maman se défile de ses obligations sur l'état. Encore une fois, elle n'assume pas ses responsabilités.

S'agissant d'un passage de ton e-mail où tu me dis que les appartements av. de Choisy n'appartiennent à personne en titre, j'en conclus que l'immeuble est en indivision et que si tel apartement a été attribué à telle personne, c'est une convention (à l'amiable ou de force) entre co-héritiers qui n'est pas immuable et sans appel. Pourtant je me rappelle fort bien que Me Bisson nous avait dit que Maman avait tout loisir de vendre ses appartements et que nous n'y pouvions rien. Ces deux points sont contradictoires. As-tu une explication?.

Pour ma part, j'ai le moral mais des ennuis de santé et d'habitation:
Je dors très mal car des douleurs à ma jambe blessée me tiennent éveillée. Je ne m'endors qu'au petit matin et alors la lumière du jour me gêne. De plus j'ai de violentes douleurs aux yeux quand j'ouvre les paupières, ce qui me force à rester allongée après le réveil en attendant que la douleur se dissipe.

Je ne peux toujours pas marcher normalement. Il me faut des béquilles pour les escaliers et marcher quelque distance. Après une sortie au supermarché pour faire des provisions, j'ai très mal pendant toute la soirée et dois prendre bcp d'antalgiques.

J'ai aussi des problèmes dentaires car j'ai un bridge qui se descelle.

Mais comme aucun des spécialistes que j'ai vus pour ma jambe droite n'a prescrit le traitement qui m'aurait rétablie j'ai perdu toute confiance envers les médecins, et je n'ose pas aller chez le dentiste de peur qu'il me trahisse et donne accès à un assassin pendant que je suis allongée sur le fauteuil. Idem pour l'ophtalmo. J'ai bien compris que la subversion du corps médical est un des "modus operandi" de Maman, à commencer par le dentiste Capron à Annecy en 1955.

Côté habitat, j'ai fait venir un entrepreneur pour un devis de réparation de dégâts des eaux mais il m'a proposé un devis inacceptable et bien trop cher que je n'ai pas voulu transmettre à la co d'assurance. Je lui avais aussi demandé un devis pour divers travaux et il m'a proposé un devis complètement aberrant où les titres ne correspondent pas au texte. Par exemple sous le titre "chauffage" il parle de peinture, et tout le devis est comme ça. Et je l'ai payé 60 euros pour ce chef d'oeuvre. Apparemment Maman l'a contacté à mon insu. Je ne m'explique pas autrement pourquoi un professionnel se ficherait ainsi d'un client potentiel.

Depuis, la peinture s'écaille en davantage d'endroits: sur une mur de la cuisine et au plafond, et sur un autre mur de la s.d. bains, et sur un autre mur de l'entrée.

Par ailleurs, je n'ai tjs pas d'eau chaude et je ne peux donc pas prendre de douche. Mais étant donné l'état de mes deux genous, je voudrais faire installer une baignoire à la place de la douche.

J'ai passé l'hiver sans chauffage, en me chauffant avec ma cuisinière.

Tu vois l'état déplorable de ma situation. Malgré tout je continue à remplir mon "contrat d'insertion" pour le RMI en réalisant des ouvrages de broderie et dentelle. Bientôt je pourrai ouvrir un site marchand sur internet pour vendre ces merveilles.

Mais en attendant, serai-il dans le registre de ton possible, d'alerter Maman sur ma situation et lui demander de me libérer quelques milliers d'euros pour les travaux de peinture et sanitaires de toute urgence. Sinon au titre de succession, alors au titre de compensation pour les torts qu'elle reconnait m'avoir causés (par lettre en 1989) et pour lesquels elle avait accepté de m'indemniser à l'ouverture de la succession, mais sans suite.

Je ne veux pas me risquer à lui parler personnellement car elle est extrêmement cruelle à chaque fois et elle me cause beaucoup, beaucoup de "peine" car le lien mère-enfant ne peut être renié, et ce n'est pas parce que je pense qu'elle est une des pires criminelles qui soit que j'ai le coeur complètement fermé envers elle. Et dès que j'obtiens un avocat, elle se dépèche de le retourner contre moi. (C'est la raison pour laquelle je ne conteste pas en justice les multiples aberrations successorales, pas parce que je les accepte comme tu dis).

