Journal de la Femme à Abattre



[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]

Paris, décembre 2017

J'ai réussi à détartrer plusieurs marmites et cassseroles. La belle marmite bleu-foncé était déjà encrassée après un petit mois de service et cette fois-ci je ne veux pas laisser le dépôt calcaire s'accumuler. Avec de l'acide citrique dilué il a suffi de quelques heures. J'avais une autre marmite —ou plutôt, une friteuse dont je me sers pour bouillir des aliments— déjà très entartrée, elle a subi le même traitement avec succès. Il me restait une casserole que j'avais d'abord traitée à l'acide chlorhydrique, et qui était ressortie toute noire. J'espérais trouver une solution pour lui redonner un aspect normal au lieu de la jeter, et qund j'ai appris que l'acide citrique était l'ingrédient actif des détartrants du commerce, j'ai traité mes autres gamelles et ai tenté ma chance avec cette casserole. Après quelques heures le noir s'est détaché en une substance gluante et dessous, l'inox était frais comme au premier jour, enfin presque.

Je continue la réorganisation de mes rangements pour les rendre à l'épreuve des souris. Je les regarde vivre sur ma table et elles sont tellement intelligentes, curieuses, hardies et mignonnes, surtout les toutes petites, que je ne trouve pas en moi la décision de les tuer, surtout qu'il n'y a pas de méthode qui marche à 100%: même le piège super-efficace a des ratés et parfois une souris est coincée dedans et blessée mais pas tuée. Depuis que j'ai arrêté de poser ces pièges plus aucune souris n'est morte alors cela prouve que celles qui ont pu s'échapper du piège avaient des blessures internes qui ont causé leur mort après plusieurs jours de souffrance et même pour une souris c'est inacceptable.

J'ai téléphoné pour la 2ème fois à un vendeur qui a une maison en vente à la Courtine dans la Creuse. J'ai passé un temps fou sur internet à chercher à m'y rendre en train. La ligne nord-sud qui dessert Aubusson et Felletin ne continue plus vers le sud. Il faudrait prendre la ligne Limoges-Ussel mais de toute façon je ne vais pas acheter car le vendeur est un bavard qui ne m'a pas laissé en placer une et qui a augmenté son prix annoncé de 5.000 euros après m'avoir dit quel type honnête il était et puis ni l'un ni l'autre de ses biens me convient.

Samedi 16: J'ai retrouvé sur Youtube la pièce de Mozart « Exultate Jubilate » que notre mère jouait souvent peu de temps après notre installation à Annecy-le-Vieux, ce devait être en 1959. Je me suis souvenue très bien de cette oeuvre et j'ai cherché quelle était la cantatrice de l'enregistrement que nous écoutions à l'époque. Après plusieurs essais avec Schwartzkopf et Sutherland j'ai reconnu l'interprétation de Victoria de los Angeles. Son Alleluia avec la note haute tout à la fin, et ses trilles acrobatiques exécutés avec aise correspondaient avec mon souvenir presque soixante ans plus tard et me donnaient toujours ce vertige et cette jouissance inégalables.

J'ai fait de la compote pomme-potiron, et aussi une tarte Linz avec non pas de la confiture de groseilles mais un bocal de coing-potiron que j'ai fait récemment et c'était très bon. J'ai enfin trouvé une recette de pâte sablée qui soit vraiment tendre, et ce qui fait la différence c'estr l'adjonction de poudre d'amandes dans la pâte. Je pourrais donc faire de petits gâteaux sablés en utilisant cette recette. J'ai aussi fait un gâteau au chocolat avec une recette très simple qui vient du même petit livre de recettes d'Alsace.

2 janvier: J'ai continué le mois en m'activant aux fourneaux. La compote pomme-potiron était d'un goût moyen. Si on veut apprécier le goût du potiron mieux vaut l'utiliser seul. Le gâteau au chocolat était moyen lui aussi. Trop compact à mon avis mais la recette n'indiquait pas d'y mettre de la levure. J'ai encore essayé de faire des sablés de Noël après avoir passé un temps considérable à nettoyer les emporte-pièces qui avaient rouillé, et ils étaient beaucoup trop durs. Une autre recette de petits gâteaux à l'anis (avec de vraies graines d'anis) ne m'a pas emballée. Les gâteaux étaient durs et le goût de l'anis pas vraiment au rendez-vous. Décidément, la pâtisserie ce n'est pas mon truc ces temps-ci! Je dois maîtriser le secret qui fait les gâteaux tendres et moelleux. Je crois que c'est le beurre. Plus on en met plus le gâteau est tendre. Mais les recettes de petits gâteaux étaient sans beurre!