C'est bientôt l'été et les vacances. Je ne suis pas sortie de Paris depuis Juillet 2003. Ne crois-tu pas que j'aimerais, moi aussi, aller me détendre à la campagne, voir de la verdure, oublier le bruit du trafic etc...

Comment se fait-il, alors que je devais hériter 1,7MF environ, que je sois à la charge de l'état comme les pauvres qui n'ont personne au monde? C'est ça le sens de la famille?

Je pense aussi à l'après-décès de Maman. Comment ferons-nous alors?

A bientôt de tes nouvelles.

Ta soeur,
Brigitte.

P.S.: J'ai lu plusieurs fois des références à une homologation de l'état liquidatif par le tribunal. Qu'en est-il?

Sent: Thu, 22 Jun 2006 10:16:43 +0200
From: sophie.picart@xxxxx
To: kamo@
Subject: RE: QUELLES NOUVELLES-2
> Brigitte,
> Malgré tes diverses trahisons à mon encontre je prends la peine de répondre > en référence à la tragédie que tu vis. > J'ai déposé des conclusions complètes pour l'audience de mise en état du 15 > courant par l'intermédiaire d'avocat et avoué. Il me semble que tu devrais > en recevoir une signification. Certaines de tes remarques y trouvent réponse > me semble-t-il. > Je me permets de transférer ton mail à mon avocat. > Aurore t'avait proposé de venir te présenter sa fille et tu ne lui a jamais > répondu...?

> Cordialement
> Sophie?

Message: "Re: QUELLES NOUVELLES-2 "
Time: Thu, 22 Jun 2006 16:19:31 +0200 (CEST)
From: "Brigitte Picart" To: sophie.picart@xxxx
Subject: Re: QUELLES NOUVELLES-2?

Sophie,

Je ne t'ai jamais trahie. La trahison ne peut être qu'un acte volontaire et je n'ai jamais eu le désir ni l'intention de te tromper ou te causer délibérément un désagrément quelconque.

Je t'appelle au secours de toute urgence. La situation s'aggrave du côté dentaire, avec oedème et douleur. Tu connais les lenteurs de la justice, alors pourquoi me réponds-tu que tu t'es déchargée de ma demande sur des avocats? De plus, tes avocats défendent tes intérêts et non les miens.

Tout de même, j'apprécierais que tu me communiques leur coordonnées.

Je t'ai demandé de contacter Maman pour lui demander d'urgence quelques milliers d'euros afin que je puisse faire installer un chauffe-bain et une baignoire et faire repeindre quelques murs. Je n'ai pas non plus de réfrigérateur, et depuis mon emménagement fin juillet 2003 j'ai toujours des cartons de déménagement non-déballés faute de meubles, et aussi de nombreux sacs de voyage ou sacs de shopping. Il s'agit de remédier à cette situation dans les JOURS qui viennent, pas dans quelques mois, car l'été vient de commencer et c'est maintenant que j'ai surtout besoin de me doucher et me rafraichir.

Est-ce que tu ne peux pas téléphoner à Maman? Et avec tout cet argent d'UNOFI, où est le problème puisqu'il y a des liquidités disponibles immédiatement? Et de toute façon j'y ai droit alors pourquoi continuer à m'en priver?

Puisque tu connais ma situation, ne t'étonne pas que je n'aie pas bondi quand Aurore m'a téléphoné. Ce n'est pas une raison pour me cacher le nom de ma petite-nièce. Es-tu disposée à la vengeance systématique? Est-ce que la moindre déviation aux normes sociales bourgeoises te provoque une blessure d'amour-propre au point que tu éprouves le besoin de répondre du tac au tac?

Je te renouvelle ma supplique: APPELLE MAMAN DE TOUTE URGENCE ET DEMANDE LUI DE ME VIRER 10 000 EUROS (DIX MILLE EUROS) ILLICO.

Merci,
Brigitte

Time: Mon, 26 Jun 2006 13:57:54 +0200
From: sophie.picart@xxxx
to=kamo@xxxx Subject "Suite donnée "

Brigitte,
J'ai faxé ton mail à Maman pour suite à donner.
Renseignement pris, mes conclusions ne te seront pas transmises car tu n'as pas d'avoué.
Cependant si tu les veux, je peux t'en déposer 1 exemplaire.

Cordialement
Sophie


HOME
Back to June 2006 Diary