Heureusement j'ai eu du succès avec la cuisine salée: j'ai fait une délicieuse soupe aux choux avec les léguùmes habituels de la soupe poireaux-pdt, à laquelle j'ai rajouté du chou déjà cuit et des haricots secs cuits à part et un peu de lard pour parfumer. C'était très bon et avec le temps frisquet, réconfortant.

Quelques jours plus tard j'ai fait cuire les 750 grammes de cocos blancs qui me restaient. J'ai cuisiné du collier d'agneau et une fois cuit j'ai récupéré la chair et l'ai assaisonnée suivant la recette plutôt que de le faire avec les os présents, et je l'ai ajoutée aux haricots. J'ai ajouté en plus des rondelles de carottes et quelques pdt déjà cuites coupées en dés. Pour rendre le tout onctueux j'ai fait une sauce blanche avec le liquide de cuisson et alors le plat est devenu parfait. Il m'a fait plusieurs repas et j'ai fait attention, quand je n'en mangeais pas, de lui donner un tour de bouillon par jour pour empêcher qu'il ne se gâte et ainsi il a tenu une semaine sans frigo.

J'ai fait pareil avec de la compote de coings. J'en ai mis 5 pots de 350ml en conserve. Cette fois-ci je n'ai pas essayé de donner au fruit des parfums exotiques. Il se suffit à lui-même.

Aux alentours du 20 j'ai reçu un email du notaire demandant aux cohéritiers de lui donner mandat pour qu'il gère lui-même les 4 appartement qui disent-ils appartenaient à notre mère. Il n'a pas répondu à ma demande de preuves de propriété, alors sa demande de mandat en tient lieu de façon implicite, mais ce n'est pas suffisant. Les assurances verbales n'ont aucun poids dans les affaires de propriété. Il faut des preuves écrites.

J'ai encore fait de grands nettoyages et rangements en interchangeant les emplacements de laine à tricoter, de papiers et de pots de conserves vides, afin de les protéger des souris. Maintenant quand j'en trouve une au fond d'un seau ou de tout autre endroit où je peux la coincer, je la jette par la fenêtre. Je me suis ainsé débarrassée de 5 ou 6 d'entre elles mais elles comprennent très vite; il leur suffit de deux jours et maintenant elles se tiennent à carreau, dès qu'elles m'entendent arriver elles se mettent à l'abri alors qu'avant elles prenaient leur temps.

Maintenant je balaye entièrement mon appartement une fois par jour au moins, le plus souvent je passe le balai deux ou trois fois dans la salle de séjour et la chambre. J'ai accepté avec humilité de faire ces tâches en pensant à ce que disent les sages. Les moines Zen passent leur temps à nettoyer. Même les jeunes européens convertis, je pense en particulier à un Allemand interviewé sur Youtube, acceptent que la propreté est une condition essentielle de la pratique de la discipline. Le fondateur de la religion Hare Krishna, à qui on demandait pourquoi lui et tous ses adeptes ont le crâne rasé, répondait que c'est pour des raisons d'hygiène car pour être proche de Dieu il est essentiel d'être propre. Et comme dit si bien l'adage: « Cleanliness is next to godliness. » La propreté est voisine de la sainteté.

Ceci est à contraster avec notre culture européenne qui nous a fait considérer les tâches de nettoyage comme une corvée abominable, qu'il fallait confier, si on avait les moyens, à des domestiques mais je crois que c'était avant tout pour nous faire acheter des appareils ménagers. Ce n'est guère étonnant alors, que les tâches du ménage qui incombaient à la maîtresse de maison, aient été dénigrées. Je ne veux pas dire par là que c'est une partie de plaisir de le faire à fond tous les jours, mais si on méprise les tâches du ménage sans avoir les moyens de payer un domestique, on a tendence à laisser s'accumuler la poussière. Tout est dans l'attitude mentale. Le temps passé à balayer est en fait un temps de calme et de contemplation. On a l'esprit libre pour réfléchir mais on peut aussi se concentrer totalement sur le moment présent. Il m'aura donc fallu toute une vie pour en arriver à conclure que la sagesse consiste à maintenir sa personne et son lieu de vie dans un état de propreté permanent. Les animaux le font d'instinct mais nous, nous avons la tête tellement farcie de toutes sortes de balivernes, que nous faisons un long détour pour retrouver notre chemin.


[ACCUEIL] - [SOMMAIRE] - [MES PHOTOS FLICKR] - [CONTACT] - [LIENS] - [<--] - [-->]